RDC: COMMUNIQUE RELATIF A UNE VIDEO DU MASSACRE DU 30 DECEMBRE 2013 SUR LES RESEAUX SOCIAUX ET AUX DECLARATIONS DE MR LEON RICHARD KASONGA, PORTE PAROLE DE L’ARMEE

Communiqué conjoint AV30 asbl – Bureau de Joseph Mukungubila du 26 Mai 2019

L’association pour les victimes des massacres du 30/12/2013 au Congo, AV30 asbl, et le bureau du prophète Joseph Mukungubila tiennent à rétablir la vérité auprès de l’opinion nationale et internationale à propos d’une vidéo circulant sur les réseaux sociaux montrant des corps exhibés de façon inhumaine à l’hôpital général de Kinshasa « Mama Yemo », vidéo étant faussement présentée (par des personnes non autrement identifiées) comme étant celle des membres d’une milice rwandaise dirigée par monsieur Bisengimana. La vidéo montre en réalité les corps de citoyens congolais, disciples et partisans de Joseph Mukungubila, lâchement massacrés le 30 décembre 2013 à Kinshasa sur ordre des autorités sous la présidence d’alias Joseph Kabila.

Voulant fixer l’opinion sur ladite vidéo, le général major Léon Richard Kasonga, porte-parole de l’armée, a déclaré dans des propos relayés par l’Agence Congolaise de Presse (ACP) et le site d’information Digitalcongo ce 25/05/2019, que « le pays avait été attaqué par des hors-la-loi se réclamant de Mukungubila en 2014 ». Tout d’abord, le bureau de Joseph Mukungubila et AV30 tiennent à rappeler, à l’opinion nationale et internationale, que les événements tragiques ayant causé la mort de plus de 300 disciples et partisans de Joseph Mukungubila ainsi que quelques passants, ont eu lieu le 30 Décembre 2013 et non en 2014 comme l’affirme monsieur Kasonga. Pour rappel des faits, cette boucherie de triste mémoire fut perpétrée suite à deux lettres ouvertes, du 5 et 28 décembre 2013, écrites par le prophète Joseph Mukungubila dans lesquelles il dénonçait avec force notamment: l’indifférence de la communauté internationale face au génocide congolais, l’imposture au sommet de l’état et l’amnistie accordée aux criminels rwandais du groupe M23 par alias Kabila. C’est cette vérité crue qui poussa « Kabila » à décider d’en finir avec Mukungubila et tout ce qui lui était associé. C’est ainsi qu’en date du 30 décembre 2013, à l’aube, des escadrons de la mort furent envoyés par les autorités aux deux résidences du prophète à Lubumbashi. Après avoir froidement assassiné la femme d’un évêque de Lubumbashi dans leur résidence, ils prirent la direction des résidences de Joseph Mukungubila pour y perpétrer un massacre. Ces attaques provoquèrent la colère des fidèles et partisans de Mukungubila à travers l’étendue du territoire national. Ils se rendirent alors aux locaux de la chaîne publique RTNC, à l’aéroport international de N’djili et à l’état major de l’armée pour manifester. En manifestant devant ces sites dits « stratégiques » le principal objectif était de montrer leur « ras-le-bol » au devant de l’opinion nationale et  internationale car ce n’était pas la première fois que celui qu’on appelle Kabila et sa garde républicaine attaquaient injustement le prophète Mukungubila et ses partisans. Depuis, une enquête indépendante menée par la Fédération Internationale des droits de l’Homme (FIDH) a rendu ses conclusions dans un rapport public. Ce rapport établit la responsabilité du gouvernement et des forces de sécurité parlant notamment de « massacre, d’exécutions sommaires et d’arrestations arbitraires » commises notamment par les éléments de la garde républicaine face à des citoyens congolais non armés « mobilisés pour exprimer leur ras-le-bol ». Nous invitons donc Mr Kasonga à relire ce rapport qui incrimine les autorités.

Le bureau de Joseph Mukungubila et l’association des victimes des massacres du 30/12/2013 au Congo fustigent par ailleurs l’attitude irresponsable du gouvernement congolais qui, depuis ces massacres, s’est illustré délibérément dans le mensonge et le mépris des victimes et de leurs familles. Mr Kasonga a tenu à cet effet des propos indignes, déclarant notamment que les corps des victimes avaient été « inhumés dans des conditions de dignité ».

Contrairement aux déclarations du porte-parole de l’armée, aucun corps n’a été remis aux familles ou proches des victimes pour des obsèques dignes et ce, malgré les demandes incessantes d’ AV30 asbl et du bureau de Joseph Mukungubila. Des sources concordantes font d’ailleurs état de victimes enterrées dans des fosses communes ou jetées dans le fleuve pour d’autres ! Aussi, nous dénonçons le traitement inhumain et dégradant dont sont victimes les disciples de Mukungubila arrêtés à la suite de ces événements, et injustement incarcérés dans différentes prisons à travers le territoire national. Nous avons ainsi déploré la mort de Yona Mayembe le 08/08/2014 à la prison de Kassapa/Lubumbashi, Fidele Bukumba Kabwita le 24/04/2016 à la prison de Buluwo/Likasi, Ilunga Wa Mpanga le 02/08/2017 à la prison de Dilala/Kolwezi et Pablo Issumo Eleka le 17/12/2018 à la prison de Ndolo/Kinshasa, qui ont succombé après avoir subi des tortures de tout genre et n’ayant bénéficié de soins vitaux. De plus, une nouvelle attaque menée en 2016 contre Kisala, village dont est originaire Joseph Mukungubila, a causé plusieurs morts et blessés parmi ses proches et partisans. Et comme si cela ne suffisait pas, Joseph Mukungubila et 2 de ses disciples ont été récemment condamnés à la peine de mort par le tribunal de garnison de la Gombe suite à une parodie de procès, alors que ce dernier a été disculpé de toute accusation par une juridiction indépendante: la Haute Cour de Justice Sud Africaine.

Pour finir, nous déplorons que malgré une décrispation politique promise à la faveur d’une nouvelle mandature, Joseph Mukungubila et ses partisans demeurent la cible de toutes sortes d’injustices et sont toujours traqués. Nous appelons les autorités actuelles à mettre fin à cette injuste tragédie qui prive des citoyens congolais de leur liberté. Pour ce faire, nous appelons les autorités actuelles à procéder à:

– La libération de tous les disciples et partisans de Joseph Mukungubila injustement incarcérés depuis plus de 5 ans.

– La levée de toutes les mesures judiciaires et autres, prises à l’encontre de Joseph Mukungubila et des siens de façon arbitraire par une justice instrumentalisée.

Nous appelons le peuple congolais à la solidarité et au respect des victimes qui ont versé de leur sang pour un Congo libre.

Le Bureau de Joseph Mukungubila & AV30




MUKUNGUBILA CONDAMNE A MORT PAR L’ETAT CONGOLAIS

COMMUNIQUÉ DU 13 MARS 2019

Nous portons à la connaissance de la communauté nationale et internationale, que ce 12 Mars 2019, le tribunal de garnison militaire de la Gombe à Kinshasa a condamné à mort Joseph Mukungubila et ses deux proches collaborateurs, Mathieu Mukenge et Pierre Kazadi. 19 de ses disciples qui sont incarcérés depuis 5 ans à la prison de Ndolo écopent eux de 20 ans de prison. Ce jugement qui intervient  au terme d’une longue procédure au cours de laquelle le ministère public n’a pas été capable de fournir la moindre preuve sérieuse de culpabilité du prophète Mukungubila et de ses partisans, va à l’encontre des recommandations de plusieurs organisations nationales et internationales, dont Human Rigth Watch, Amnesty International et la FIDH qui exigeaient leur libération immédiate.

 

Tout le monde se souviendra notamment de la publication du rapport de la FIDH en Mai 2014. Faut-il rappeler que ces ONG dont la crédibilité n’est plus à prouver ont mené des enquêtes poussées et sérieuses qui ont toutes conclu à l’innocence de Joseph Mukungubila et de ses disciples ? !

 

En outre Mukungubila a obtenu gain de cause devant la justice sud-africaine qui a conclu en son  innocence.

 

Nous dénonçons cet acharnement du gouvernement congolais à l’encontre du prophète et des siens. Ils sont devenus des hommes à abattre juste pour avoir osé exprimer leur opinion politique dans leur pays. Il est très curieux de constater qu’au moment où monsieur Félix Tshisekedi exprime publiquement son intention d’apaiser le climat politique dans le pays , que nous assistions dans le même temps à de telles forfaitures contraires à l’édification d’un véritable état de droit !

Nous condamnons donc fermement ces sentences non fondées faisant suite à une parodie de procès qui du reste est anticonstitutionnelle car jugeant des civils devant une juridiction militaire. Nous rappelons que Joseph Mukungubila ainsi ses disciples et partisans ont été victimes de la folie meurtrière de « Joseph Kabila » le 30 Décembre 2013. Aussi, nous appelons la justice internationale à poursuivre les véritables auteurs de crimes que sont « Joseph Kabila » et ses alliés criminels. Toutes les détentions illégales, les arrestations arbitraires, les exécutions sommaires et autres crimes, commis par lui et son équipe méritent une justice véritablement indépendante. Nous exigeons ainsi l’annulation de cette condamnation et la libération immédiate de tous les disciples et partisans de Mukungubila injustement incarcérés à la prison de Ndolo à Kinshasa ainsi qu’à celle de Kassapa à Lubumbashi .

Le Bureau de Joseph Mukungubila avec AV30 asbl




“J’ai beaucoup d’inquiétudes sur l’attitude qu’affiche une frange de mes frères kasaïens”

Communiqué de la présidence du 11 janvier 2019

Moi, le Président MUKUNGUBILA MUTOMBO Joseph, je suis à cet instant, cruellement choqué d’entendre et de voir le déchirement en cours au milieu des miens, de mes frères du Kasaï et très particulièrement des quelques brebis égarées, certainement enivrées par le levain du virus tutsi rwandais que depuis plus de 20 ans Kanambe inocule dans les veines de nos enfants, de nos jeunes et de nos parents…

Comment pourrais-je, du haut de ma responsabilité, de mon mandat divin, ne pas le constater, lorsqu’une frange de mes frères confond ou oublie délibérément les instances pressantes de leurs pères fondateurs en politique qui n’avaient qu’une seule sentence à l’égard de cette gangrène  d’envahisseurs, je cite : “Zongisa ye na Rwanda” ?

Ce même père fondateur de l’UDPS, pour ne pas le citer, avait une seule conception du pouvoir; à savoir que le pouvoir ne peut que venir directement du peuple et non d’une combine ou d’une négociation obscure !

Aujourd’hui cette frange de mes frères du Kasaï, serait-elle en train de renier ouvertement la vision de Tshisekedi Etienne pour rallier une épidermique et non moins opportuniste déclaration de Kyungu Gabriel, qui en son temps de triste souvenir, avait fait de Kanambe le fils de notre frère ?!

N’est-ce pas là l’aveu d’inconstance et même d’apatride que mes frères chercheraient mal à cacher derrière la manifestation de cette euphorie de grands chemins curieusement porteuse de la continuation ou d’une nouvelle instauration de l’impunité à l’égard de nos bourreaux, de nos pilleurs d’hier à qui nous serions en passe d’assurer un dévouement inexplicablement perpétuel ?

De par ma conscience patriotique, j’aurais aimé ne pas donner foi à la communauté internationale et à la CENCO. Mais que dire de l’alliance contre nature entre Kamerhe le lieutenant de Kanambe et Tshisekedi fils ?

Si le pouvoir n’a pas de prix à vos yeux mes frères, sachez néanmoins que le Dieu du Pays, le Dieu qui m’a oint pour régner sur le Congo, récupère son pouvoir dans quelques heures.

Ce n’est pas vous qui allez régner.

Rappelez-vous comment et combien tous vos frères congolais étaient à vos côtés pour compatir lorsque Kanambe s’employait à vous exterminer, vous les Kasaïens. Les traces sont encore fraîches avec plus de 80 fosses communes mises à jour (dans le Kasaï).

Toute ma jeunesse, moi MUKUNGUBILA, toute ma lutte, tout mon combat, et tous les sacrifices que j’ai endurés contre les Rwandais pour vous tous Congolais, sans distinction tribale, ni considération de tous ceux qui se sont égarés…, si ma chair n’a pas été mangée c’est par la pure grâce de l’Eternel Dieu qui m’a mis à part pour sa mission dans mon pays, le Congo, que je vais gouverner dans quelques heures.

Enrayez s’il vous plaît le tribalisme et revenez à la raison afin que vous preniez part à ce que l’Eternel réalise en accomplissement de sa promesse sur notre pays.

Je vous exhorte sans conditions à sortir de l’agitation obscurantiste qui vous a conduit avant hier et hier à attribuer les prophéties et les prédictions de Dieu à Kanambe.

Dans la foulée, vous vous êtes laissés aller jusqu’à inscrire Shadary dans ce saint palmarès avant de vous rétracter encore une fois dans la mauvaise direction pour y introduire Tshilombo Félix.

Pourtant, l’oint que l’Eternel Dieu vous a présenté dans ce pays, vous le connaissez bien, très bien, c’est moi le Président MUKUNGUBILA MUTOMBO Joseph.

Rentrez dans la crainte du Créateur qui ne reculera pas et qui, dans quelques heures, va installer son oint, son élu sur son trône au Congo.

Le Président MUKUNGUBILA MUTOMBO Joseph




Communiqué du 19 mai 2018

Le président Joseph Mukungubila Mutombo et le ministère de la restauration tiennent à adresser leurs condoléances les plus attristées à Paul Nsapu, grand défenseur des droits de l’homme et de la cause du Congo, pour la lourde perte de sa fille Sandra Mbombo Nsapu, mort survenue ce samedi 19 mai 2018 à Lille. Il n’existe pas pour un parent de douleur plus grande que la perte d’un enfant; tout en partageant la peine immense de la famille Nsapu, le prophète Mukungubila prie pour que Dieu fortifie et console les cœurs brisés de tous ceux qui ont connu et partagé la vie de Sandra Mbombo Nsapu. Que son âme repose en paix.

Bureau du Président Joseph Mukungubila Mutombo




Communiqué du 25 avril 2018

Le Bureau du Président MUKUNGUBILA MUTOMBO Joseph s’érige en lanceur d’alerte pour focaliser l’attention de la Communauté Internationale sur le drame, un de plus, que Monsieur Kanambe Hyppolite est en train de perpétrer en ce moment dans les villages de Lwala, Beya, Konga en direction de Kisala, le grand village fief du Président Mukungubila.

Acculé, mis dos au mur et contraint de l’intérieur comme à l’extérieur à céder le pouvoir à une transition susceptible d’offrir toutes les garanties de réorganisation du pouvoir de l’ Etat en République Démocratique du Congo, le rwandais n’a trouvé d’autre ressource que de procéder par des actes de banditisme pour susciter des troubles civiles ou faire croire à une insurrection populaire afin d’instaurer un état de guerre ! Ici il vient de lancer une horde de pygmées, recrutés pour la plupart à Nyunzu, à l’assaut des villages ci-haut cités. Stratégie et actes de grand banditisme : pour rappel, ils avaient brûlé des dépôts de carburant, incendié des véhicules et des bus privés de transport en commun, et brûlant les maisons et autres cases d’habitation à Kisala. Voilà encore Monsieur Kanambe qui projette d’attaquer à nouveau tous ces villages aux alentours de Kisala, contraignant ainsi les populations bantou, parents du Président Mukungubila, à fuire devant cette furie pour se réfugier au grand village de Kisala que le Président oeuvre et ambitionne de moderniser.

L’objectif affiché du rwandais Kanambe, c’est disons-le clairement de décourager son ennemi numéro un, le couper totalement de sa base naturelle, ce seul homme qu’il n’a su ni acheter, ni vaincre par la force, les tribunaux, l’imposture, ni par tout autre moyen humain…

Messieurs de la Communauté Internationale ne dites pas que nous ne vous avons pas avertis ! Il fait monter la peur au sein de toute cette population quasiment en état de siège dans Kisala avant d’en ordonner le massacre ! La situation ne présage d’aucun doute possible, étant donné que le recours à la police et à l’armée du côté de Kabalo, osé par cette population regroupée à Kisala, qui pour ce faire a procédé à une cotisation des fonds pour la prise en charge des agents de l’ordre qui viendraient la sécuriser.

Cette démarche n’a eu aucun écho parce que dans l’entre-temps Monsieur Kanambe avait déjà pris des dispositions pour dissuader les policiers et les militaires d’aller s’exposer « inutilement » dixit le rwandais dans brasier de Kisala !

On pourrait croire à un acte isolé, mais les faits sont têtus ; en même temps que le drame des populations parentes du Président Mukungubila se déroule dans un silence de cathédrale à Kisala, au même moment des faux prisonniers tutsis sont déversés à la prison de Ndolo !

Rappelez-vous que c’est dans cette prison que sont enfermés un nombre important des disciples du Président. La question qu’il sied de se poser est celle de savoir si les tutsis ne sont pas venus là pour exécuter la sentence que le Ministère Public n’a pas réussi à convaincre le jury de faire subir à ces hommes qui croient au dessein providentiel du Président MUKUNGUBILA MUTOMBO Joseph pour la R.D.C.

Mieux vaut tard que jamais, Kanambe tu es FINI.

Bureau du Président Joseph MUKUNGUBILA MUTOMBO




L’indifférence de la communauté internationale concernant le génocide perpétré par le Rwanda est inquiétante

Lettre ouverte du 24 mars 2018

Pour la énième et ultime lettre ouverte que je vous écris à l’encre de mes larmes transformées en grumeaux de sang, je voudrais, je souhaite que vous tous mes très chers compatriotes, vous regardiez désormais la Communauté Internationale comme elle mérite d’être vue. Sinon comment pourrais-je comprendre ou envisager « l’indifférence » de cette Communauté Internationale sur le GÉNOCIDE que le Rwanda ne cesse d’organiser et de perpétrer dans mon pays, la République Démocratique du Congo ? De Djugu en Ituri en passant par Béni, Rutshuru, Goma dans le Nord-Kivu, Kahemba dans l’ex Bandundu et Keshola et Nzoa dans le Tanganyika, partout mais alors partout ce sont des colonies d’envahisseurs rwandais qui débarquent et s’installent… Ce sont également des torrents et des fleuves du sang de mes frères, des femmes et des hommes de mon peuple qui ne cessent de couler sous les yeux et l’accompagnement de la Monusco et de cette même Communauté Internationale !!! Que vais-je penser, que vais-je dire ? Qu’il est plus facile et nécessaire pour la Communauté Internationale de respecter les règles démocratiques que de s’alarmer sur la vie humaine et les conditions de vie des Congolais ?

Très chers compatriotes, je voudrais éloigner de ma vue et de ma conscience cette horrible évidence que m’impose malheureusement cette fameuse Communauté Internationale sur le vécu de la réalité dans mon propre pays ! Le malheureux constat va jusqu’à nous faire admettre que la vie du bétail et de la volaille est plus importante que la vie précieuse de mes concitoyens… Et pour nous inculquer cette logique inhumaine, la même Communauté Internationale s’investit dans une totale surdité ! Ni nos alertes, ni nos cris d’alarme, plus rien ne l’émeut… On comprend alors que l’objectif de cette Communauté Internationale, c’est de travailler avec des étrangers sur nos terres afin de perpétuer le pillage de nos richesses !!! Sinon comment le Rwanda peut-il continuer à tuer les Congolais comme il veut et sur leur propre terre s’il n’avait pas l’aval de cette fameuse Communauté Internationale ? Ce n’est pas autre chose que je dis quand je dénonce cette duplicité de cette Communauté Internationale à vouloir maintenir coûte que coûte Kanambe au pouvoir tout en le badigeonnant de Président hors-mandat… Quelle hypocrisie !

Comme à toutes les fois qu’il s’est senti, un tant soit peu acculé par la révolte interne, patriotique et nationaliste, le soldat Kanambe au service du Rwanda a toujours su user de subterfuges… Aujourd’hui il est même allé ressusciter KAMONA, ce fils mukalanga né d’une mère pygmée, qu’il vient de placer au ministère de l’intérieur pour mieux assouvir sa soif d’exterminer le peuple congolais en commençant par rayer de la carte tous ceux de la filiation de son Leader naturel MUKUNGUBILA, de Kisala à Kabalo en passant par Kalemie, Keshola, Kabamba vers la gare de Luizi et Nzoa étant aussi dans l’oeil du cyclone rwandais… Parce qu’il faut le dire tous les chefs coutumiers et chefs de terres sont en débandade. Kanambe fait valoir la politique de la terre brûlée pour la place et le règne aux téléportés du Rwanda !!! Cette même politique qu’il a mise en place et expérimente depuis plus de 15 ans dans le Kivu ! Ici il oppose les Pygmées aux Bantous (dans les territoires de Kalemie, de Moba, de Kabalo, de Nyunzu et de Manono), en les aidant à fabriquer des flèches spéciales empoisonnées… dixit les déclarations des combattants twa enregistrées en vidéo sur le front dans le Tanganyika à Mpweto, Kilwa… Vous comprendrez facilement pourquoi mes larmes, jour après jour, se transforment en grumeaux de sang; ce génocidaire est en train de décimer tous les miens…, tous ceux de mon sang direct !!!

Ce sont aujourd’hui plus de douze millions de Congolais qui sont tombés sous les armes de la milice de Kanambe et des rwandais depuis que par les appétits gloutons du clan Clinton, la première puissance avait bu le calice de la honte uniquement pour faire main basse sur les richesses du Congo via Kagame et le Rwanda… Plus qu’un sursaut, nous attendons, j’attends des États-Unis d’Amérique, qu’ils se rattrapent, que de première puissance mondiale qu’ils sont, ils prennent la tête de la normalisation de la situation congolaise… Qu’ils s’assument parce que chez eux comme partout ailleurs sur cette terre, personne ne réussira l’organisation des élections dites démocratiques dans un pays sous occupation, comme du reste l’a reconnu l’Abbé Shole de la CENCO devant le Conseil de Sécurité des Nations-Unies. Je suis INQUIET que le Botswana qui a élevé la voix au sein de la SADC pour demander à Kanambe de partir ait été contraint par la Communauté Internationale au silence… Pour la bonne cause le Sénégal est intervenu en Gambie dans le cadre de la CEDEAO, ainsi tout est rentré dans l’ordre pour le grand bien du peuple gambien… Mon peuple a également droit aux égards de ses pairs…

C’est du reste pour cette haute raison patriotique que je demande avec instance à tous mes compatriotes : religieux catholiques, protestants, musulmans et de toute autre obédience, et à tous les politiques quelle que soit la tendance, d’avoir pitié de nos soeurs et de nos frères que Kanambe ne cesse d’exterminer. Ce ne sont pas les élections qui doivent nous aveugler au prétexte que leur organisation nous condamne à composer avec celui qui nous tue !!! C’est clair, c’est net : l’occupation, partout où elle a été constatée, annule la démocratie. Ayez tous le même mot à la bouche et dans la conscience : Kanambe doit partir, mieux il doit être arrêté afin que le Congo et les Congolais se prennent totalement en charge. L’histoire sera ainsi respectée comme en France où le peuple a attendu de se défaire de l’occupation nazie pour se refaire une vraie santé patriotique.

Que soit donc considéré comme traître, tout Congolais qui pactiserait avec Kanambe au nom des élections supposées… Que soit maudit tout celui qui soutient Kanambe et les rwandais… Et que soit béni tout celui qui comme le Botswana oeuvre pour la libération du Congo et de son peuple… Le plus difficile n’est pas de nous enlever Kanambe. Cet homme , installé par coup d’Etat au pouvoir, n’a jamais été ni fils, ni frère de Laurent-Désiré Kabila.

La tempête que Dieu émet va emporter tout traître congolais.

Le Président JOSEPH MUKUNGUBILA MUTOMBO