J’arrive

Lettre ouverte du 1er janvier 2018

Moi, le Prophète de l’Eternel Mukungubila Mutombo Joseph, je m’insurge contre la barbarie meurtrière doublée du mensonge caractérisé, dont ne cesse de se prévaloir le gouvernement imposteur du Rwandais Kanambe Hippolyte. Je mets au défi quiconque, la communauté internationale comprise, de prétendre que ce ne sont pas des dizaines de catholiques qui sont tombés sous les balles de Kanambe le 31 décembre 2017. Au moins un prêtre a été sauvagement abattu, alors que l’église catholique implantée sur plus de 90 pourcents du territoire RD congolais a mille fois eu l’occasion de se rendre à l’évidence : les Rwandais ont pris le pouvoir ici dans le but d’exterminer le peuple congolais ! Mais qu’aujourd’hui nous soyons contraints à faire le décompte macabre tel que rendu par le comité laïc catholique, la MONUSCO, et les observateurs indépendants ; des dizaines de morts, des centaines de blessés par balle, et d’autres centaines de cas d’arrestation, Kanambe et ses laquais qui ne savent plus comment passer le goût amer qui leur colle le palais pour avoir déjà perdu les effectivités du pouvoir au point de s’en prendre aux enfants, aux femmes et aux hommes, de surcroît chrétiens catholiques marchant pacifiquement pour dire haut et fort la consommation du divorce avec l’envahisseur… Moi, Mukungubila Mutombo Joseph, je dénonce avec la dernière énergie le massacre de mon peuple planifié et télécommandé de l’extérieur.

A mon peuple et à mes très chers compatriotes je dis, soyez confiants, Dieu ne vous a pas abandonnés.

Afin de faire expier à Kanambe tous ses crimes, afin de venger le sang innocent des Congolais, non seulement l’Eternel a révoqué le pouvoir de l’imposteur et de ses suppôts mais, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob m’a mis debout pour m’installer sur son trône en République Démocratique du Congo.

J’arrive.

Joseph Mukungubila Mutombo
Prophète de l’Eternel




Lettre ouverte du 21 septembre 2017

Une fois de plus, je m’adresse à la communauté internationale en prenant à témoin mes compatriotes congolais ainsi que les autres nations de toute la planète.

Malgré toutes les tueries de ce Rwandais Kanambe Hippolyte alias Joseph Kabila, la 72ème session de l’assemblée générale de l’ONU s’est tenue sans même faire allusion aux massacres des Congolais. Pourtant toutes les tueries dans le Congo de nos ancêtres ont constitué des centaines et des centaines de fosses communes découvertes et annoncées par les institutions internationales dont l’ONU. Nous avons dénoncé le cannibalisme de Kanambe alias Joseph Kabila et des tutsi rwandais qui sont parvenus à manger la chair des Congolais. Est-il possible, après tout ça, que l’ONU et ses différents partenaires siègent en assemblée générale sans même évoquer cela ? Ces institutions devraient prendre des mesures très sévères contre le cannibale Kanambe alias Joseph Kabila mais tout ce qu’elles ont trouvé comme résolution est d’annoncer le calendrier électoral et féliciter la CENI !

Les grands de ce monde vont-ils encore inventer d’autres lois pour protéger les humains sur cette planète ? Comment pourrions-nous nous sentir bien alors que Kanambe, qui tue les Congolais et mange la chair humaine, n’est ni arrêté ni puni ?! La loi pour de tels crimes a-t-elle changé ou c’est seulement Kanambe et les tutsi rwandais qui sont protégés donc non inquiétés par la loi ?! Kanambe Hippolyte pourra-t-il encore diriger les Congolais qu’il est en train de manger ? A l’heure actuelle, les Congolais meurent soit par les cartouches des Rwandais soit par la faim. Ce n’est pas la MONUSCO qui ignore cela.

Pour tous les peuples de la Terre, dès qu’il y a 2 ou 3 morts, on s’inquiète. Mais pour les Congolais, on s’est habitué à la mort. Dans ce contexte macabre, la communauté internationale peut-elle (logiquement) demander aux Congolais d’organiser des élections ? Peut-être faut-il que Dieu créateur, l’invisible, réponde à cette incompréhension ? Kanambe alias Joseph Kabila a occupé presque tout le territoire congolais avec ses frères tutsi en leur donnant la nationalité. Ils détiennent un très grand nombre de cartes d’électeurs. Quand vous, communauté internationale, demandez aux Congolais d’aller aux élections « libres et transparentes », nous nous demandons quelle est votre véritable intention ? Nous les Congolais, nous refusons ces élections-là ! Le peuple qui est meurtri, affaibli par la faim, qui est tué par les armes blanches et les cartouches de Kanambe, refuse ces élections alors que le sang continue de couler tous les jours sur son sol. Les élections peuvent-elles vraiment être acceptées dans un pays où le sang coule, dans un pays où Kanambe égorge au jour le jour alors même que le pays n’est pas en guerre ? Ne pas avoir pitié, qu’est-ce que cela veut dire ? Pourtant, c’est vous, communauté internationale, qui devriez avoir pitié. Je le demande encore, faut-il que l’Eternel Dieu, l’être invisible, intervienne pour parler ? Quel est donc ce pays où vous avez exigé les élections de cette façon alors que le sang coule ? Ou peut-être que vous réclamez les élections pour que les envahisseurs rwandais soient élus et dirigent le pays ? Celui qui est invisible pourrait faire entendre sa voix car ce que les Congolais subissent chaque jour par Kanambe est abominable. Pour les 400.000 morts du Rwanda (qu’on a augmenté faussement à 800.000) toute la planète a été en alerte. Au Congo, on compte beaucoup plus mais on s’y est habitué. Qu’il y ait des richesses ou pas dans notre sol, nous sommes des êtres humains et nous avons droit à la vie.

Nous vous avons demandé à plusieurs reprises d’intervenir pour stopper le carnage de Kanambe sous le commandement des Rwandais mais vous, communauté internationale, avez fait la sourde oreille. Aujourd’hui les Congolais espéraient voir une décision forte à partir de New York mais vous avez seulement demandé la tenue d’élections dans un pays où il n’y a que des cadavres et où l’occupant rwandais continue de tuer. Et c’est encore très troublant parce que la communauté internationale a été créée pour qu’il n’y ait plus occupation. Mais il semble que pour les Congolais, cette occupation est acceptable. Non seulement les Rwandais occupent leur territoire mais en plus ils les mangent et tout cela est normal.
Les Congolais sont dispersés partout dans le monde et ceux qui sont restés sur la terre de leurs ancêtres sont en train d’être exterminés par Kanambe au jour le jour. Pas plus tard qu’hier, j’ai reçu, en tant que conducteur du peuple congolais, le rapport selon lequel Kanambe ayant séjourné 48h à Kalemie a pu transmettre le message aux Pygmées de poursuivre leurs troubles. C’est ainsi qu’ils ont incendié un village nommé Keshola situé dans la chefferie de Kabamba. Ce dernier a même fui à cause des troubles provoqués par les Pygmées. Avec cela, moi Mukungubila et tous mes compatriotes congolais allons-nous continuer à baisser la tête pour que vous veniez nous dire d’accepter “ce Kanambe comme votre chef car vous méritez tout ce qu’il est en train de vous faire” ?
Est-ce donc ce que méritent les Congolais : être égorgés, mourir de faim et être chassés de leurs propres terres ? C’est donc cela la charte de l’ONU ?

Les Congolais n’attendent que la mort, c’est tout ce qu’ils ont comme mérite après que l’Eternel Dieu les a créés. Ne voyez-vous pas que le mot “élection” devient à présent une souillure ? Allez-vous imposer des élections d’une manière qui n’est pas propre ? Il n’y a même pas de résolution pour dire à Kanambe d’évacuer tous ses frères rwandais qu’il a fait rentrer dans le pays ? C’est la façon la plus efficace pour des élections transparentes et véritable : demander à Kanambe Hippolyte de partir et d’évacuer ses frères rwandais qu’il a mis dans tout le pays. La seule solution acceptable est de rendre le pouvoir aux Congolais qui après une transition consensuelle sans Kanambe et tout son système, seront en mesure d’organiser des élections réellement libres et transparentes qui seront en leur faveur. Voir que les institutions internationales refusent cela est troublant.

Voulez-vous que cette grande institution qu’est l’ONU soit associée aux fosses communes et au cannibalisme de Kanambe ? Que le conseil de sécurité de l’ONU puisse rapidement procéder à l’arrestation de Kanambe alias Joseph Kabila pour mettre fin à toutes spéculations. A mon humble avis, la France qui a engendré cette démocratie au-travers beaucoup de souffrances dans sa vaillance, ne doit pas permettre à ce qu’elle se volatilise à cause des intérêts des uns et des autres car cela constitue sa grande fierté au-travers les âges. C’est par la démocratie qu’on a pu ressortir cette liberté. Cette dernière ne peut être réelle qu’en respectant les droits humains. Autrement cela nous mène tout droit à la barbarie. Le monde, comme je l’avais déjà dit, risquerait ainsi de ne plus être gérable.

Il y a 48 heures de cela, les miens, incarcérés injustement depuis presque 4 ans, sont passés devant le tribunal. Quelle autorité a un cannibale pour juger le peuple ? C’est lui qui doit juger le peuple ou c’est le peuple qui devrait plutôt le juger ? Les miens méritent-ils de rester encore prisonniers entre les mains du cannibale ? Communauté internationale, recevez toutes ces paroles que je vous adresse avec amertume afin de mettre fin à ce désordre en RDC. Le seul moyen d’y parvenir est d’arrêter Kanambe et de l’évacuer.

Joseph Mukungubila Mutombo
Prophète de l’Eternel




Le peuple meurtri de la RDC, le peuple congolais, attend de la communauté internationale l’arrestation de M. Kanambe Hyppolite alias Joseph Kabila, le cannibale.

Lettre ouverte du 16 septembre 2017

Je suis très choqué par cette nouvelle que je viens d’apprendre. Selon Afrikarabia, la France projette de demander aux Congolais de participer à un nouveau dialogue avec le pouvoir de Kinshasa. Ce n’est pas la France qui ignore tout le mal que Kanambe alias Joseph Kabila fait aux Congolais. Les autorités françaises n’ignorent pas non plus que les Congolais sont victimes du cannibalisme des Rwandais au Congo. Vers où allons-nous donc quand la France veut que les Congolais aillent au dialogue avec leurs bourreaux ? Ce monde est donc en train d’évoluer vers le mal au lieu de progresser vers le bien. Hier les fosses communes traumatisaient la communauté internationale mais aujourd’hui cela ne la perturbe plus.

J’en arrive même à me demander si les ONG des droits de l’homme sont encore nécessaires dans ce monde de violence; elles semblent être là pour distraire. Avec Kanambe alias Joseph Kabila, on se demande si toutes ces organisations des droits de l’homme ont une réelle utilité ou si elles doivent disparaître. Les soldats rwandais de Kagame, dont fait partie Kanambe, sont en train de souiller la planète avec notre propre argent, celui des Congolais, au point de faire disparaître toute sagesse et toute intelligence des hommes.

Entendre les journalistes dire que Kanambe ne devrait pas s’opposer à l’idée d’un nouveau dialogue est choquant pour les Congolais comme si l’avis de ce génocidaire comptait encore. Le peuple congolais n’est donc plus souverain ? C’est Kanambe qui est souverain malgré la chair des Congolais qu’il est en train de manger ?! Kanambe aurait déjà dû être arrêté depuis longtemps mais voilà qu’on le considère encore comme le chef de ce pays, la RDC, c’est tout simplement scandaleux et inadmissible ! Hier vous lui reprochiez de réclamer un 3ème mandat mais aujourd’hui vous cherchez le moyen de le soutenir pour qu’il accède à un 3ème mandat bien qu’il soit un occupant rwandais et le territoire congolais en est rempli, à tous les niveaux.

Comment la France peut-elle avoir l’idée de prolonger le règne de Kanambe le Rwandais ou même chercher à lui accorder de se maintenir au pouvoir ? N’est-ce pas la France qui avait sauvé l’honneur à l’époque en chassant Jean-Bedel Bokassa lui-même accusé de cannibalisme ? Aujourd’hui Kanambe a fait bien pire ; tout ce que la communauté internationale a interdit, il l’a fait. Comment la France ne peut-elle pas avoir pitié du peuple congolais, elle qui a également eu à ressentir cette souffrance, celle de l’humiliation lui causée par l’Allemagne ? La France, en premier lieu, a l’obligation d’aider le Congo car elle a vécu une situation similaire à la nôtre, celle de l’occupation. Elle avait par la suite châtié tous les traîtres. Comment la France pourrait-elle oublier son grand rôle, elle le principal acteur, enseignant de la démocratie ? Si la France oublie, ce sera la catastrophe.
Hier la France avait besoin des Africains, des tirailleurs sénégalais et des Congolais, auxquels elle avait lancé un appel pour demander secours. Aujourd’hui la France va-t-elle enjamber les morts congolais et oublier la mémoire de tous les Français qui étaient tombés sous l’occupation allemande ? De tous les peuples sur la Terre, je trouve que c’est la France vers qui nous devons demander secours en premier lieu car la France avait senti cette souffrance et cette humiliation. La France devrait prendre Mukungubila le plus vite possible et défendre le Congo très valablement auprès des Nations unies. Ce n’est pas la France qui va oublier qu’elle n’a pas eu sa liberté par de la négociation avec l’occupant. Aucun autre pays ne peut devancer la France pour défendre la RDC. Nous sommes des humains, ne pensez pas le contraire à cause de notre naïveté. Aidez-nous s’il vous plait, que la France nous aide. Que la France ne permette pas que ce dont elle a souffert arrive à la RDC.
Ce nouveau schéma qu’attendent les Congolais c’est le gouvernement de transition après le départ de Kanambe, et non des accords ou des négociations. Plusieurs parlementaires belges sont en train de se lever pour dénoncer le soutien qu’apporte leur gouvernement à l’occupation rwandaise. Quant à Kanambe, il ne devrait faire partie d’aucun nouveau schéma si ce n’est celui de son arrestation.

Joseph Mukungubila Mutombo
Prophète de l’Eternel




16 août 1999 – 16 août 2017, 18 ans après la libération de prison

Lettre ouverte du 16 août 2017

En cette date mémorable du 16 août, moi Mukungubila, en tant qu’instrument libérateur entre les mains de l’Eternel Dieu, je me remémore le parcours difficile que je mène par amour de la patrie. Je trouve aujourd’hui l’occasion de conscientiser tous les compatriotes sans exception aucune quel que soit le camp politique auquel vous appartenez. Rappelez-vous le discours que j’avais prononcé après que Kanambe Hippolyte et ses alliés m’aient assassiné sauvagement en cette date sombre du 30 décembre 2013 dans ma résidence du Golf. C’est comme si je m’étais retrouvé seul dans une jungle, sans le secours d’aucune main humaine. C’est comme si mon pays était en guerre alors que c’était dans une période de paix. Serait-il vraiment nécessaire de rappeler à tous les Congolais, qu’ils soient leaders politiques ou simples acteurs politiques, que le tribut, que moi Mukungubila ai payé, est très lourd. Comme si ce n’était pas assez de nous avoir assassinés avec cruauté, Kanambe et ses collaborateurs m’avaient traité d’assaillant, de terroriste, d’illuminé et j’en passe. Ils avaient voulu faire de moi un assassin alors que j’étais victime et que je n’avais pas quitté ma résidence. Notez en passant qu’il était venu avec les Rwandais qu’il a infiltrés parmi les Congolais, avec des armes de guerre. Comme preuve, ce témoignage donné par cette sœur du Canada, suffit à vous faire comprendre la cruauté avec laquelle, ce Rwandais Kanambe Hippolyte, a voulu éliminer Mukungubila pour ne plus avoir quelqu’un qui puisse le déranger dans le pays du Congo qu’il a envahi.

Je trouve par-là, l’occasion en cette date mémorable, de vous demander à vous mes chers compatriotes de ne point embrouiller aujourd’hui le peuple congolais avec toutes les tentatives que vous voudriez encore faire, je rappelle le dernier conclave. Point n’est besoin de faire ce que vous voudriez faire. Dieu créateur, propriétaire du Congo, cette chère terre de nos ancêtres, avait, dans sa prescience, préparé ce peuple pour être comme un deuxième chœur (une deuxième chorale), raison pour laquelle la carte du Congo est apparue à Capernaüm. C’est Dieu qui s’est ainsi exprimé. Raison pour laquelle vous remarquerez que lorsque la haute cour de l’Afrique du Sud m’a octroyé l’asile, c’est Israël qui a été parmi les premiers à l’annoncer en parlant de ce pasteur congolais.

J’avais mis en garde Kanambe de venir nous défier en Afrique du Sud mais il avait cassé le tabou. Il avait fui le Congo. Chers compatriotes, tenez ces paroles pour vraies. Depuis ce jour où Kanambe est sorti du pays, cet envahisseur a été vomi par les terres de nos ancêtres. Dieu s’est rappelé tout le sang versé des Congolais qu’il a continué à répandre sans aucune compassion, comme si c’était le sang des poules ou des canards.

Point n’est besoin de rappeler la vie de ce sanguinaire à partir de la Tanzanie avant d’être recueilli par son oncle Kabarebe afin d’essayer de s’en sortir en travaillant dans les transports. Par cette occasion, il fera de lui un homme du complot que vous connaissez. C’est ainsi qu’il va être recyclé pour le renseignement. On imposera ensuite à mon cousin Laurent-Désiré Kabila de le responsabiliser en tant que tel et de l’accepter comme étant son fils. C’est à cause de cette planification que le Congo va perdre beaucoup de ses cadres et notamment les officiers de haut rang (les généraux) à Kabalo. Kigali avait planifié cela dans le but d’éliminer tous les cadres et intellectuels congolais. Et comment ? Il fallait que l’œil du serpent (Kanambe) regarde pour voir quels étaient les cadres sur lesquels reposerait l’espoir du peuple congolais. Kanambe les sélectionnait et il donnait les noms à Kigali. Kigali sortait les listes de noms et Kanambe les récupérait en tant que responsable des renseignements dans le gouvernement de Mzee. Puis il disait voilà les traitres congolais qui collaborent avec le Rwanda. C’est ainsi que Kanambe eut à commencer à éliminer tous les cadres congolais. Dès que ton nom était sur le papier de Kanambe Hippolyte que vous appelez Joseph Kabila, directement Mzee était en courroux sans même vérifier, et tu étais passible de mort. Kanambe nous a fait du mal en supprimant ainsi des cadres qui n’avaient jamais trahi le pays. C’est ainsi que l’on a beaucoup perdu. Cela est connu des militaires. C’est sur la même stratégie que le nom de Mukungubila avait été placé sur la liste des personnes à supprimer. C’est ainsi que Mukungubila fût fiché comme chef des rebelles, c’est-à-dire celui qui facilite la tâche aux Rwandais. Mukungubila fût arrêté à l’intérieur du pays le 7 mars 1999.

Laurent-Désiré Kabila ne connaissait pas les réels objectifs des Rwandais c’est ainsi qu’il avait consenti à accepter Kanambe Hippolyte comme son fils alors que c’était un complot au travers lequel ils allaient l’éliminer. Ce serpent avait projeté d’éliminer Mukungubila à Manono en l’accusant faussement. Comme papa Jeannot Bemba Saolona avait été nommé ministre de l’économie, il avait fait pression sur Laurent-Désiré Kabila connaissant les révélations autour de l’homme mystère Mukungubila sur le pays le Congo. Il va lui dire que Mukungubila est son frère et qu’il fallait le libérer. C’est ainsi que Laurent-Désiré Kabila avait été obligé de libérer son frère Mukungubila. Mukungubila fût libéré le 16 août 1999 alors qu’il venait d’avoir un garçon du nom de Joseph, né le 15 juillet dans une clinique proche de la prison. L’Eternel Dieu dira : “tu es Joseph arrêté sur de fausses accusations mais ils ne te tueront pas. Je te protège. C’est ça ton nom”.

Par la suite, Mzee comprendra qu’il avait été dupé car ces listes qui venaient de Kigali, par l’intermédiaire de Kanambe, servaient non pas à éliminer les rebelles mais plutôt à éliminer les cadres congolais dont le pays avait besoin.

En cette belle occasion de la commémoration de la libération de l’homme de Dieu Mukungubila, en cette date du 16 août, je demande à l’Eternel Dieu, en rappelant comment il a sorti l’homme de ces chaînes, de briser aussi les chaînes avec lesquelles on a enchainé notre peuple. Que ces chaînes se désintègrent. Que l’Eternel Dieu puisse accorder au peuple cette indépendance dont j’avais dit qu’on en sentait déjà l’odeur. Effectivement, l’Eternel Dieu a réaffirmé son serment sur la libération du peuple.

Raison pour laquelle, j’ai demandé à tous les compatriotes d’accepter d’être derrière l’homme Mukungubila parce que cet étranger est entré dans la profondeur des fétiches et de la magie. C’est avec cela qu’il a essayé de mater le peuple congolais. Vous-mêmes, leaders politiques, êtes témoins de cela. Malgré toutes vos manoeuvres pour aider le peuple, vous avez été impuissants. Car pour un simple individu n’ayant pas la puissance qui émane de cette divinité qui est à la base de la création, il n’était pas possible de libérer le peuple. Au moment où j’écris ces lignes, Dieu a mis Kanambe KO et je vous rassure à présent que Kanambe est parti. Vous allez incessamment vivre la concrétisation de ce que je dis. Je demande ainsi à tous les compatriotes de ne pas embrouiller le combat que l’Eternel Dieu lui-même est en train de mener pour enfin libérer le peuple et lui permettre de goûter à la joie et au bonheur.

Joseph Mukungubila Mutombo
Prophète de l’Eternel




COMMUNIQUE CONJOINT AV30 asbl – BUREAU DE JOSEPH MUKUNGUBILA ALIAS KABILA VIENT ENCORE D’ASSASSINER UN DISCIPLE DE MUKUNGUBILA

Le Bureau de Joseph Mukungubila et l’Association des Victimes des massacres du 30 décembre 2013, AV30 asbl ont la profonde douleur d’annoncer à l’opinion nationale et internationale la mort tragique de monsieur Dieudonné ILUNGA WA MPANGA qui a succombé suite à d’inqualifiables tortures ! La victime était incarcérée illégalement à la prison de Dilala à Kolwezi depuis le 30 décembre 2013 avec des dizaines d’autres disciples et partisans de Joseph Mukungubila, femmes et hommes. Dieudonné ILUNGA était malade depuis plusieurs jours et avait maintes fois sollicité des soins appropriés auprès de l’autorité pénitentiaire qui les lui refusait ! Ce n’est qu’hier, mardi 1er août 2017, à 20 heures, que monsieur ILUNGA est emmené d’urgence à l’hôpital de MWANGEJI, pieds et poings liés alors que depuis des heures il avait une très forte fièvre et crachait du sang en abondance ! Il avait par ailleurs perdu connaissance à la prison. A l’hôpital, il sera entièrement attaché à un brancard, toujours les pieds et poings liés sans qu’on ne lui prodigue de soin ! Il fut abandonné ainsi durant d’interminables heures jusqu’à ce que mort s’en suive vers 7h du matin de ce mercredi 02 août 2017 ! Après leur sale besogne, les tortionnaires ont convoqué la femme de la victime pour lui présenter le corps sans vie de son mari !

Nous condamnons avec la dernière énergie cet énième acte de barbarie et de cruauté sans nom dans le chef des sbires d’Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila dont la principale mission est d’exterminer le peuple congolais en général et les compagnons et partisans de Joseph Mukungubila en particulier. Nous dénonçons également le traitement particulièrement restrictif dont sont victimes les disciples et partisans de Mukungubila détenus à la prison de haute sécurité de Buluwo à Likasi dont les visites se font désormais par l’entrebâillement de fenêtres sous la présence de gardiens ! Nous rappelons que plusieurs dizaines de disciples et partisans du prophète Mukungubila dont des femmes avec enfants sont encore illégalement détenus dans différentes prisons sur le territoire congolais depuis près de 4 ans.
Bien que profondément choqués, consternés par ce nouveau drame, Joseph Mukungubila et tous les siens tiennent à rassurer les congolaises et congolais de leur indéfectible détermination à oeuvrer pour que tous les martyrs congolais obtiennent justice, notamment en mettant fin à l’occupation.
L’année dernière, le 24 avril, nous avions déjà profondément déploré l’assassinat à la prison de Buluwo, de monsieur Fidèle BUKUMBA KABWITA. L’élimination physique du vaillant compatriote Dieudonné ILUNGA WA MPANGA démontre, si besoin en était encore, de la nécessité à mettre hors d’état de nuire tous les ennemis du Congo qui ont fait de ce pays un état sauvage, sans foi ni loi ! Nous demandons tout de même à la communauté internationale ainsi qu’aux ONG congolaises et internationales de droits de l’homme de se saisir de ces différents dossiers accablants contre le régime illégal de Kinshasa.
Dieudonné ILUNGA WA MPANGA était pêcheur, âgé de 35 ans, il laisse une veuve éplorée et 3 orphelins.
Que Dieu console toute sa famille biologique et la grande famille du Ministère de la Restauration à partir de l’Afrique Noire.

AV30 asbl Bureau de Joseph Mukungubila




Communiqué du 22 juin 2017

Le Bureau manifeste sa vive inquiétude suite à l’annonce du prochain accueil d’alias Joseph Kabila par les autorités sud-africaines. Doit-on rappeler les nombreux rapports sur les massacres de populations civiles dans lesquels les autorités congolaises sont mises en cause ? Et le monde entier est attristé par cette tragédie que les fils et les filles de ce pays sont en train de vivre. Le parlement européen a récemment manifesté son inquiétude vis à vis de ce sanguinaire, alias Joseph Kabila et sa milice qu’il a créée et armée pour massacrer les Congolais.

Celui qu’on appelle Joseph Kabila n’a aucune légitimité d’autant plus que son mandat a pris fin le 19 décembre 2016. Malgré cela, il continue sa sale besogne de massacrer au jour le jour. Il est allé même jusqu’à assassiner sauvagement les enquêteurs de la délégation onusienne. Kofi Annan et un panel constitué d’anciens chefs d’Etats africains se sont prononcés contre le maintien au pouvoir d’alias Joseph Kabila. Dans ce contexte, il est plus que surprenant et inquiétant de voir le peuple frère et ami, l’Afrique du Sud, vouloir accueillir ce génocidaire.

Le gouvernement sud-africain devrait plutôt soutenir le peuple congolais dans sa souffrance. Le peuple sud-africain ne devrait pas oublier le soutien lui accordé par ce Congo à l’époque de Mobutu. Ainsi, nous demandons au gouvernement sud-africain de se montrer solidaire de la souffrance du peuple congolais en refusant d’accueillir le génocidaire alias Joseph Kabila car, la tragédie que vit le Congo en ce moment crée de l’effroi au milieu des nations sur toute la planète.

Bureau du Prophète Joseph Mukungubila