Discours du Prophète de l’Eternel Joseph Mukungubila à l’occasion de la cérémonie du 30 décembre 2016

 

Très chers compatriotes, à vous tous qui êtes porteurs des charges vous imposées injustement depuis des années; quel que soit l’endroit du territoire congolais où vous vous trouvez, même dans les pays d’accueil où vous êtes en train de demeurer malgré vous.

30 décembre 2013, 30 décembre 2016; 3 ans jour pour jour se sont écoulés ! 3 ans d’un très lourd tribut que je paie dans ma chair, dans mon âme et dans mon esprit… de la RDC. Pendant 3 ans ils ont tué, massacré, pillé et dévasté tout ce qui m’est cher, de ma famille biologique à ma patrie. Car martyrisé par le sacrifice de l’asile, de l’expatriation, lui-même consécutif à l’acte très officiel de ma présentation qui a inquiété profondément tous les envahisseurs, laquais des puissances étrangères opposées totalement au mieux-être et à l’indépendance de la RDC. Ce qui, très chers compatriotes, semble échapper à ceux des nôtres étourdis et versés dans la confusion et qui demeurent englués dans les chaînes du Prédateur, qui pense avoir pris la République en otage…

Du sang qui a coulé dans ma résidence à Lubumbashi, aujourd’hui ça coule encore dans le Tanganyika, dans le Lwalaba, en passant par le Nord et le Sud Kivu, dans l’ex-Equateur, dans le haut Uélé, dans le Kasaï central, dans le Kasaï et le Kasaï oriental, le chapelet et les cordes des larmes sont là pour servir de témoignage et d’accusation devant toute intelligence équilibrée.

Mais la vérité est têtue! Et c’est dans cette vérité têtue de Dieu que se retrouve consignées les promesses, les grandes promesses de Dieu pour le Congo.  Ces promesses que l’Eternel Dieu pour nous rappeler, pour nous signifier, avait, en son temps, ouvert une fenêtre, une porte afin que par les Kimbanguistes et les Kitawala, tout fils légitime de ce pays, en atteste l’authenticité de génération en génération jusqu’au parfait accomplissement.

Très chers compatriotes, que j’en sois arrivé aujourd’hui à fustiger le comportement de mes frères réduits au rôle d’une fausse opposition, gangrenée par la CENCO et d’autres confessions religieuses dont la nébuleuse profession de foi n’a d’égal que les messes noires dites dans certaines loges et d’autres officines du Nord comme du Sud de notre planète.

Y a-t-il besoin que je rappelle ici, très chers compatriotes, l’opportunité de la lecture et de la compréhension des signes des temps qu’en ce dernier trimestre 2016, l’Eternel Dieu a donné en observation au peuple d’exception que vous êtes ?

Très chers compatriotes, sachez enfin que ce que nous vivons à l’heure actuelle, ce sont les dernières douleurs d’enfantement. Car la libération, la délivrance de mon peuple, de mon pays, m’a été donnée par le Seigneur lui-même. C’est pour MAINTENANT. Car le pouvoir de Kanambe alias Joseph Kabila est terminé.

L’accomplissement de la promesse de Dieu est là, ne faites plus attention aux soubresauts qui ne sont destinés qu’à emporter le dévastateur et ses suppôts dans l’effectivité de la condamnation qu’ils méritent.

Que l’Espoir qui est désormais le nôtre, devienne donc l’objet de votre satisfaction, de votre foi totale en la compassion que le Seigneur nous accorde à travers son Christ régnant.

Je vous remercie.

                                                                    

                                                                             Joseph MUKUNGUBILA MUTOMBO         Prophète de l’Eternel




Lettre ouverte du Prophète de l’Eternel Joseph Mukungubila Mutombo

Que ce jour du Mercredi 26 Octobre 2016 soit un jour de gémissements, de lamentations, de pleurs, pour tout un peuple, le peuple congolais.

Que toute la communauté internationale que je prends à témoin, se souvienne et n’oublie jamais ce COUP D’ETAT qu’un groupe de chefs d’état africains viennent de signer à Luanda en Angola contre un peuple libre et souverain.

En âme et conscience, pour des intérêts sordides et inavouables ; parfaitement au courant de l’occupation dont la RD Congo est victime depuis 16 ans, le syndicat protecteur du « prédateur-imposteur » a cru qu’il pouvait nous fermer la bouche comme il a réussi avec les ouvriers du ventre de la cité de l’Union Africaine à Kinshasa…

Sans que je n’épouse outre mesure les vues de la classe politique d’opposition qui est indéniablement ma famille, mon vœu le plus cher est que mes frères et sœurs opposants comprennent qu’ici c’est l’intégrité spirituelle de ma personne qui est visée au-delà de l’apparente dimension constitutionnelle. Aussi j’appelle tout le peuple congolais à se dresser comme un seul homme contre ce COUP D’ETAT. Je me dresse ici comme l’ayant droit parce que c’est moi, l’oint de l’Eternel qui porte toutes les meurtrissures de mon peuple dans ma chair.

Il me semble que le temps est venu pour que vous, communauté internationale, vous soyez très attentifs à ce qui va se passer dans mon pays dans quelques heures, dans quelques jours… Car ils ne savent certainement pas, à Luanda, qu’ils viennent d’enclencher le compte à rebours.

Joseph Mukungubila Mutombo

Prophète de l’Éternel




Reprise de la traque contre les disciples de Mukungubila : que cherche le pouvoir de Kinshasa ?

Communiqué conjoint du Bureau du Prophète Joseph Mukungubila et AV30 asbl du 19 janvier 2016 relatif à l’arrestation de l’évangéliste Lévi Mutonkole par l’ANR de Manono.

Violations grave des droits de l'homme

Violations grave des droits de l’homme

A la suite du discours de commémoration des deux ans des évènements du 30 décembre 2013, prononcé par Joseph Mukungubila, le gouvernement a repris une véritable cabale médiatique contre le prophète ainsi que la traque intensive de toute personne supposée être son disciple ou son partisan.

C’est ainsi que nous apprenons, avec effroi et stupeur, la détention par l’ANR de Manono de l’évangéliste Lévi Mutonkole Kadima, ce depuis le dimanche 17 janvier 2016. Des premières informations qui nous sont parvenues, il serait accusé de détenir des versions écrites des lettres ouvertes ou des discours de l’homme de Dieu. Pourtant ce sont des documents publics, disponibles dans tous les médias et accessibles en toute liberté dans le monde entier. Serait-ce devenu un crime de posséder ces documents qui illustrent l’expression politique et démocratique du prophète, dans un pays dit “démocratique” ? Non seulement, Lévi Mutonkole a raison de les détenir, mais tous les Congolais devraient en faire autant car ils sont autant de clefs pour la libération du pays.

Nous comprenons que la préoccupation de ce pouvoir est d’empêcher que la vérité circule, surtout quand elle sort de la bouche du prophète. Kinshasa est en train de chercher par tous les moyens à nuire au prophète et à l’incriminer injustement. Rappelons que ce dernier avait écrit deux lettres ouvertes le 5 et 28 décembre 2013 pour défendre son peuple et dénoncer l’imposture à la tête du pays. Alors que l’homme de Dieu s’attendait à recevoir une réponse du même ordre, c’est-à-dire par voie de presse ou par lettre ouverte, le régime de Kinshasa avait été pris d’une folie meurtrière au point de massacrer plus de 300 civils non armés; dont 200 réunis en veillée de prière dans la maison du prophète au quartier Golf à Lubumbashi.

Lévi Mutonkole Kadima, marié et père de famille, est né à Likasi le 12 février 1967; il est originaire du territoire de Bukama de la collectivité de Kinkondja. Il est un paisible et honnête citoyen qui ne demande qu’à vivre librement dans son pays. Pourquoi donc l’emprisonner de façon arbitraire et sans raison sérieuse pour le mettre à la prison centrale de Manono ? C’est pourquoi nous réclamons et exigeons sa libération immédiate ainsi que l’arrêt de la traque intensive que le pouvoir de Kinshasa a reprise contre les disciples et partisans de Mukungubila. D’ailleurs, le prophète Mukungubila ayant été totalement innocenté par la justice sud-africaine, il est devenu aberrant de voir ses disciples emprisonnés ou traqués.

Aussi, nous réitérons notre demande à la communauté internationale de mettre définitivement fin à la folie meurtrière de « Joseph Kabila » qui assassine la démocratie au Congo, chaque jour qui passe.

Bureau du Prophète Joseph Mukungubila et AV30 asbl




L’ACHARNEMENT DU POUVOIR DE KINSHASA CONTRE LE PROPHÈTE MUKUNGUBILA FRISE LE RIDICULE

Communiqué du 13 janvier 2016

Droit de réponse à l’article de «Forum des as» intitulé «Ile de Gorée : des masques tombent, Mbusa et Mukungubila déballés” , article repris entre autres par les journaux l’Avenir, le Phare, le site 7/7 et  RADIO OKAPI dans sa revue de presse.

Ile de Gorée

Ile de Gorée

La tristesse et la stupéfaction sont grandes à la lecture de l’article totalement diffamatoire des quotidiens «Forum des as» et «Avenir» à l’encontre du prophète Mukungubila. Après la cabale médiatique orchestrée depuis le 31 décembre 2015  par les médias du pouvoir, à savoir Télé 50, RTNC, Digital Congo et certaines chaînes télévisées provinciales; c’est au tour des journaux de prendre la relève. Doit-on penser qu’il n’existe plus au Congo dit “république démocratique” des journalistes professionnels qui fassent honnêtement leur métier ? Est-ce à cause des miettes que ces occupants leur jettent après avoir pillé le pays, que certains journalistes choisissent clairement de devenir des caisses de résonance du régime de Kinshasa ?

Cette presse, ne masquant même plus sa partialité, ose prétendre, à travers sa sale besogne, de la présence du prophète Mukungubila à l’île de Gorée au Sénégal ! Pourtant, toute la communauté congolaise et même internationale savent que celui-ci se trouve en Afrique du Sud où il est en procédure d’asile depuis l’attaque armée perpétrée par le gouvernement congolais contre sa résidence du quartier golf, à Lubumbashi le 30 décembre 2013; où furent assassinés plus de 200 disciples du prophète (dont certains enterrés vivants), réunis en veillée de prière. C’est à la suite de cette attaque de Lubumbashi que les autres disciples, à travers tout le pays, avaient manifesté sans armes (cfr propos de Alexandre Luba Tambo, ministre de la défense de l’époque), notamment à Kinshasa (RTNC, camp Tshatshi, aéroport de Ndjili,…), et à Kindu. Le rapport détaillé du très sérieux organisme international, la Fédération Internationale des Ligues des droits de l’Homme (FIDH) affirme sans ambages que c’est le gouvernement congolais qui a massacré plus de 300 civils non armés, essentiellement des disciples de Mukungubila dont plus de 200 dans le carnage de la résidence du prophète à Lubumbashi. Ce rapport est consultable à tout moment sur le site de la FIDH.   

Par ailleurs, à la suite des événements, la justice sud-africaine avait complètement innocenté le prophète face à toutes les accusations mensongères formulées par le pouvoir de Kinshasa. Mais, ce sont ces mêmes accusations que cette presse reprend aujourd’hui. Ce qui est encore plus ridicule, c’est ce rapprochement fait par cette presse avec Mbusa Nyamuisi, alors que le prophète Mukungubila  ne le connaît pas si ce n’est de nom.

Cette facilité à produire des mensonges n’honore pas la presse congolaise et cela doit être dénoncé. Pourquoi ne pas faire échos de la vérité ? Pourquoi ne pas relayer ce qui fait réellement avancer le pays ? Pourtant, le prophète avait écrit deux lettres ouvertes le 5 et le 28 décembre 2013 pour exprimer démocratiquement son point de vue face aux enjeux devant lesquels le Congo était confronté. Mais cette presse avait refusé de les relayer, préférant embrasser comme argent comptant le point de vue du gouvernement en dépit des multiples contradictions.

Que cherche donc cette presse ? Pour qui travaille-t-elle réellement ? A-t-elle mis à la poubelle toute déontologie inhérente à ce noble métier qui consisterait à vérifier les faits, interroger les différents protagonistes ?

Nous nous souviendrons qu’après le 30 décembre 2013, cette même presse avait voulu rapprocher le prophète Mukungubila de John Numbi. Pourtant, les deux hommes ne se connaissent pas, ne se sont jamais vus et n’ont jamais collaboré. À quoi donc riment ces mensonges ? Seraient-ce des manigances pour chercher à nuire au prophète ? Le gouvernement chercherait-il des motifs pour justifier la traque reprise de plus belle contre la famille, les disciples et partisans du prophète ?


Combien de fois encore le bureau du prophète Joseph Mukungubila devra solliciter des droits de réponse à cette presse totalement partisane qui semble ne pas avoir mieux à faire que de s’acharner à diffamer un honnête citoyen congolais persécuté nuit et jour avec sa famille et ses partisans juste à cause de ses idéaux ? Que coûte-t-il à cette presse d’aller chercher l’information à la source en interrogeant les organisateurs de cette conférence de l’île de Gorée pour savoir si Mukungubila ou sa fille Esther faisaient partie des participants ? La république “démocratique” du Congo n’en serait que rehaussée, le métier de journalisme aussi par la même occasion.

Bureau de Joseph Mukungubila




POURQUOI CET ACHARNEMENT CONTRE LE PROPHÈTE, SA FAMILLE ET MÊME SES BIENS ?

Communiqué du 11 janvier 2016 à l’attention de la communauté internationale et de tous les compatriotes congolais.

Prophète de l’Éternel, Joseph Mukungubila, le 13 octobre 2014 à Johannesburg, Afrique du Sud

Prophète de l’Éternel, Joseph Mukungubila, le 13 octobre 2014 à Johannesburg, Afrique du Sud

Nous alertons la communauté internationale et tous les compatriotes congolais qu’après la cabale en cours contre Esther, fille aînée du Prophète Joseph Mukungubila, Kanambe, dans sa folie, sachant qu’il quittera le pouvoir, poursuit son acharnement en ordonnant à sa brigade militaire de la sous-région du Tanganyika au Katanga, de tirer à l’arme lourde sur la résidence du Prophète afin de la détruire.

Nous vous rappelons que le 30 décembre 2013, les disciples et partisans du Prophète Joseph Mukungubila avaient été massacrés à Lubumbashi dans sa résidence du quartier Golf. Kanambe lui-même était présent, lance-roquette à la main, pour participer au carnage avec sa garde républicaine et détruire cette même résidence ; tous les voisins l’avaient vu sur les lieux et cela avait également été confirmée par cinq ONG katangaises dans leurs rapports officiels. Puis, c’était celle Yangambi au Bel-Air et enfin celle de Kolwezi.

Aussi, aucune résidence du Prophète à Kinshasa n’avait été épargnée. Et aujourd’hui Kanambe vient de donner l’ordre de détruire la plus belle maison de la colline de SNCC à Kalémie, que le Prophète n’a même pas encore occupée. Il n’y a que des sentinelles qui gardent cette résidence.

Bien sûr que ce sanguinaire n’avait trouvé aucune arme dans toutes ces résidences et à présent, il donne l’ordre de détruire celle de Kalemie.

Quelle est donc cette démocratie exercée par Kanambe ?

Nous demandons que la communauté internationale intervienne et arrête cette folie meurtrière.

Bureau du Prophète de l’Eternel Joseph Mukungubila




Quelle quantité de sang des Congolais faudra-t-il atteindre pour que ça vous oblige à agir ?

Quelle quantité de sang des Congolais faudra-t-il atteindre pour que ça vous oblige à agir ?

 

Lettre ouverte du 12 Septembre 2015, à la communauté internationale

 

 

Faudra-t-il atteindre jusqu’à quelle quantité de sang des Congolais versé pour que ça vous oblige à pouvoir agir ? Faudra-t-il combien de millions de Congolais que cet homme Kanambe, le Rwandais, pourra-t-il tuer pour que ça vous oblige à intervenir ?!

L’horreur de plus de 450 morts a obligé les habitants des alentours de Maluku de pouvoir alerter la communauté internationale dont la MONUSCO. Et, touchée au plus profond d’elle même, la Belgique, notre ancienne métropole proposera de pouvoir sortir un million et demi d’euros pour qu’il se fasse urgemment une enquête. Les différentes ONG dont Human Rights Watch (HRW) vont exiger qu’il y ait exhumation des corps. Mais l’intouchable Kanambe, le Rwandais, avec son équipe de traîtres Congolais, vont détourner l’attention de la communauté internationale et aujourd’hui c’est le silence plat.

Au moment où je suis en train de vous écrire, un Congolais va nous renseigner qu’il s’est rendu il y a quelques 48 ou 72 h à Maluku. Et Kanambe y a placé déjà, des Rwandais qui prennent soin de contrôler les fosses communes afin que les Congolais n’y aient pas accès. Je rappelle ici que l’ONG HRW avait demandé  à ce qu’il y ait exhumation afin de permettre aux familles de pouvoir enterrer les leurs. Mais l’intouchable Kanambe, avec son équipe, a refusé, catégoriquement.

Le monde ainsi que toute la communauté internationale, ne peuvent-ils pas avoir pitié des Congolais ? Aujourd’hui, la science a tellement évolué qu’elle nous a produit des médecins pour traiter les animaux. Donc, la vie du Congolais n’a vraiment pas plus de valeur, pas plus que l’animal ? Si vous, la communauté internationale, ne voulez pas arrêter ce Rwandais Kanambe Hyppolite, si vous ne voulez pas l’arrêter, ça aurait été mieux de pouvoir nous accorder la paix après que nous ayons perdu les nôtres. Et, nous accorder la paix, c’est mettre fin à ce pouvoir sanguinaire, c’est-à-dire, il faut arrêter cet homme afin que les Congolais puissent s’organiser pour mettre en place un pouvoir de transition dont le but sera de préparer de véritables élections à l’avenir.

Je ne parviens plus à comprendre pourquoi, pourquoi les Congolais doivent toujours être sous ce pouvoir qui les tue, qui les extermine. Je dis bien, je me répète, je ne parviens plus à saisir l’idée qu’a la communauté internationale en laissant ce sanguinaire continuer à faire sa sale besogne alors que cette même communauté internationale avait montré sa capacité à stopper un dirigeant qui n’aime pas ses administrés. Ça s’est fait en Lybie, ça s’est fait en Irak et même en Afrique. J’ai vu cette communauté internationale intervenir pour stopper le pouvoir.

Sera-t-il nécessaire de rappeler que cette communauté internationale avait enregistré des irrégularités et les tricheries lors des dernières élections ? C’est pour dire que le pouvoir qui est en place n’est même pas un pouvoir légitime. Et pourquoi les laisser continuer ? Pour qu’il ait encore plus les possibilités de tuer ? Parce que, vous savez très bien qu’il revient au peuple en tant que souverain primaire, de s’exprimer. Le peuple congolais s’était déjà  exprimé en 2011, mais le pouvoir a tué. Dès qu’on ose descendre dans la rue, dès qu’on ose manifester, ce pouvoir tue. Un pouvoir illégitime, je rappelle. Et maintenant, pourquoi vous de la communauté internationale, ne voulez pas nous aider comme vous avez pu aider les autres ( je répète, il y a eu votre intervention en Côte d’Ivoire, au Mali, en Sierra Léone ou au Libéria) ?

A vous communauté internationale, plus de 8 millions de morts ? Nous approchons des 10 millions (voir plus) que cet homme a pu tuer. Au moment où je vous écris, je sais que vous ne l’ignorez pas. Parce que, à l’époque de l’AFDL vous aviez déjà demandé qu’il y ait une enquête à cause du génocide commis par cet homme vers Kisangani. Vous de la communauté internationale, aviez aussi demandé qu’il y ait une enquête suite au génocide commis, toujours par cet homme, vers l’Equateur. Aujourd’hui, vous n’avez plus besoin de preuves à chercher sur la criminalité de cet homme parce qu’il est entré dans ma parcelle pour me tuer, et il a massacré tous les miens. Et par la grâce du Seigneur, j’ai été sauvé. Selon les ONG, en comptant les partisans, il y a eu plus de 300 victimes. Et, les corps ont été brandis à vos yeux. Je répète encore, dans ma parcelle, la parcelle à moi Joseph Mukungubila, au quartier Golf, à Lubumbashi. J’ai été massacré. Ce n’était pas hors de ma parcelle. Je n’étais pas sorti, j’avais été attaqué dans ma parcelle. Attaqué par qui ? Par ce pouvoir.

Il faudrait quelles preuves et il faudra quelle faute de la part de cet homme pour que vous puissiez dire que nous Congolais, devons vivre en paix sur cette planète ? Il faudra combien de preuves ? Ce que je ne parviens pas comprendre c’est, pourquoi laisser ce pouvoir continuer ? Pourquoi parler de 2016 ? Ce pouvoir va continuer jusqu’en 2016 afin que les Congolais perdent combien des leurs ? Je vous demande afin que vous puissiez comprendre que nous ne méritons pas de mourir ainsi, comme des poules. Intervenez s’il vous plaît. Et, nous n’allons pas supporter d’attendre une semaine. Dans toutes les tentatives de cet homme Kanambe pour se maintenir au pouvoir, il faudra que nous perdions combien de Congolais ? Je vous demande, je vous le répète, c’est aujourd’hui que j’aimerais voir, comme bénédiction, votre intervention pour mettre fin à ce pouvoir. Il est inutile de demander quelle qualification il a ? Et, c’est cet homme que vous allez laisser ainsi massacrer impunément les Congolais ?

Aujourd’hui, les Congolais, impuissants, dans l’esprit de la démocratie, sont en train de pleurer, d’enregistrer leurs morts. Aidez-nous, nous vous demandons. On ne va plus supporter même une semaine. Aidez-nous à pouvoir mettre fin à ce pouvoir pour nous permettre ensuite de mettre en place un gouvernement de transition. En même temps, ce n’est jamais permis dans vos lois, qu’un pays qui est d’ailleurs voisin, puisse nous envahir. Cette invasion, elle est là. Vous la voyez, vous la regardez. Nous demandons à toute la communauté internationale d’évacuer tous les Rwandais. Qu’ils rentrent chez eux. Ce qu’ils ont pillé, ceux qu’ils ont tués, que ça s’arrête là. Nous sommes à bout maintenant, nous sommes à bout. Comprenez que nous sommes à bout. Lui, a des armes. Si, il n’y a aucun homme sur terre, aucun pays, aucune nation sur terre qui puisse avoir pitié de nous, ce qu’il nous reste, c’est de pouvoir nous adresser au ciel. Et lui, comme il a les armes qu’il a acheté avec notre argent, l’argent de nos contribuables, ce qui va s’en suivre c’est qu’il nous trouvera à genoux en regardant le ciel.

Je répète, nous vous demandons de nous aider; de ne pas attendre encore deux jours ou une semaine. Intervenez, au nom de la justice ou de la paix. Car, notre malheur n’est pas dans les extraits de lois, notre malheur c’est qu’on nous a placé un étranger à la tête du pays. Aujourd’hui, j’entends parler de glissement. Ce pouvoir fait toutes les tentatives pour faire le glissement. Je rappelle, même à mes compatriotes, que cet homme Kanambe, qui est Rwandais s’était déjà glissé parmi les Congolais. Il a déjà été glissé car ce n’est pas un Congolais. C’est ainsi qu’il nous a trompé. Et c’est normal qu’il ne daigne pas comprendre qu’il faut quitter le pouvoir après deux mandats. Il a occupé cette place, le sommet de l’Etat, par glissement.

 

 

Joseph MUKUNGUBILA MUTOMBO

Prophète de l’Eternel