L’INGRATITUDE ET L’IMPOSTURE DES SERVITEURS

Communiqué du 16 août 2018

Mes très chers compatriotes congolais, à l’occasion de cette date de commémoration de ma libération, MOI, LE PRÉSIDENT MUKUNGUBILA MUTOMBO Joseph, je vous fais parvenir ce message. Sous le régime de Laurent-Désiré Kabila, à l’instigation de cet étranger Kanambe chef d’état-major général des forces terrestres, j’avais été arrêté le 7 mars 1999 dans de grandes souffrances à Manono puis libéré à Kinshasa le 16 août 1999.

Aujourd’hui, j’ai la joie de vous prendre à témoin vous tous mes très chers compatriotes. Ma joie se justifie du fait que moins de 48 heures après que vous ayez massivement répondu à mon invitation à une journée de prière pour la « LIBÉRATION » de la République Démocratique du Congo, le 12 Août 2018, l’Eternel exauce entièrement ma requête.

En effet vous êtes certainement nombreux à avoir suivi comment l’Esprit de Dieu a parlé à travers distinctes déclarations faites dans les médias de Kinshasa par l’intermédiaire des non moins marquantes personnalités de l’espace confessionnel

congolais. Dans la bouche de l’Évêque Kankienza comme dans celle du Révérend Kinziamina, il n’a pas été autre chose que de la révélation de Dieu publiant « LA LIBÉRATION EFFECTIVE DU CONGO ». Qu’en l’intervalle d’à peine 48 heures l’Esprit de Dieu déverse sur eux et même sur des gens de toute condition, comme du reste je l’avais expressément demandé, chacun et tout le monde devait comprendre que l’Eternel exauçait publiquement son OINT pour la bénédiction intégrale du Congo.

Mais, ces Serviteurs au lieu de glorifier notre Dieu qui vient de répondre à la prière recommandée par son Oint Mukungubila Joseph au peuple congolais, commencent à demander à leurs auditeurs, étant fortement émerveillés par ce qu’ils ont vu et pour embrouiller le peuple, de préparer d’autres prières. Ces frères voudraient continuer à m’ignorer comme ils l’avaient déjà fait il y a quelques années en s’alignant de la manière que l’on sait.

Dites-moi, s’il vous plaît, si Dieu a publié « la libération du Congo » et montré quantité de bonnes choses qu’il a mises en chantier dans ce pays, la prière dite forte que Ces Serviteurs préconisent, c’est pourquoi ?

C’est pour que Dieu change sa décision, ou c’est par l’unique souci orgueilleux de ne pas reconnaître ce que Dieu fait à travers son OINT MUKUNGUBILA ? D’autant plus que quand Dieu leur a révélé la libération cela confirme les paroles du Président MUKUNGUBILA qu’effectivement le pays était sous occupation.

Faites attention chers compatriotes de ne plus attrister ce Dieu qui vient de vous révéler que incessamment Il accorde au peuple congolais son bonheur.

Le Président,

JOSEPH MUKUNGUBILA MUTOMBO




Un mensonge de plus, un outrage à Dieu et au peuple congolais !

Lettre ouverte du 13 Juillet 2018

Moi, Président MUKUNGUBILA MUTOMBO Joseph, pour la énième fois je m’adresse à vous Messieurs, Dames de la Communauté Internationale, pour la énième fois je prends à témoins mes très chers compatriotes. Troublant, écœurant, affligeant, illégal et même immoral, les mots vont jusqu’à me manquer pour qualifier le chèque en blanc que vous êtes en train d’octroyer au Sieur Kanambe que vous continuez à appeler Kabila dans l’unique but de nous narguer !

Qu’à cela ne tienne, vous voir prendre place à bord de la navette où cet imposteur que vous nous avez imposé depuis bientôt 20 ans déclare, sans détour, que réclamé par plus que tout le peuple congolais, il va poser la candidature à son hypothétique succession est un acte qui, loin d’être irréfléchi, suscite tout de même un tas d’interrogations dans le chef, non seulement des Congolais, mais aussi de tout observateur averti…

Certainement qu’en vous écrivant sa note d’intention ou d’information, Kanambe ne s’est pas trompé d’adresse… Il a simplement tenu à nous faire connaître l’étendue du champ de ceux qui avec lui ont signé le pacte d’asservissement et d’anéantissement programmé de mon pays, la République Démocratique du Congo et de mon peuple. Mais du même coup ce qui ne pouvait passer par l’esprit étroit de cet illettré venu du Rwanda où pourtant il y a nombre des gens qui sont rassasiés de savoir, de connaissance et de quelque sagesse malgré la petitesse du territoire ainsi voulu et déterminé par le Créateur ! C’est qu’il a livré en pâture au Dieu des Congolais tous ses partenaires autrefois très à l’aise sous l’eau qu’à l’air libre.

Que vais-je penser ou que vais-je dire ? Que ce sont  ces bandes de prostitués, de vagabonds, d’escrocs qui s’affichent à longueur des journées dans les salons des hôtels de luxe à l’affût de la meilleure offre, quelle que soit sa provenance, du Rwanda ou d’autres richissimes assassins fussent-ils les meurtriers de vos propres parents… Si être corrompu pour aller jusqu’à vendre sa famille, son peuple et son pays a bien valu à Kanambe le diplôme que vous venez de lui décerner, sachez néanmoins que cette cohorte d’aventuriers opportunistes de mauvais augure n’a aucune base ni individuelle, ni collective ! Seuls les plateaux de télévision, l’officielle en premier, ont fait d’eux les champions du paraître sans contenu… Du reste, vous le savez !

Me souvenant de ce que mon pays fut l’un des rares du Monde et de l’Afrique à s’être engagé au secours de l’Afrique du Sud emprise aux atrocités de la politique d’apartheid, déjà en 2009 j’entrepris le voyage au pays de Madiba pour dénoncer auprès du Président Jacob Zuma le fait que Kanambe n’était pas le fils de mon frère Laurent Désiré, et qu’il n’était détenteur d’aucun dessein loyal pour mon peuple, malgré qu’on continuait à lui dérouler le tapis rouge ici… Je faisais ce désaveu dans l’espoir de mémoire d’obtenir le retour de l’ascenseur pour mon pays et mon peuple meurtris  gravement par près de dix ans de servitude en ce moment-là ! C’est en 2009 que le souvenir des hauts faits du Zaïre de l’époque avait traversé mon esprit. Et le Président Zuma me reçut via son Ministre des Affaires Étrangères pendant que lui-même préparait sa rencontre avec son homologue angolais, le tout dans les installations du Siège de l’ANC à Johannesbourg. Le 7 Septembre 2009, jour de cette audience solennelle, le Prophète de l’Eternel MUKUNGUBILA, homme politique lui-même, était à la tête d’une délégation dont le compatriote Michel Mayala qui lui servit d’interprète pour signer son entrée dans les annales de l’histoire politique de la République Sud-Africaine.

Quatre ans plus tard, comme une réaction constructive se faisait toujours attendre, je publiais ma toute première lettre ouverte le 5 Décembre 2013, coïncidence ou pas, c’est ce jour-là que l’icône de la nation Arc-en-ciel, Nelson MANDELA quitte la terre des hommes. Dans toutes les Institutions, chez toutes les personnalités où cette lettre est parvenue, les accusés de réception ont été enregistrés y compris à la Présidence de la République. Là également, c’est à peine si la réaction a pu rivaliser avec quelques murmures, quelques rumeurs !

Ce qui fera que je revins à la charge à la fin du même mois de Décembre, décidé comme je le suis encore aujourd’hui, décidé à crever l’abcès de l’occupation du pays territorialement, militairement et politiquement sans compter les conséquences néfastes que mes compatriotes et moi subissions… Le 28 Décembre je larguais la deuxième lettre ouverte, la bombe au napalm qui déclencha les foudres de Kanambe contre moi et contre tous les miens qui, jusqu’à ce jour sont poursuivis par les mercenaires, les milices et l’armée à la solde de Kanambe dans les villages et dans les campagnes du Tanganyika et du Katanga où ils sont massacrés dans un silence qui ne dit pas son nom !!!

Me voici contraint à l’asile politique en Afrique du Sud où l’idée de mener une lutte pacifique, démocratique avait été préconisée lors de l’audience au Siège de l’ANC… Mais très vite, je vais me trouver à la croisée des vents avec le Home Affairs, le Ministère Sud-Africain de l’Intérieur, un exécutif politique au sein duquel les loups ne se mangent pas, la Cour de Justice de Johannesbourg après avoir attendu plus d’une année sans obtenir les preuves des accusations de Kinshasa  a fini par m’innocenter, en foi de quoi la Haute Cour de Justice Sud-Africaine m’a à son tour donné raison, avant de trancher définitivement et d’exiger à Home Affairs de me remettre dans mes droits et de me rembourser tous mes frais de dépenses de justice. Kanambe aurait-il trouvé le moyen d’acquérir un bras si long pour qu’il défie vents et marées ?

Non, non et non. je persiste et je signe, vous la communauté internationale, vous connaissez la raison principale du soutien aveugle que vous lui vouez… Sinon vous n’auriez pas attendu que nous totalisions douze millions des morts pour que vous agissiez comme en Gambie, en Côte d’Ivoire, en Irak où votre action a été déterminante dans la reconquête de la paix et de ses droits par le peuple.

Je refuse de comprendre que l’ONU dont j’ai reçu des réponses écrites de ses hautes instances soit mêlée à cet imbroglio Kanambo-rwandais dans lequel le sanguinaire n’a hésité à aucun moment pour tuer les hommes des troupes d’intervention onusienne… L’impuissance manifeste que vous affichez, Messieurs-Dames de la communauté internationale intriguerait plus d’un, surtout lorsque vous vous détournez de la transition démocratique qui au bout d’un laps de temps  raisonnable finirait par doter mon pays des dirigeants et des institutions fiables.

Si il est vrai que Kanambe est votre incontournable et intouchable garant sur le partage du butin congolais malgré qu’il ait procédé, lui et ses frères rwandais, à l’extermination de mon peuple, je vous révèle que sur ma foi de Prophète de l’Eternel, que lui ou tout autre étranger que vous tenterez encore d’imposer au peuple congolais, Dieu le tuera ! Ainsi dit l’Eternel.

Président MUKUNGUBILA MUTOMBO Joseph




Discours du Prophète de l’Eternel Joseph Mukungubila à l’occasion de la cérémonie du 30 décembre 2016

 

Très chers compatriotes, à vous tous qui êtes porteurs des charges vous imposées injustement depuis des années; quel que soit l’endroit du territoire congolais où vous vous trouvez, même dans les pays d’accueil où vous êtes en train de demeurer malgré vous.

30 décembre 2013, 30 décembre 2016; 3 ans jour pour jour se sont écoulés ! 3 ans d’un très lourd tribut que je paie dans ma chair, dans mon âme et dans mon esprit… de la RDC. Pendant 3 ans ils ont tué, massacré, pillé et dévasté tout ce qui m’est cher, de ma famille biologique à ma patrie. Car martyrisé par le sacrifice de l’asile, de l’expatriation, lui-même consécutif à l’acte très officiel de ma présentation qui a inquiété profondément tous les envahisseurs, laquais des puissances étrangères opposées totalement au mieux-être et à l’indépendance de la RDC. Ce qui, très chers compatriotes, semble échapper à ceux des nôtres étourdis et versés dans la confusion et qui demeurent englués dans les chaînes du Prédateur, qui pense avoir pris la République en otage…

Du sang qui a coulé dans ma résidence à Lubumbashi, aujourd’hui ça coule encore dans le Tanganyika, dans le Lwalaba, en passant par le Nord et le Sud Kivu, dans l’ex-Equateur, dans le haut Uélé, dans le Kasaï central, dans le Kasaï et le Kasaï oriental, le chapelet et les cordes des larmes sont là pour servir de témoignage et d’accusation devant toute intelligence équilibrée.

Mais la vérité est têtue! Et c’est dans cette vérité têtue de Dieu que se retrouve consignées les promesses, les grandes promesses de Dieu pour le Congo.  Ces promesses que l’Eternel Dieu pour nous rappeler, pour nous signifier, avait, en son temps, ouvert une fenêtre, une porte afin que par les Kimbanguistes et les Kitawala, tout fils légitime de ce pays, en atteste l’authenticité de génération en génération jusqu’au parfait accomplissement.

Très chers compatriotes, que j’en sois arrivé aujourd’hui à fustiger le comportement de mes frères réduits au rôle d’une fausse opposition, gangrenée par la CENCO et d’autres confessions religieuses dont la nébuleuse profession de foi n’a d’égal que les messes noires dites dans certaines loges et d’autres officines du Nord comme du Sud de notre planète.

Y a-t-il besoin que je rappelle ici, très chers compatriotes, l’opportunité de la lecture et de la compréhension des signes des temps qu’en ce dernier trimestre 2016, l’Eternel Dieu a donné en observation au peuple d’exception que vous êtes ?

Très chers compatriotes, sachez enfin que ce que nous vivons à l’heure actuelle, ce sont les dernières douleurs d’enfantement. Car la libération, la délivrance de mon peuple, de mon pays, m’a été donnée par le Seigneur lui-même. C’est pour MAINTENANT. Car le pouvoir de Kanambe alias Joseph Kabila est terminé.

L’accomplissement de la promesse de Dieu est là, ne faites plus attention aux soubresauts qui ne sont destinés qu’à emporter le dévastateur et ses suppôts dans l’effectivité de la condamnation qu’ils méritent.

Que l’Espoir qui est désormais le nôtre, devienne donc l’objet de votre satisfaction, de votre foi totale en la compassion que le Seigneur nous accorde à travers son Christ régnant.

Je vous remercie.

                                                                    

                                                                             Joseph MUKUNGUBILA MUTOMBO         Prophète de l’Eternel




Défaite de Mme Clinton aux élections américaines 2016

Communiqué du 9 novembre 2016

Le Prophète de l’Eternel Joseph Mukungubila félicite le nouveau président élu par le peuple américain Donald Trump. Que cette victoire qualifiée par tous d’historique puisse bénéficier aux Américains mais aussi au reste du monde.

L’élection de monsieur Trump qui a plongé la planète entière dans la stupéfaction et a suscité inquiétudes et incertitudes, devrait pousser l’opinion internationale à s’interroger sur les raisons profondes ayant permis ce séisme politique.

Le 26 octobre 2016 Joseph Mukungubila avait, face au coup d’état orchestré par alias Kabila et validé à Luanda par un syndicat de chefs d’états africains acquis à sa cause, appelé la communauté internationale à être un témoin attentif aux événements à venir. En sa qualité d’homme politique congolais et surtout de prophète, il prédisait entre autres l’issue de l’élection américaine qui allait indubitablement avoir des incidences sur le Congo. En effet,l’occupation rwandaise, brutale et sanguinaire de la RDC qui continue à massacrer quotidiennement le peuple congolais est le fruit du coup d’état de 1996 mené par l’AFDL dont le clan Clinton est l’un des principaux artisans. Le Dieu du pays, Dieu du Congo ne peut permettre qu’une telle imposture se pérennise. Par conséquent, cette cuisante défaite d’Hillary Clinton doit être perçue par tous comme le signe qui vient confirmer le début de la fin de l’occupation du Congo par le Rwanda.

Les grandes crises internationales qui font la une de l’actualité depuis quelques mois voire quelques années doivent être mises en relation avec le discours constant de Joseph Mukungubila selon lequel la paix mondiale dépend de la paix du Congo.

Nous espérons que le président Obama dont le prophète Joseph Mukungubila avait prédit la victoire dès le début 2007, saura mettre à profit ses derniers jours pour oeuvrer de façon plus efficace à la paix du Congo, donc à la paix mondiale.

Nous espérons également que le mandat du président Donald Trump saura rencontrer de manière concrète les aspirations profondes du peuple américain et que le 45ème président des Etats-unis d’Amérique tirera les leçons constructives du propos du prophète Joseph Mukungubila.

Bureau du Prophète de l’Eternel Joseph Mukungubila




Lettre ouverte du Prophète de l’Eternel Joseph Mukungubila Mutombo

Que ce jour du Mercredi 26 Octobre 2016 soit un jour de gémissements, de lamentations, de pleurs, pour tout un peuple, le peuple congolais.

Que toute la communauté internationale que je prends à témoin, se souvienne et n’oublie jamais ce COUP D’ETAT qu’un groupe de chefs d’état africains viennent de signer à Luanda en Angola contre un peuple libre et souverain.

En âme et conscience, pour des intérêts sordides et inavouables ; parfaitement au courant de l’occupation dont la RD Congo est victime depuis 16 ans, le syndicat protecteur du « prédateur-imposteur » a cru qu’il pouvait nous fermer la bouche comme il a réussi avec les ouvriers du ventre de la cité de l’Union Africaine à Kinshasa…

Sans que je n’épouse outre mesure les vues de la classe politique d’opposition qui est indéniablement ma famille, mon vœu le plus cher est que mes frères et sœurs opposants comprennent qu’ici c’est l’intégrité spirituelle de ma personne qui est visée au-delà de l’apparente dimension constitutionnelle. Aussi j’appelle tout le peuple congolais à se dresser comme un seul homme contre ce COUP D’ETAT. Je me dresse ici comme l’ayant droit parce que c’est moi, l’oint de l’Eternel qui porte toutes les meurtrissures de mon peuple dans ma chair.

Il me semble que le temps est venu pour que vous, communauté internationale, vous soyez très attentifs à ce qui va se passer dans mon pays dans quelques heures, dans quelques jours… Car ils ne savent certainement pas, à Luanda, qu’ils viennent d’enclencher le compte à rebours.

Joseph Mukungubila Mutombo

Prophète de l’Éternel




Interview de Joseph Mukungubila par le combattant Pascal Bakole « Sans Rival » le 13 Octobre 2014 à Johannesburg, Afrique du Sud

Prophète de l’Éternel, Joseph Mukungubila, le 13 octobre 2014 à Johannesburg, Afrique du Sud

Prophète de l’Éternel, Joseph Mukungubila, le 13 octobre 2014 à Johannesburg, Afrique du Sud

Journaliste : Prophète, aujourd’hui, on a été au procès, quelles sont vos impressions à propos de la décision du juge ?

Prophète : Moi je crois que la décision est très claire. Il faut que l’on comprenne, il faut savoir que si le procès a été reporté à 2-3 reprises et que aujourd’hui madame le juge se prononce disant : il faudrait que vous nous reveniez au moins l’année prochaine . Nous allons vous recevoir l’année prochaine et vous continuez à être libre. Personnellement, je suis très satisfait de cela car ça prouve à suffisance mon innocence.
Et s’il vous plaît, parce qu’ici c’est pour suivre la justice telle qu’elle est. Qu’est ce que je pouvais craindre moi ? Je n’avais pas à craindre. C’est moi qui ai été assassiné, en assassinant les miens. C’est moi qu’on assassinait ensemble avec ceux qui sont tombés. Et c’était dans ma maison, ce n’était pas dans un terrain ou en dehors de ma maison, comme si j’étais allé attaqué. Non !
Raison pour laquelle mon innocence continuera à se maintenir. Raison pour laquelle j’ai compris que le rendez-vous d’aujourd’hui c’est la victoire de l’Éternel Dieu. Et la justice sud africaine est parvenue à comprendre que c’était des mensonges qu’on avait monté. Raison pour laquelle c’est banalisé aujourd’hui. Pour moi, le procès a pris fin pour moi, bien qu’il y a rendez-vous au tribunal comme madame le juge a dit.

Journaliste : Il se passe pas mal de choses au Congo. Il y a la révision de la constitution, d’autre part l’opposition qui fait des marches ratées. Alors, quel est votre point de vue concernant la révision de la constitution ou le troisième mandat de Monsieur Hippolyte Kanambe ?

Prophète : Moi je crois que ce que fait l’opposition c’est normal. En tant qu’enfants de se pays, ils doivent se tracasser beaucoup, et de l’autre côté, c’est une culture des africains qui fait la honte. Comme j’avais eu à le dire, je crois qu’il y a eu imposture parce que mes deux lettres disent suffisamment ce que j’ai eu à dire. Ça ne change rien. Un étranger, c’est un étranger. Dieu avait déjà consigné dans son Écriture. Hors aujourd’hui, t’entendre dire qu’il tient toujours à réviser la constitution. Je crois c’est ça la culture de l’Afrique maintenant, ça fait la honte de l’Afrique. Les blancs en Europe, nous regarde comme si on voulait trop s’accrocher au pouvoir, et que le congolais devrait au moins réfléchir mûrement parce qu’un étranger à la tête du pays, vous allez vouloir l’aider à se maintenir au pouvoir pour quelle raison, et continuer à enregistrer des morts. C’est trop grave ça. Pour moi ce sont les sous berceaux. Ce que je viens d’entendre au tribunal me rassure que comme je l’avais dit pendant ma conférence : le pays pour moi est libéré. Voyez un animal quand il est atteint, il ne se laisse pas faire,c’est ce qu’on appelle le sous berceau, quand il est atteint déjà par la flèche, c’est pareil avec quelqu’un qui s’accroche au pouvoir juste pour faire du mal au pays.
Je pense que le pouvoir là, comme la communauté internationale a pu intervenir puissamment pour déclarer que c’était la fin du mandat, donc c’est la fin du mandat. Mais on ne va pas attendre la fin du mandat, c’est le droit de tous les congolais, que ceux qui continuent à vouloir aider le pouvoir sanguinaire, continuent à aider ceux qui massacrent tout le monde, les congolais. C’est trop grave. Qu’ils réfléchissent mûrement, qu’ils réfléchissent. Est ce que vous pouvez-vous réjouir de la mort de vos compatriotes ?

Journaliste : Vous êtes le premier homme de Dieu à postuler à la haute magistrature du pays. Est ce biblique qu’un pasteur puisse faire la politique ?

Prophète : Voyez, je peux vous dire ceci. Lisez Genèse 1 . Regardez pendant 4 jours, dieu a pu créer le ciel, la terre, ira rassembler les eaux et jusque là pendant 4 jours, il n’avait pas créer encore les êtres vivants. Alors c’est au 5e jour, qu’il va se mettre à créer les êtres vivants, les animaux et tout ça, les oiseaux, les poissons et consort. Des qu’il s’est mis à pouvoir créer, Dieu pensa à ce qu’il y ait au moins une gestion, une gérance. C’est à partir du moment où il créa les êtres vivants, il comprit que c’était nécessaire de faire la gestion. Pourquoi ? Parce que ces êtres vivants, il faut qu’il y ait quelqu’un qui puisse les encadrer. Et ça, ça s’appelle comment ? Politique. L’art de gérer, vous me comprenez ? A partir du 5e jour, Dieu a créer les êtres vivants. C’est ainsi qu’en les créant, il va passer directement au 6e jour pour créer l’homme qui va dominer sur ce qu’il venait de créer. Et c’est ainsi, qu’en ayant l’idée de former l’homme, il va se dire créons l’homme à notre image. Pour que celui-ci puisse dominer sur tous les êtres que nous venons de créer pour qu’il domine. Et c’est comme ça qu’a commencé l’idée de la politique. La politique a commencé à travers l’idée de celui qui nous a crée, qui a tout crée, qui a crée l’homme. Pas tout simplement pour voir ce que nous voyons : faut qu’ils s’aiment avec sa femme, et tout ce que nous voyons là. Mais pour dominer . C’est ainsi qu’au chapitre 2, il va lui venir l’idée de dire, c’est pas bon que l’homme reste seul, je vais lui créer une aide. C’est ça la femme. Et qu’est ce qu’il va faire avant de faire tomber l’homme dans le sommeil ? Il s’adresse à l’homme disant : Tous les êtres vivants, il faut les rassembler pour leur donner des noms. C’est l’homme qui a donné les noms, pas lui. L’Éternel : J’aimerais entendre Adam, comment tu vas les nommer. Et c’est Adam, qui va donner les noms, c’est ça la politique. C’est cette gérance là, qui a été remise entre les mains d’Adam. Quand tu me dis que tu es l’homme de Dieu, comment tu vas faire la politique ? Mon cher frère, la politique vient de Dieu, ça ne vient pas des hommes, non.

Journaliste : La politique d’hier est différente de celle d’aujourd’hui. La politique occidentale est des fois différente de la politique africaine. En Afrique, 100% des hommes politiques sont des occultistes, il faut toucher à la franc maçonnerie.

Prophète : La politique n’a pas commencé avec un occultiste, mais avec Dieu le créateur. Il a créer l’homme pour la politique, c’est ça la grande raison de la création de l’homme. C’est la politique qui a commencé avec l’Europe, l’Asie, la politique a commencé avec Dieu, au travers ses hommes, ses serviteurs. Ce qui est troublant, ce qui vous trouble mes frères, c’est parce que le colonisateur quand il est arrivé, il est venu pour freiner la véritable politique, celui qui a eu la conception de la politique c’est Dieu créateur. Il faut que tu saches que si tu es là c’est pour la politique. Il t’a crée à cause de ça ? Le roi, nous le trouvons par la bible. C’est dans la bible, la gérance des terres, la gérance des hommes, c’est dans la bible. Si tu me cites le nom que tu m’as cité tout à l’heure que je n’aimerais pas citer.

Journaliste : Pierre Kasambakana.

Prophète : Quelqu’un qui se déshabille, il va lui dire retire ton pantalon, parce que c’est un pantalon sacerdotale, il faut l’enlever. Et il va enlever. C’est gens que tu me cites, ils ne comprennent même pas ce que c’est la parole de dieu. Ceux qui ont géré ceux sont les hommes de Dieu dont Moise, le roi David, le roi Salomon. Et puis entendre dire que toi l’homme de dieu, tu fais de la politique. Et ce David là, ce n’était pas seulement le roi, il était prophète, comme moi, Mukungubila. C’est ce qui est écrit. Et le colonisateur avait intérêt à pouvoir vous embrouiller avec des mensonges, mais rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. Mais c’est biblique, c’est la monnaie, c’est l’impôt. Ce n’est pas question de politique, c’est l’impôt. Jésus va les appeler disant : donne d’abord. Cette effigie, c’est l’effigie de qui ? C’est la question qu’il avait posé. Mathieu 17.
On est troublé. Vois même ceux que tu dis être des serviteurs, un serviteur qui se laisse embrouiller. Et ils oublient que la politique appartient à Dieu. Tandis que l’impie est venue pour embrouiller la politique, la déranger. Donc la politique appartient à Dieu, dès la création. Et c’est comme ça que Dieu a confié à ces hommes de pouvoir gérer les hommes, ce sont des prophètes, des serviteurs. Maintenant, toi révérend tu vas t’embrouiller ? Non je ne vais pas m’embrouiller. C’est ce que Dieu veut. Par exemple, aujourd’hui Dieu m’a dit tu vas diriger ce peuple congolais, et c’est ce qui cadre avec la véritable politique du monde. La politique ce n’est pas pour les occultistes, qui font de la magie, les féticheurs, non. La politique appartient à Dieu. Et ce sont les hommes de Dieu qui doivent encadrer les gens, qui doivent mieux gérer les hommes.

Journaliste : L’Eglise catholique est la seule à dire tout haut ce que les gens craignent, maintenant toutes ces Eglises qui se disent de réveil, où on retrouve dans leur tête le pasteur comme vous, le pasteur Mukungubila. Ces Eglises sont corrompues par Hippolyte Kanambé.

Prophète : C’est ridicule. Raison pour laquelle mon bureau a eu à appuyer l’intervention des prêtres catholiques. C’est trop grave.  C’est même ridicule. Quand on ne comprend pas ce qu’on est en train de faire. La politique, on n’y voyait pas des hommes qui ne servaient pas Dieu, qui n’adoraient pas Dieu. C’étaient des hommes qui adoraient Dieu, auxquels on confiait la politique. Donc si aujourd’hui on dit qu’il ne faut pas mélanger la politique avec la religion, on doit reculer, reculer à des années. Reculer au moment où on ne portait même pas la culotte, je crois c’est ça. Quand ils répondent comme ça, ça montre à quel point ils ne sont pas serviteurs de Dieu. Si Dieu était leur maître, leur père, ils allaient comprendre que c’est à lui qu’appartient la politique. Qui met les autorités ? Quand Paul dit : Toute autorité vient de dieu, ça veut dire quoi ? Maintenant de qui vient la politique ?
Et ce qui est grave, un serviteur qui ne sache pas que Jésus est né roi. Naître roi ça veut dire quoi ? Ça veut dire religion, ce n’est pas la politique ?! Donc voyez, c’est une maladie. C’est la raison pour laquelle ils ne savent même pas défendre leur patrie.

Journaliste : Oui, je vois encore ce débat du siècle qui a opposé le prophète Mukungubila à côté de Pierre Kasambakana, qui s’oppose jusqu’aujourd’hui au prophète, contre son statut politique. J’aimerais que vous puissiez lancer un double message, à la diaspora, au peuple congolais qui  nous suit en ce moment, par rapport au temps qui est critique. Parce que Hippolyte Kanambe a beaucoup tué et il continue de tuer. Que va faire le peuple à propos de ce pouvoir qui tue, qui continue de tuer et qui veut s’éterniser au Congo. Que peut faire le peuple à l’heure qu’il est ? Parce que vous êtes leader d’opinion. Et le peuple va vraiment vous obéir. Et second message à lui-même Hippolyte Kanambé qui va avoir la chance de vous suivre en direct. Dîtes lui un mot, il va vous écouter en ce moment.

Prophète : A la diaspora, moi  je n’ai pas beaucoup à dire. Je demande à la diaspora de maintenir la position et que le congolais s’est laissé corrompre facilement, il a avilit son honneur. Je demande à la diaspora maintenant, comme ils ont comprit l’acharnement avec lequel ce pouvoir est en train de nuire à Mukungubila, à nuire à sa vie. Cette acharnement doit faire comprendre à la diaspora congolaise, que Mukungubila c’est l’homme en lequel vous devez placer toute votre confiance et accepter sans réticences de pouvoir le soutenir. Je n’ai jamais demandé de l’argent moi. Et pendant beaucoup d’années j’ai lutté pour mon pays, vous êtes témoin vous-même. Soutenez l’homme de Dieu Joseph Mukungubila, parce que c’est le seul, le seul, je pense qui pourrait constituer l’espoir de pouvoir rétablir au moins de l’ordre dans le pays. Je crois que c’est le seul. Si ça ne vous convainc pas, priez Dieu, ce Dieu que vous priez dans différentes confessions religieuses. Essayez de prier ce Dieu, il va vous le dire. Mukungubila c’est l’homme que vous devez soutenir, soutenez-le. Leader j’accepte, je le suis. Je le suis parce qu’il n’y aura pas moyen que ces gens qui corrompent tout le monde puissent m’atteindre moi. Non, ça n’arrivera pas. Avec les massacres, je crois que le pays est libéré. Le pays déjà est libéré. Mais ce que je vous demande c’est de soutenir l’homme. Soutenez l’homme. Et que si Dieu nous accorde le dialogue, nous allons parler et les choses vont rentrer dans l’ordre.
Tu m’as demandé concernant l’homme qui est la tête du pays maintenant. Je n’ai pas une adresse à lui faire, j’ai déjà écrit les deux lettres. Ces deux lettres suffisent. Les deux lettres dans lesquelles j’ai pu dénoncer ce qui a été fait comme imposture. Je crois que tous les congolais vous êtes déjà au courant. Alors vous devez vous en tenir à ces lettres. A lui, je n’ai pas de message à faire. Mon message c’est les deux lettres que j’ai écrites aux congolais.

Journaliste : Peut être qu’il n’a pas eu l’occasion de lire ces lettres. Quel message lui adressez-vous, à lui qui vous écoute et veut votre tête.

Prophète : Ma tête, il ne l’aura pas s’il te plaît. Il ne l’aura pas parce que Jésus avait dit à Pilates, Pilates qui lui disait réponds moi, pourquoi tu ne me réponds pas. Ne sais-tu pas que je détiens ce pouvoir de te relâcher ou bien de te faire crucifier. Ça c’est Jean 19, il a dit ça. Et quelle a été la réponse de Jésus : « Toi, avoir le pouvoir de me relâcher ou bien de me crucifier, tu n’aurais pas de pouvoir si cela ne t’avait pas été donné d’en haut. » Ce n’est pas un homme de la terre, qui pourrait avoir la vie de l’homme Mukungubila Joseph. C’est la raison pour laquelle quand je disais à la diaspora selon ta question, soutenez Mukungubila, c’est le seul qui à mon humble avis pourrait constituer l’espoir de ce Congo-là, Mukungubila, que je suis. Je ne pense pas qu’il y ait quelqu’un qui puisse arrêter le programme de Dieu. Mukungubila s’en va comme il lui a été écrit. Et il accomplira cela, je pense que je n’ai pas été crée comme vous autres. J’ai été crée pour souffrir telle que je suis en train d’endurer la souffrance, jusqu’à ce que je libère le pays de mes ancêtres. Après la libération du pays, nous allons aider les autres pour mieux comprendre, amener la paix. Le Schilo dont vous entendez parler, veut dire l’homme de paix, le pacifique, l’islam,c’est ça Mukungubila Joseph. Vous comprenez ? Quelqu’un qui voudrait m’ôter la vie comme lui, il n’y parviendra pas, il se bat contre le vent.

Journaliste : Il a réussi le général Bahuma, il a réussi Mamadou, il a réussi Chébéya . Il a réussi voir même le pasteur Kutino, qui est libéré mais malade. Alors en quoi vous différenciez-vous de tous ces gens ? Parce que Kanambé a l’argent, il corrompt tout le monde, alors voyez que le danger est encore là.

Prophète : Je t’ai dit je suis Schilo, pour que tu comprennes Genèse 49 : 8-11, tu comprendras que le sceptres de la royauté sera gardé en Juda, c’est à dire Jésus, jusqu’à ce que Schilo vienne. J’ai eu à corriger les musiciens disant : Schilo ce n’est pas Jésus. Schilo c’est votre frère, c’est un congolais, donc Schilo veut dire le pacifique, c’est ça le sang de Schilo, le pacifique. Le monde attend ceux qui ont l’intelligence, la sagesse, qui ont des yeux, ils attendent la paix que Dieu va amener sur la terre. Et cette paix ne viendra pas autrement que par Schilo. Donc moi je crois que je suis très différent, je te dis, très très différent. Si je n’étais pas différent, je crois que ceux qui en veulent à ma vie allaient déjà m’enlever la vie depuis des années. J’ai échappé, Dieu m’a fait échapper, je crois c’est à cause de cela, pour que je puisse accomplir ce pourquoi il m’a envoyé sur terre. Donc je suis très différent, très très différent.