RDC: COMMUNIQUE RELATIF A UNE VIDEO DU MASSACRE DU 30 DECEMBRE 2013 SUR LES RESEAUX SOCIAUX ET AUX DECLARATIONS DE MR LEON RICHARD KASONGA, PORTE PAROLE DE L’ARMEE

Communiqué conjoint AV30 asbl – Bureau de Joseph Mukungubila du 26 Mai 2019

L’association pour les victimes des massacres du 30/12/2013 au Congo, AV30 asbl, et le bureau du prophète Joseph Mukungubila tiennent à rétablir la vérité auprès de l’opinion nationale et internationale à propos d’une vidéo circulant sur les réseaux sociaux montrant des corps exhibés de façon inhumaine à l’hôpital général de Kinshasa « Mama Yemo », vidéo étant faussement présentée (par des personnes non autrement identifiées) comme étant celle des membres d’une milice rwandaise dirigée par monsieur Bisengimana. La vidéo montre en réalité les corps de citoyens congolais, disciples et partisans de Joseph Mukungubila, lâchement massacrés le 30 décembre 2013 à Kinshasa sur ordre des autorités sous la présidence d’alias Joseph Kabila.

Voulant fixer l’opinion sur ladite vidéo, le général major Léon Richard Kasonga, porte-parole de l’armée, a déclaré dans des propos relayés par l’Agence Congolaise de Presse (ACP) et le site d’information Digitalcongo ce 25/05/2019, que « le pays avait été attaqué par des hors-la-loi se réclamant de Mukungubila en 2014 ». Tout d’abord, le bureau de Joseph Mukungubila et AV30 tiennent à rappeler, à l’opinion nationale et internationale, que les événements tragiques ayant causé la mort de plus de 300 disciples et partisans de Joseph Mukungubila ainsi que quelques passants, ont eu lieu le 30 Décembre 2013 et non en 2014 comme l’affirme monsieur Kasonga. Pour rappel des faits, cette boucherie de triste mémoire fut perpétrée suite à deux lettres ouvertes, du 5 et 28 décembre 2013, écrites par le prophète Joseph Mukungubila dans lesquelles il dénonçait avec force notamment: l’indifférence de la communauté internationale face au génocide congolais, l’imposture au sommet de l’état et l’amnistie accordée aux criminels rwandais du groupe M23 par alias Kabila. C’est cette vérité crue qui poussa « Kabila » à décider d’en finir avec Mukungubila et tout ce qui lui était associé. C’est ainsi qu’en date du 30 décembre 2013, à l’aube, des escadrons de la mort furent envoyés par les autorités aux deux résidences du prophète à Lubumbashi. Après avoir froidement assassiné la femme d’un évêque de Lubumbashi dans leur résidence, ils prirent la direction des résidences de Joseph Mukungubila pour y perpétrer un massacre. Ces attaques provoquèrent la colère des fidèles et partisans de Mukungubila à travers l’étendue du territoire national. Ils se rendirent alors aux locaux de la chaîne publique RTNC, à l’aéroport international de N’djili et à l’état major de l’armée pour manifester. En manifestant devant ces sites dits « stratégiques » le principal objectif était de montrer leur « ras-le-bol » au devant de l’opinion nationale et  internationale car ce n’était pas la première fois que celui qu’on appelle Kabila et sa garde républicaine attaquaient injustement le prophète Mukungubila et ses partisans. Depuis, une enquête indépendante menée par la Fédération Internationale des droits de l’Homme (FIDH) a rendu ses conclusions dans un rapport public. Ce rapport établit la responsabilité du gouvernement et des forces de sécurité parlant notamment de « massacre, d’exécutions sommaires et d’arrestations arbitraires » commises notamment par les éléments de la garde républicaine face à des citoyens congolais non armés « mobilisés pour exprimer leur ras-le-bol ». Nous invitons donc Mr Kasonga à relire ce rapport qui incrimine les autorités.

Le bureau de Joseph Mukungubila et l’association des victimes des massacres du 30/12/2013 au Congo fustigent par ailleurs l’attitude irresponsable du gouvernement congolais qui, depuis ces massacres, s’est illustré délibérément dans le mensonge et le mépris des victimes et de leurs familles. Mr Kasonga a tenu à cet effet des propos indignes, déclarant notamment que les corps des victimes avaient été « inhumés dans des conditions de dignité ».

Contrairement aux déclarations du porte-parole de l’armée, aucun corps n’a été remis aux familles ou proches des victimes pour des obsèques dignes et ce, malgré les demandes incessantes d’ AV30 asbl et du bureau de Joseph Mukungubila. Des sources concordantes font d’ailleurs état de victimes enterrées dans des fosses communes ou jetées dans le fleuve pour d’autres ! Aussi, nous dénonçons le traitement inhumain et dégradant dont sont victimes les disciples de Mukungubila arrêtés à la suite de ces événements, et injustement incarcérés dans différentes prisons à travers le territoire national. Nous avons ainsi déploré la mort de Yona Mayembe le 08/08/2014 à la prison de Kassapa/Lubumbashi, Fidele Bukumba Kabwita le 24/04/2016 à la prison de Buluwo/Likasi, Ilunga Wa Mpanga le 02/08/2017 à la prison de Dilala/Kolwezi et Pablo Issumo Eleka le 17/12/2018 à la prison de Ndolo/Kinshasa, qui ont succombé après avoir subi des tortures de tout genre et n’ayant bénéficié de soins vitaux. De plus, une nouvelle attaque menée en 2016 contre Kisala, village dont est originaire Joseph Mukungubila, a causé plusieurs morts et blessés parmi ses proches et partisans. Et comme si cela ne suffisait pas, Joseph Mukungubila et 2 de ses disciples ont été récemment condamnés à la peine de mort par le tribunal de garnison de la Gombe suite à une parodie de procès, alors que ce dernier a été disculpé de toute accusation par une juridiction indépendante: la Haute Cour de Justice Sud Africaine.

Pour finir, nous déplorons que malgré une décrispation politique promise à la faveur d’une nouvelle mandature, Joseph Mukungubila et ses partisans demeurent la cible de toutes sortes d’injustices et sont toujours traqués. Nous appelons les autorités actuelles à mettre fin à cette injuste tragédie qui prive des citoyens congolais de leur liberté. Pour ce faire, nous appelons les autorités actuelles à procéder à:

– La libération de tous les disciples et partisans de Joseph Mukungubila injustement incarcérés depuis plus de 5 ans.

– La levée de toutes les mesures judiciaires et autres, prises à l’encontre de Joseph Mukungubila et des siens de façon arbitraire par une justice instrumentalisée.

Nous appelons le peuple congolais à la solidarité et au respect des victimes qui ont versé de leur sang pour un Congo libre.

Le Bureau de Joseph Mukungubila & AV30




“J’ai beaucoup d’inquiétudes sur l’attitude qu’affiche une frange de mes frères kasaïens”

Communiqué de la présidence du 11 janvier 2019

Moi, le Président MUKUNGUBILA MUTOMBO Joseph, je suis à cet instant, cruellement choqué d’entendre et de voir le déchirement en cours au milieu des miens, de mes frères du Kasaï et très particulièrement des quelques brebis égarées, certainement enivrées par le levain du virus tutsi rwandais que depuis plus de 20 ans Kanambe inocule dans les veines de nos enfants, de nos jeunes et de nos parents…

Comment pourrais-je, du haut de ma responsabilité, de mon mandat divin, ne pas le constater, lorsqu’une frange de mes frères confond ou oublie délibérément les instances pressantes de leurs pères fondateurs en politique qui n’avaient qu’une seule sentence à l’égard de cette gangrène  d’envahisseurs, je cite : “Zongisa ye na Rwanda” ?

Ce même père fondateur de l’UDPS, pour ne pas le citer, avait une seule conception du pouvoir; à savoir que le pouvoir ne peut que venir directement du peuple et non d’une combine ou d’une négociation obscure !

Aujourd’hui cette frange de mes frères du Kasaï, serait-elle en train de renier ouvertement la vision de Tshisekedi Etienne pour rallier une épidermique et non moins opportuniste déclaration de Kyungu Gabriel, qui en son temps de triste souvenir, avait fait de Kanambe le fils de notre frère ?!

N’est-ce pas là l’aveu d’inconstance et même d’apatride que mes frères chercheraient mal à cacher derrière la manifestation de cette euphorie de grands chemins curieusement porteuse de la continuation ou d’une nouvelle instauration de l’impunité à l’égard de nos bourreaux, de nos pilleurs d’hier à qui nous serions en passe d’assurer un dévouement inexplicablement perpétuel ?

De par ma conscience patriotique, j’aurais aimé ne pas donner foi à la communauté internationale et à la CENCO. Mais que dire de l’alliance contre nature entre Kamerhe le lieutenant de Kanambe et Tshisekedi fils ?

Si le pouvoir n’a pas de prix à vos yeux mes frères, sachez néanmoins que le Dieu du Pays, le Dieu qui m’a oint pour régner sur le Congo, récupère son pouvoir dans quelques heures.

Ce n’est pas vous qui allez régner.

Rappelez-vous comment et combien tous vos frères congolais étaient à vos côtés pour compatir lorsque Kanambe s’employait à vous exterminer, vous les Kasaïens. Les traces sont encore fraîches avec plus de 80 fosses communes mises à jour (dans le Kasaï).

Toute ma jeunesse, moi MUKUNGUBILA, toute ma lutte, tout mon combat, et tous les sacrifices que j’ai endurés contre les Rwandais pour vous tous Congolais, sans distinction tribale, ni considération de tous ceux qui se sont égarés…, si ma chair n’a pas été mangée c’est par la pure grâce de l’Eternel Dieu qui m’a mis à part pour sa mission dans mon pays, le Congo, que je vais gouverner dans quelques heures.

Enrayez s’il vous plaît le tribalisme et revenez à la raison afin que vous preniez part à ce que l’Eternel réalise en accomplissement de sa promesse sur notre pays.

Je vous exhorte sans conditions à sortir de l’agitation obscurantiste qui vous a conduit avant hier et hier à attribuer les prophéties et les prédictions de Dieu à Kanambe.

Dans la foulée, vous vous êtes laissés aller jusqu’à inscrire Shadary dans ce saint palmarès avant de vous rétracter encore une fois dans la mauvaise direction pour y introduire Tshilombo Félix.

Pourtant, l’oint que l’Eternel Dieu vous a présenté dans ce pays, vous le connaissez bien, très bien, c’est moi le Président MUKUNGUBILA MUTOMBO Joseph.

Rentrez dans la crainte du Créateur qui ne reculera pas et qui, dans quelques heures, va installer son oint, son élu sur son trône au Congo.

Le Président MUKUNGUBILA MUTOMBO Joseph




L’imposteur Kanambe Alias Kabila vient d’assassiner un disciple du Prophète Joseph Mukungubila

Communiqué conjoint d’AV30 asbl et du bureau du Prophète de l’Eternel Joseph Mukungubila

C’est avec beaucoup de douleur et de consternation que l’Association pour les Victimes des massacres du 30 décembre 2013 au Congo (AV30 asbl) et le bureau du Prophète Joseph

Mukungubila tiennent à informer l’opinion congolaise et internationale du décès de Pablo Issumo Eleka, mort survenue dans la nuit du 17 décembre 2018 à la prison de Ndolo, à Kinshasa, en RDC, où il était incarcéré de manière arbitraire depuis près de 5 ans !

Agé de 59 ans et disciple du Prophète de l’Eternel Joseph Mukungubila depuis plusieurs années, Pablo Issumo Eleka avait été arrêté le 02 Janvier 2014 pendant la chasse à l’homme perpétrée par le pouvoir sanguinaire de Kinshasa à l’égard des disciples et partisans du Prophète Mukungubila. Il fut enlevé, ainsi que d’autres disciples, par un commando armé d’Alias Kabila alors qu’ils se trouvaient dans une résidence du Prophète Mukungubila à Kinshasa.

De là, il fut détenu dans les geôles de l’ANR, subissant le martyr, avant d’être transféré à la prison de Ndolo avec 19 autres disciples de Joseph Mukungubila . Durant tout ce calvaire, il fut victime d’indescriptibles tortures, de brimades et de sévices multiples qui l’ont conduit à la mort. Les avocats avaient pourtant alerté les autorités sur la dégradation de sa santé et sollicité à multiples reprises son transfert vers un centre de soin spécialisé selon les recommandations expresses des médecins du dispensaire de Ndolo. Mais le ministère public, à la solde du génocidaire, a toujours catégoriquement rejeté toutes ces requêtes.

Le nom de Pablo Issumo Eleka s’ajoute ainsi aux centaines de disciples et partisans de Mukungubila assassinés par le régime sanguinaire de Kanambe alias Kabila. A date, il y a encore plus d’une centaine de partisans de Joseph Mukungubila, toujours détenus dans les gêoles du pouvoir dispersées sur l’étendue de la RDC. Nous mettons à témoin la communauté internationale et le peuple congolais devant cette barbarie sans nom et ce terrorisme d’état du gouvernement d’alias Joseph Kabila !

Pablo Issumo Eleka, citoyen congolais, vient de mourir en martyr, pour le seul motif d’être disciple du Prophète Joseph Mukungubila.

Nous appelons tous les organismes nationaux et internationaux de défense des droits de l’homme à se saisir de ce dossier et diligenter une enquête pour faire toute la lumière sur ce énième crime perpétré par le pouvoir en place. Nous mettons à nouveau la communauté internationale devant ses responsabilités, notamment d’assurer le respect de la vie des citoyens du monde. Et nous lui demandons une nouvelle fois de mettre fin au calvaire de plusieurs dizaines de détenus politiques, notamment les disciples et partisans de Joseph Mukungubila qui croupissent arbitrairement dans différentes prisons du Congo alors même que le rapport d’enquête de la très sérieuse organisation FIDH et de bien d’autres, établissent leur innocence en ce qui concerne les événements tragiques du 30 décembre 2013 en RD Congo. La fin imminente du régime sanguinaire en place est la seule manière de mettre fin à la tragédie que connaît peuple congolais.

Que Dieu console la famille du vaillant compatriote….




Voici la Fin de la CONFUSION !

Lettre ouverte du 26 septembre 2018

Moi, le Président MUKUNGUBILA MUTOMBO Joseph, j’en suis encore à me demander quelle est la véritable raison d’être de la Communauté Internationale et dans la foulée de l’Organisation des Nations Unies. Sinon que dirais-je ?

Que les grandes puissances mondiales, Etats-Unis d’Amérique, Russie, Chine et tous les autres Décideurs internationaux ignoreraient ou feraient semblant d’ignorer que mon pays,

la République Démocratique du Congo, est depuis près de vingt ans envahi par le Rwanda !

Que mon pays, aujourd’hui relégué au dernier rang des pays les plus pauvres; c’est aussi et surtout par le fait que vous, la Communauté Internationale, pour avoir armé le Rwanda via l’oligarchie américaine sous la houlette des Clinton (Bill), vous continuez encore à entretenir cette situation…

Vous maintenez Kanambe Hyppolite, l’émanation du pouvoir rwandais, à Kinshasa pour nous montrer que nous ne sommes pas un peuple et vous pouvez par le Rwanda continuer à jouir et à piller nos richesses sans que personne ne vous inquiète…

Détrompez-vous et ressaisissez-vous car à mon sens vous avez encore l’occasion de vous racheter en faisant partir ce Sanguinaire comme vous avez déjà réussi à le faire ailleurs pour ne pas rappeler le cas de la Gambie, cité entre autres… Vous n’en tirerez qu’une fière chandelle, surtout que nous comptons au nombre de ceux qui ont activement participé à la libération de vos pays et de vos peuples en son temps !

Sans que je veuille perdre ma langue, je voudrais comprendre le type de dialogue que vous tenez à continuer avec quelqu’un qui vous nargue sur la place publique en choisissant le calendrier, le contenu et le caractère du type des pourparlers qu’il vous impose le jour ! J’ai compris, fondant son éphémère puissance sur ce qu’il vous a concédé la nuit !!!

Mais dites-moi s’il vous plait, quelles sont ces élections qui peuvent se tenir dans un pays occupé ? Des élections organisées par des étrangers, des pilleurs ? Ce serait pour le bien de quel peuple ? Ne vous avais-je pas déjà dit que Kanambe n’a jamais été de la lignée de mon frère Laurent Désiré Kabila ?

Que par la Monusco ou par un tout autre corps de la Communauté Internationale, je vous demanderais, toutes affaires cessantes, de procéder à la vérification de l’information faisant état de l’arrestation de mon frère KABWA DIEUDONNE, jeune frère direct de Mzee LDK, que ce tueur a fait arrêter à Kinshasa après l’avoir sorti de son exil londonien…

Le prétexte tout trouvé serait que KABWA Dieudonné est en intelligence avec Katumbi Moïse pour un hypothétique coup d’Etat contre le pouvoir de l’usurpateur à Kinshasa…

Ma famille qui me donne cette information précise que Dieudonné KABWA a été transféré de Kinshasa à l’Auditorat Militaire de Lubumbashi dans le plus grand secret.

Pourquoi ? Certainement pour lui infliger le sort que d’autres membres de notre famille et les enfants propres de Mzee LDK ont déjà connu au bout du canon de Kanambe qui a juré de nous exterminer !

Mais le Dieu Créateur, le Dieu du Congo a dit :  » il n’y aura pas d’autre Président avant qu’il n’ait placé son Oint à la tête de ce pays pour préparer la fin du monde “!

Retenez-le bien et une fois pour toute ; le pouvoir en RDC revient à Dieu. Personne !

Vous n’êtes pas plus puissants que votre Dieu, le Créateur.

Le Ciel m’a donné  » l’heure  » : tout ce qui doit être fait en RD Congo est en rapport avec la FIN DU MONDE.

Ceci est un « ainsi dit le Seigneur ».

Le Président, MUKUNGUBILA MUTOMBO Joseph




J’arrive

Lettre ouverte du 1er janvier 2018

Moi, le Prophète de l’Eternel Mukungubila Mutombo Joseph, je m’insurge contre la barbarie meurtrière doublée du mensonge caractérisé, dont ne cesse de se prévaloir le gouvernement imposteur du Rwandais Kanambe Hippolyte. Je mets au défi quiconque, la communauté internationale comprise, de prétendre que ce ne sont pas des dizaines de catholiques qui sont tombés sous les balles de Kanambe le 31 décembre 2017. Au moins un prêtre a été sauvagement abattu, alors que l’église catholique implantée sur plus de 90 pourcents du territoire RD congolais a mille fois eu l’occasion de se rendre à l’évidence : les Rwandais ont pris le pouvoir ici dans le but d’exterminer le peuple congolais ! Mais qu’aujourd’hui nous soyons contraints à faire le décompte macabre tel que rendu par le comité laïc catholique, la MONUSCO, et les observateurs indépendants ; des dizaines de morts, des centaines de blessés par balle, et d’autres centaines de cas d’arrestation, Kanambe et ses laquais qui ne savent plus comment passer le goût amer qui leur colle le palais pour avoir déjà perdu les effectivités du pouvoir au point de s’en prendre aux enfants, aux femmes et aux hommes, de surcroît chrétiens catholiques marchant pacifiquement pour dire haut et fort la consommation du divorce avec l’envahisseur… Moi, Mukungubila Mutombo Joseph, je dénonce avec la dernière énergie le massacre de mon peuple planifié et télécommandé de l’extérieur.

A mon peuple et à mes très chers compatriotes je dis, soyez confiants, Dieu ne vous a pas abandonnés.

Afin de faire expier à Kanambe tous ses crimes, afin de venger le sang innocent des Congolais, non seulement l’Eternel a révoqué le pouvoir de l’imposteur et de ses suppôts mais, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob m’a mis debout pour m’installer sur son trône en République Démocratique du Congo.

J’arrive.

Joseph Mukungubila Mutombo
Prophète de l’Eternel




L’INOPPORTUNITÉ DU CALENDRIER ÉLECTORAL EN RDC

Lettre ouverte du 9 novembre 2017

Quel rapport y a-t-il entre une charte dont le socle est bâti sur une profession de foi tournée vers plus de justice entre les peuples, pour des relations entre les nations fondées sur le droit, et un régime mafieux qui tue, qui viole et use de pratiques cannibales sur sa propre population, s’il est vrai qu’elle soit sa population ?

L’innommable a été commis devant le silence de la communauté internationale. La République Démocratique du Congo n’en finit pas de mourir chaque jour par cette occupation rwandaise. Comment la communauté internationale peut-elle cautionner le meurtre au quotidien d’une population déjà exsangue !? La RDC n’est pas régie par une constitution ; c’est ce que veut nous dire la communauté des nations. Parce que la caution qu’elle accorde à ce régime d’occupation au-delà d’être inacceptable, est un outrage à la lettre et à l’esprit de la charte des Nations unies. Comment peut-on accorder à un régime qui se nourrit d’artifices et de mensonges en tous genres un chèque en blanc !? Ce gouvernement de Kinshasa n’a plus d’assises parmi le peuple… C’est depuis le 19 décembre 2016 que ce gouvernement, de soubresauts en soubresauts, lutte pour légitimer l’inacceptable, l’inconstitutionnalité de son statut ! C’est maintenant à découvert qu’il va avec l’argent du contribuable congolais corrompre autant que faire se peut pour garder un sursis, ainsi s’agglutinent autour de lui une poignée de Congolais pestiférés, prêts à vendre monts et vaux qui s’activent à poursuivre le massacre systématique de leurs frères congolais. Tous ces crimes, je les ai dénoncés à la face du monde sans contredits.

L’histoire de mon peuple fait mal. Dès qu’il s’est constitué en nation, les forces du mal ont voulu l’effacer de la Terre ! C’était déjà 10 millions de morts comme tribut à l’occupation coloniale, sur une population de 20 millions d’habitants ! Aujourd’hui, s’ajoutent 10 millions de plus au supplice de mon peuple par cette autre occupation que la communauté internationale voudrait considérer comme un gouvernement représentatif du peuple congolais !!! Ce cynisme doit s’arrêter maintenant et ce gouvernement être stoppé. La communauté internationale devrait mettre hors d’état de nuire Kanambe. La transition dès maintenant devra être conduite sans lui et pilotée entre Congolais. Ce gouvernement ne survit que par des tergiversations politiques et des atermoiements à l’interne comme à l’externe… L’opposition devrait évaluer sa responsabilité dans cette crise pour avoir accordé à cet étranger l’alibi qu’il recherchait pour rendre effectif le glissement. En lui concédant le dialogue, il s’est maintenu aux dépens de ceux qui lui ont tendu la perche. Aujourd’hui, il monologue avec sa CENI. Il n’y a pas de calendrier électoral qui tienne ! Cette annonce n’a qu’un seul objectif : rester au pouvoir ! L’exhortation de la communauté internationale au gouvernement de la RDC signale qu’il faut que ce dernier veille à ce que chaque citoyen ait le droit de se réunir, de tenir des réunions publiques en toute liberté, de battre campagne comme l’autorise la constitution ! Le message que nous donne la communauté internationale est clair : ce gouvernement va continuer à empêcher les gens de se réunir, de tenir des réunions publiques, de battre campagne.

Ce gouvernement est inconstitutionnel, comment pourrait-il assurer la constitutionnalité d’un processus constitutionnel ? Personne n’est dupe, encore moins la population congolaise. Ce calendrier électoral est conçu de telle sorte qu’il puisse voler toutes les clés d’une alternance politique apaisée dans le pays. Ce n’est pas un calendrier électoral, c’est un calendrier cleptomane ! J’insiste, persiste et signe, moi Mukungubila, ce dont le pays a besoin, ce n’est pas d’un calendrier électoral préparé par Kanambe, mais d’une transition politique sans Kanambe. C’est cette transition qui va se pencher, qui va organiser les élections, ainsi qu’une dynamique qui va installer la paix et les institutions dont le pays a besoin. Le message du gouvernement congolais avec sa CENI est clair : il n’y aura pas de transparence, il n’y aura pas de décrispation… il n’y aura pas d’élections… Par contre, ce qui est en chantier, c’est la énième tentative pour rester au pouvoir. Ce n’est pas possible que la communauté internationale ne voie pas cette ultime manœuvre ! Kanambe veut-il encore éprouver la capacité de mon peuple à endurer une humiliation de plus !? Le peuple, c’est comme des grandes eaux, seul l’Eternel, maître du vent, peut en calmer la furie d’une tempête déferlante…
Que l’Eternel voie et juge !
Que l’Eternel daigne bénir la RDC.

Joseph Mukungubila Mutombo
Prophète de l’Eternel