L’INOPPORTUNITÉ DU CALENDRIER ÉLECTORAL EN RDC

Lettre ouverte du 9 novembre 2017

Quel rapport y a-t-il entre une charte dont le socle est bâti sur une profession de foi tournée vers plus de justice entre les peuples, pour des relations entre les nations fondées sur le droit, et un régime mafieux qui tue, qui viole et use de pratiques cannibales sur sa propre population, s’il est vrai qu’elle soit sa population ?

L’innommable a été commis devant le silence de la communauté internationale. La République Démocratique du Congo n’en finit pas de mourir chaque jour par cette occupation rwandaise. Comment la communauté internationale peut-elle cautionner le meurtre au quotidien d’une population déjà exsangue !? La RDC n’est pas régie par une constitution ; c’est ce que veut nous dire la communauté des nations. Parce que la caution qu’elle accorde à ce régime d’occupation au-delà d’être inacceptable, est un outrage à la lettre et à l’esprit de la charte des Nations unies. Comment peut-on accorder à un régime qui se nourrit d’artifices et de mensonges en tous genres un chèque en blanc !? Ce gouvernement de Kinshasa n’a plus d’assises parmi le peuple… C’est depuis le 19 décembre 2016 que ce gouvernement, de soubresauts en soubresauts, lutte pour légitimer l’inacceptable, l’inconstitutionnalité de son statut ! C’est maintenant à découvert qu’il va avec l’argent du contribuable congolais corrompre autant que faire se peut pour garder un sursis, ainsi s’agglutinent autour de lui une poignée de Congolais pestiférés, prêts à vendre monts et vaux qui s’activent à poursuivre le massacre systématique de leurs frères congolais. Tous ces crimes, je les ai dénoncés à la face du monde sans contredits.

L’histoire de mon peuple fait mal. Dès qu’il s’est constitué en nation, les forces du mal ont voulu l’effacer de la Terre ! C’était déjà 10 millions de morts comme tribut à l’occupation coloniale, sur une population de 20 millions d’habitants ! Aujourd’hui, s’ajoutent 10 millions de plus au supplice de mon peuple par cette autre occupation que la communauté internationale voudrait considérer comme un gouvernement représentatif du peuple congolais !!! Ce cynisme doit s’arrêter maintenant et ce gouvernement être stoppé. La communauté internationale devrait mettre hors d’état de nuire Kanambe. La transition dès maintenant devra être conduite sans lui et pilotée entre Congolais. Ce gouvernement ne survit que par des tergiversations politiques et des atermoiements à l’interne comme à l’externe… L’opposition devrait évaluer sa responsabilité dans cette crise pour avoir accordé à cet étranger l’alibi qu’il recherchait pour rendre effectif le glissement. En lui concédant le dialogue, il s’est maintenu aux dépens de ceux qui lui ont tendu la perche. Aujourd’hui, il monologue avec sa CENI. Il n’y a pas de calendrier électoral qui tienne ! Cette annonce n’a qu’un seul objectif : rester au pouvoir ! L’exhortation de la communauté internationale au gouvernement de la RDC signale qu’il faut que ce dernier veille à ce que chaque citoyen ait le droit de se réunir, de tenir des réunions publiques en toute liberté, de battre campagne comme l’autorise la constitution ! Le message que nous donne la communauté internationale est clair : ce gouvernement va continuer à empêcher les gens de se réunir, de tenir des réunions publiques, de battre campagne.

Ce gouvernement est inconstitutionnel, comment pourrait-il assurer la constitutionnalité d’un processus constitutionnel ? Personne n’est dupe, encore moins la population congolaise. Ce calendrier électoral est conçu de telle sorte qu’il puisse voler toutes les clés d’une alternance politique apaisée dans le pays. Ce n’est pas un calendrier électoral, c’est un calendrier cleptomane ! J’insiste, persiste et signe, moi Mukungubila, ce dont le pays a besoin, ce n’est pas d’un calendrier électoral préparé par Kanambe, mais d’une transition politique sans Kanambe. C’est cette transition qui va se pencher, qui va organiser les élections, ainsi qu’une dynamique qui va installer la paix et les institutions dont le pays a besoin. Le message du gouvernement congolais avec sa CENI est clair : il n’y aura pas de transparence, il n’y aura pas de décrispation… il n’y aura pas d’élections… Par contre, ce qui est en chantier, c’est la énième tentative pour rester au pouvoir. Ce n’est pas possible que la communauté internationale ne voie pas cette ultime manœuvre ! Kanambe veut-il encore éprouver la capacité de mon peuple à endurer une humiliation de plus !? Le peuple, c’est comme des grandes eaux, seul l’Eternel, maître du vent, peut en calmer la furie d’une tempête déferlante…
Que l’Eternel voie et juge !
Que l’Eternel daigne bénir la RDC.

Joseph Mukungubila Mutombo
Prophète de l’Eternel




Le peuple meurtri de la RDC, le peuple congolais, attend de la communauté internationale l’arrestation de M. Kanambe Hyppolite alias Joseph Kabila, le cannibale.

Lettre ouverte du 16 septembre 2017

Je suis très choqué par cette nouvelle que je viens d’apprendre. Selon Afrikarabia, la France projette de demander aux Congolais de participer à un nouveau dialogue avec le pouvoir de Kinshasa. Ce n’est pas la France qui ignore tout le mal que Kanambe alias Joseph Kabila fait aux Congolais. Les autorités françaises n’ignorent pas non plus que les Congolais sont victimes du cannibalisme des Rwandais au Congo. Vers où allons-nous donc quand la France veut que les Congolais aillent au dialogue avec leurs bourreaux ? Ce monde est donc en train d’évoluer vers le mal au lieu de progresser vers le bien. Hier les fosses communes traumatisaient la communauté internationale mais aujourd’hui cela ne la perturbe plus.

J’en arrive même à me demander si les ONG des droits de l’homme sont encore nécessaires dans ce monde de violence; elles semblent être là pour distraire. Avec Kanambe alias Joseph Kabila, on se demande si toutes ces organisations des droits de l’homme ont une réelle utilité ou si elles doivent disparaître. Les soldats rwandais de Kagame, dont fait partie Kanambe, sont en train de souiller la planète avec notre propre argent, celui des Congolais, au point de faire disparaître toute sagesse et toute intelligence des hommes.

Entendre les journalistes dire que Kanambe ne devrait pas s’opposer à l’idée d’un nouveau dialogue est choquant pour les Congolais comme si l’avis de ce génocidaire comptait encore. Le peuple congolais n’est donc plus souverain ? C’est Kanambe qui est souverain malgré la chair des Congolais qu’il est en train de manger ?! Kanambe aurait déjà dû être arrêté depuis longtemps mais voilà qu’on le considère encore comme le chef de ce pays, la RDC, c’est tout simplement scandaleux et inadmissible ! Hier vous lui reprochiez de réclamer un 3ème mandat mais aujourd’hui vous cherchez le moyen de le soutenir pour qu’il accède à un 3ème mandat bien qu’il soit un occupant rwandais et le territoire congolais en est rempli, à tous les niveaux.

Comment la France peut-elle avoir l’idée de prolonger le règne de Kanambe le Rwandais ou même chercher à lui accorder de se maintenir au pouvoir ? N’est-ce pas la France qui avait sauvé l’honneur à l’époque en chassant Jean-Bedel Bokassa lui-même accusé de cannibalisme ? Aujourd’hui Kanambe a fait bien pire ; tout ce que la communauté internationale a interdit, il l’a fait. Comment la France ne peut-elle pas avoir pitié du peuple congolais, elle qui a également eu à ressentir cette souffrance, celle de l’humiliation lui causée par l’Allemagne ? La France, en premier lieu, a l’obligation d’aider le Congo car elle a vécu une situation similaire à la nôtre, celle de l’occupation. Elle avait par la suite châtié tous les traîtres. Comment la France pourrait-elle oublier son grand rôle, elle le principal acteur, enseignant de la démocratie ? Si la France oublie, ce sera la catastrophe.
Hier la France avait besoin des Africains, des tirailleurs sénégalais et des Congolais, auxquels elle avait lancé un appel pour demander secours. Aujourd’hui la France va-t-elle enjamber les morts congolais et oublier la mémoire de tous les Français qui étaient tombés sous l’occupation allemande ? De tous les peuples sur la Terre, je trouve que c’est la France vers qui nous devons demander secours en premier lieu car la France avait senti cette souffrance et cette humiliation. La France devrait prendre Mukungubila le plus vite possible et défendre le Congo très valablement auprès des Nations unies. Ce n’est pas la France qui va oublier qu’elle n’a pas eu sa liberté par de la négociation avec l’occupant. Aucun autre pays ne peut devancer la France pour défendre la RDC. Nous sommes des humains, ne pensez pas le contraire à cause de notre naïveté. Aidez-nous s’il vous plait, que la France nous aide. Que la France ne permette pas que ce dont elle a souffert arrive à la RDC.
Ce nouveau schéma qu’attendent les Congolais c’est le gouvernement de transition après le départ de Kanambe, et non des accords ou des négociations. Plusieurs parlementaires belges sont en train de se lever pour dénoncer le soutien qu’apporte leur gouvernement à l’occupation rwandaise. Quant à Kanambe, il ne devrait faire partie d’aucun nouveau schéma si ce n’est celui de son arrestation.

Joseph Mukungubila Mutombo
Prophète de l’Eternel




De l’horreur vécue en RDC

Lettre ouverte du 21 août 2017

Je m’adresse à la communauté internationale étant à bout de souffle. J’ai crié à maintes reprises sans que mon cri n’ait gain de cause. Et aujourd’hui, au moment même où je m’adresse à vous, les militaires rwandais tutsi et Kanambe sont en train de manger les Congolais comme du bétail ! J’en arrive maintenant à comprendre qu’il est inutile d’espérer que le monde puisse aussi respecter la loi.

Dans la nuit du 19 au 20 juillet 2017, un de mes disciples est arrêté dans le secteur de Kalemie ainsi que 17 autres Congolais. Ils seront transportés nus, et cela, sans rien comprendre. Après avoir longtemps roulé, ils arriveront dans un camp secret. Ils comprendront qu’il s’agit d’un camp improvisé par Kanambe et ses frères tutsi, c’est un camp qui sert d’accueil aux troupes que Kanambe fait venir du Rwanda. Ces 17 hommes congolais vont être fouettés et torturés. Quand viendra le tour de mon disciple dont je préfère taire l’identité, un commandant tutsi va lui demander pourquoi ses yeux étaient étranges. Mon disciple ne sachant pas à quoi le militaire faisait allusion, lui dira que c’est à cause de la fatigue. En effet, il était 2h du matin. Mais le commandant va insister sur ses yeux étranges, allant jusqu’à lui demander de qui il est fils. Mon disciple répondra qu’il est fils de Joseph Mukungubila. Le commandant va frissonner et demander “qui a arrêté l’enfant du lion !?”.

C’est ainsi que pris de panique, ces militaires décideront de reconduire mon disciple entre 3h et 4h du matin vers la ville de Kalemie en lui demandant expressément de rassurer ses parents. Ce camp secret se situe dans une zone aux alentours de Kalemie, sur la route en direction de Nyunzu, en dépassant Kachelewa, puis en se dirigeant vers le village de Mushabaa. De Mushabaa, en quittant la route de Nyunzu, ensuite à 30 km, on arrive au village de cultivateurs appelé Gimbwe. C’est là que Kaname a improvisé un camp secret pour massacrer les Congolais. Tous les Congolais qui y vivaient ont été chassés pour y mettre des rwandais tutsi.

Pendant que je réfléchissais à cette situation qui m’avait été rapportée par mon enfant qu’on avait enlevé et que je pensais à la raison pour laquelle il avait été relâché, un autre témoignage m’est parvenu. Cette fois-ci venant d’un enfant qui n’est pas mon disciple, étant de confession musulmane.

Ce jeune garçon, après avoir terminé ses études, a été embauché dans une entreprise située à proximité de l’aéroport de Lubumbashi. Lui et ses amis seront enlevés par des connaissances proches de Kanambe. Cet enlèvement a lieu alors qu’ils devaient être accompagnés pour aller travailler, le véhicule qui les transportait va prendre un chemin différent de celui menant à leur lieu de travail. Les passagers vont ensuite être ligotés et cagoulés afin de ne pas reconnaître le chemin utilisé pour arriver à l’endroit qui s’avérera être un camp secret composé uniquement de tentes. Arrivés dans ce camp, les cagoules seront retirées et c’est l’horreur qui va être constatée : de la viande humaine de Congolais attachée et consommée dans ce camp de l’horreur. Ils vont même y retrouver certaines personnes vivantes qui étaient jusque-là portées disparues qu’on y faisait travailler. Ils vont reconnaître un de leur ami vivant qui avait été même pleuré par sa famille. Les jeunes gens y sont gardés vivants pour travailler et les plus âgés sont tués pour être consommés comme de la viande humaine. Les jeunes gens vont même y être forcés de consommer de la chair humaine de leur compatriote pendant la semaine où ils seront retenus. Ce jeune homme et ses amis parviendront à s’enfuir lorsque des abeilles attaqueront ce camp secret. On comprendra ensuite que cette attaque était liée au père du jeune homme qui avait fait de nombreuses prières de musulmans pour retrouver son fils. Tous les tutsi de ce camp vont fuir lors de cette attaque d’abeilles. Le jeune homme et ses amis réussiront à rentrer chez eux grâce à des hommes en camionnette qui passaient à proximité de la zone en transportant du charbon de bois. Puis ils réaliseront qu’ils étaient arrivés dans la zone de Kolwezi. C’est en rentrant chez lui que ce jeune homme fera le récit de cette horreur à ses parents. En ce moment même il est traité à cause de son état psychologique et du fait qu’il ait été forcé à manger cette chair humaine pendant toute cette semaine de captivité.

C’est suite à ces récits d’horreurs, que je comprendrais où l’on avait amené mon disciple il y a exactement un mois et comment les gens disparaissent dans plusieurs régions de la RDC, notamment à Lubumbashi et à Kinshasa ainsi qu’à Kalemie.

Je demande à l’ONU et à toutes les instances internationales d’intervenir urgemment pour mettre un terme à cette situation d’horreur car moi-même je n’ai plus envie de rester ici sans rien faire, en Afrique du Sud, pendant que Kanambe et ses frères tutsi sont en train de manger mes compatriotes hommes et femmes comme du bétail. Que l’ONU vienne me prendre afin que nous descendions dans cette province de Kalemie dont je suis originaire, je suis sûr que nous y retrouverons des traces de ce sang. Puis nous irons également dans ces provinces du Tanganyika et du Katanga en général car cette situation est intolérable !

Vers où allons-nous avec ce genre de pratique ? Les Congolais méritent-t-ils une telle horreur ? Comment peut-on accepter que cet homme Kanambe demeure au pouvoir par de telles horreurs, d’autant plus qu’il n’est plus légitime ? En d’autres termes, vous chefs d’état africains, qui souteniez Kanambe et qui continuez à le soutenir aujourd’hui, sachez que les Congolais ne sont pas votre nourriture, vous êtes allés trop loin. C’est terminé pour vous, nous n’allons pas accepter passivement que vous nous mettiez dans vos assiettes.

Joseph Mukungubila Mutombo
Prophète de l’Eternel




COMMUNIQUE CONJOINT AV30 asbl – BUREAU DE JOSEPH MUKUNGUBILA ALIAS KABILA VIENT ENCORE D’ASSASSINER UN DISCIPLE DE MUKUNGUBILA

Le Bureau de Joseph Mukungubila et l’Association des Victimes des massacres du 30 décembre 2013, AV30 asbl ont la profonde douleur d’annoncer à l’opinion nationale et internationale la mort tragique de monsieur Dieudonné ILUNGA WA MPANGA qui a succombé suite à d’inqualifiables tortures ! La victime était incarcérée illégalement à la prison de Dilala à Kolwezi depuis le 30 décembre 2013 avec des dizaines d’autres disciples et partisans de Joseph Mukungubila, femmes et hommes. Dieudonné ILUNGA était malade depuis plusieurs jours et avait maintes fois sollicité des soins appropriés auprès de l’autorité pénitentiaire qui les lui refusait ! Ce n’est qu’hier, mardi 1er août 2017, à 20 heures, que monsieur ILUNGA est emmené d’urgence à l’hôpital de MWANGEJI, pieds et poings liés alors que depuis des heures il avait une très forte fièvre et crachait du sang en abondance ! Il avait par ailleurs perdu connaissance à la prison. A l’hôpital, il sera entièrement attaché à un brancard, toujours les pieds et poings liés sans qu’on ne lui prodigue de soin ! Il fut abandonné ainsi durant d’interminables heures jusqu’à ce que mort s’en suive vers 7h du matin de ce mercredi 02 août 2017 ! Après leur sale besogne, les tortionnaires ont convoqué la femme de la victime pour lui présenter le corps sans vie de son mari !

Nous condamnons avec la dernière énergie cet énième acte de barbarie et de cruauté sans nom dans le chef des sbires d’Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila dont la principale mission est d’exterminer le peuple congolais en général et les compagnons et partisans de Joseph Mukungubila en particulier. Nous dénonçons également le traitement particulièrement restrictif dont sont victimes les disciples et partisans de Mukungubila détenus à la prison de haute sécurité de Buluwo à Likasi dont les visites se font désormais par l’entrebâillement de fenêtres sous la présence de gardiens ! Nous rappelons que plusieurs dizaines de disciples et partisans du prophète Mukungubila dont des femmes avec enfants sont encore illégalement détenus dans différentes prisons sur le territoire congolais depuis près de 4 ans.
Bien que profondément choqués, consternés par ce nouveau drame, Joseph Mukungubila et tous les siens tiennent à rassurer les congolaises et congolais de leur indéfectible détermination à oeuvrer pour que tous les martyrs congolais obtiennent justice, notamment en mettant fin à l’occupation.
L’année dernière, le 24 avril, nous avions déjà profondément déploré l’assassinat à la prison de Buluwo, de monsieur Fidèle BUKUMBA KABWITA. L’élimination physique du vaillant compatriote Dieudonné ILUNGA WA MPANGA démontre, si besoin en était encore, de la nécessité à mettre hors d’état de nuire tous les ennemis du Congo qui ont fait de ce pays un état sauvage, sans foi ni loi ! Nous demandons tout de même à la communauté internationale ainsi qu’aux ONG congolaises et internationales de droits de l’homme de se saisir de ces différents dossiers accablants contre le régime illégal de Kinshasa.
Dieudonné ILUNGA WA MPANGA était pêcheur, âgé de 35 ans, il laisse une veuve éplorée et 3 orphelins.
Que Dieu console toute sa famille biologique et la grande famille du Ministère de la Restauration à partir de l’Afrique Noire.

AV30 asbl Bureau de Joseph Mukungubila




Dieu créateur a juré qu’il ne permettra plus à ces traîtres congolais de faire souffrir son peuple

Lettre ouverte du 14 juillet 2017

Je livre ce message au peuple congolais pour l’orienter et ainsi ne pas le laisser s’embrouiller par cet état d’ébriété dans lequel se retrouvent certains de nos compatriotes. J’aimerais tout d’abord remercier la sœur Georgine Samba pour son message délivré concernant David qui fait échos à mes paroles. Que Dieu lui accorde pleinement sa grâce et des bénédictions.

Mais que veulent tous ces traîtres congolais ?! Le bilan du nombre de morts au Kasaï ne cesse de s’alourdir avec cette nouvelle que je viens d’apprendre de l’un de nos magistrats faisant état de 38 nouvelles fosses communes découvertes au Kasaï. Avec un tel génocide, on trouve encore des Congolais qui font des déclarations affligeantes comme celles de ce soi-disant pasteur qui selon une révélation qu’il aurait reçue, affirme que Kanambe alias Joseph Kabila doit encore se maintenir au pouvoir. Ou encore cette méchante femme que je croyais être Luba, peuple que Kanambe est en train de décimer, qui va dire que cet imposteur, selon elle, doit encore se maintenir au pouvoir !

Vous qui dites être Congolais, comment avez-vous l’audace de dire que vous accordez encore du temps à ce Rwandais Kanambe alias Joseph Kabila ? Vous auriez dû prêter attention aux paroles de l’Éternel disant : « Lorsque tu seras entré dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne, lorsque tu le posséderas, que tu y auras établi ta demeure, et que tu diras : Je veux mettre un chef, un roi sur moi, comme toutes les nations qui m’entourent, tu mettras sur toi un chef, un roi que choisira l’Eternel, ton Dieu, tu prendras un chef, un roi du milieu de tes frères, tu ne pourras pas te donner un étranger, qui ne soit pas ton frère ». Et surtout n’oubliez pas que Jeanette, la soeur de Kanambe alias Joseph Kabila nous a confirmé qu’ils étaient des tutsi rwandais et que c’est eux qui devraient continuer de présider à la tête du pays.
Pour être clair, laissez-moi vous rappeler les paroles que la bouche autorisée de l’Eternel Dieu avait déclarées : « quiconque va s’allier à ce génocidaire rwandais Kanambe, qui vient d’exterminer le peuple congolais dans plusieurs provinces, sera maudit ».

Sachez que le Dieu créateur a juré qu’il ne va plus permettre à ces traîtres congolais de faire souffrir son peuple. Il ne le permettra pas, ainsi dit le Seigneur ! Ainsi il est révoltant aujourd’hui de voir les Kimbanguistes qui, à partir de leur siège, sont en train de détruire les prophéties données par Kimbangu en les offrant à cet étranger génocidaire. Le font-ils vraiment au nom de Kimbangu ? Quelle malédiction ! Ecoutez ce que Dieu a dit dans sa parole : « Mais le prophète qui aura l’audace de dire en mon nom une parole que je ne lui aurais point commandé de dire, ou qui parlera au nom d’autres dieux, ce prophète-là sera puni de mort ». Que l’Eternel Dieu s’occupe de tous ceux qui en son nom disent des choses contraires à sa parole. Je le dis et je le répète, que ces gens puissent expérimenter la malédiction prononcée par l’Éternel au milieu de son peuple. Si l’Eternel Dieu ne m’a pas envoyé, moi Mukungubila, pour conduire ce peuple, ils pourront y échapper. Autrement, si c’est bien l’Eternel Dieu qui m’a envoyé comme conducteur de ce peuple, ils vont expérimenter dès à présent cette malédiction, qu’ils soient hommes ou femmes.

Kanambe va même jusqu’à ternir notre histoire en nous offrant des héros parmi les musiciens, éclipsant ainsi les véritables héros de notre histoire comme Lumumba; tout simplement parce que Kanambe est rwandais et ces musiciens ont fidèlement servi les intérêts du Rwanda. Certains de ces musiciens vont même jusqu’à dire qu’ils n’ont rien contre le Rwanda, qu’ils sont simplement artistes et chantent. L’un d’entre eux vient d’être propulsé par ce génocidaire rwandais pour aller défier les Congolais en France. C’est scandaleux !

La carte de notre beau pays le Congo a été découverte à Capernaüm en Israël mais au lieu de faire état de cette merveille révélée par le Créateur, Kanambe a éclipsé la chose comme s’il aurait préféré que ce soit la carte du Rwanda qui apparaisse. Ce pays désertique, aux mille collines qui était regardé comme un village dans le désert, a pillé le Congo pour se construire avec le sang des Congolais. C’est avec raison que les parlementaires européens ne sont plus tranquilles, se demandant si l’on a réellement accordé l’indépendance au Congo. La communauté internationale va-t-elle rester sans intervenir, afin que ce peuple continue à souffrir à cause des richesses enfouies par Dieu dans son sous-sol ?! Ce pouvoir d’occupation a corrompu ici et là les parlementaires congolais. C’est incroyable le décalage qui existe entre la population qui comme moi est en pleurs et ces opposants qui ne savent même pas ce qui se passe dans leur propre pays. Point n’est besoin de dire que moi Mukungubila je dénonce cela.

Fort heureusement, l’Eternel Dieu a choisi son instrument libérateur du milieu de ce peuple congolais qui est pleinement ce peuple de Dieu comme je l’avais déclaré avec Esaïe 18. Cette autre nation qui va produire les fruits, cette nation dont il est question en Matthieu 21, c’est la nation congolaise. Nous sommes un peuple vaillant et redoutable selon Esaïe 18 alors soyez debout ! Ce n’est plus le temps de féliciter le génocidaire car Dieu a dit que son pouvoir est terminé ! Les Rwandais avaient voulu se faire passer pour des Israélites. J’avais d’ailleurs alerté, dans ma lettre ouverte d’octobre 1996, le peuple congolais du danger venant de ceux qui nourrissaient de telles ambitions. Depuis la fin des années 90, le Rwanda a eu à mentir pour piller le Congo mais il faut louer l’Eternel de nous avoir gardé, ne pas être distrait et se remplir de vaillance pour mettre fin à cette humiliation imposée par le Rwanda avec l’aide de certaines puissances.

Il n’y a que les méchants congolais qui continuent à servir cette occupation à cause des miettes qu’ils reçoivent pensant que cela va encore durer, alors qu’ils devraient plutôt se sentir honteux. Cet imposteur massacre vos frères et vos sœurs ! Les Congolais ont droit à la vie et il est du devoir de la communauté internationale de nous protéger et juger ces envahisseurs rwandais et leurs alliés tutsi qui nous entourent. Que la communauté internationale nous aide enfin à mettre en place un gouvernement de transition car il n’y a plus de pouvoir à Kinshasa. Kanambe alias Joseph Kabila est en train de faire du banditisme avec tout son entourage, il ne gère pas le peuple. En laissant le temps continuer de s’écouler avec lui au pouvoir, les Congolais sont massacrés et c’est ainsi que nous avons 38 fosses communes supplémentaires selon l’ONU. Plus on le laisse au pouvoir plus les Congolais sont massacrés. Intervenez s’il vous plaît.

Ceux qui parlent des élections le font comme pour se moquer de nous. Vous voyez très bien comment Kanambe massacre le peuple mais vous continuez de nous dire qu’il doit organiser les élections. Ne continuez pas ainsi à nous faire souffrir en parlant des élections. Est-ce une mauvaise blague ou un manque de compassion ? Quel est ce peuple qui pourrait accepter d’être égorgé ainsi comme les Congolais le sont ? Depuis que le monde a été créé, quel est ce peuple qui a connu pareil génocide ? Nous voyons des sentences tomber sur les autres chefs d’état dont les crimes ne sont même pas comparables à ceux de Kanambe. Ce qu’il vient de faire au Congo est une horreur jamais vécue et à plus forte raison au 21ème siècle. Il mérite d’être arrêté, d’être pendu à la face du monde. Mais quand on prend des sanctions contre lui et ses collaborateurs concernant leurs avoirs, cela se répercute sur le peuple. Il faudrait donc carrément les arrêter ou mettre un terme à ce banditisme. Pour moins que cela, le conseil de sécurité avait demandé que l’on chasse l’ancien président gambien. Peut-on encore se permettre ainsi d’accorder ne serait-ce qu’une semaine à ce criminel Kanambe ?

Pour terminer, mes chers compatriotes, ne soyez plus distraits ni embrouillés par les soubresauts de la fin de ce pouvoir d’occupation. Très très bientôt, c’est l’odeur de la véritable indépendance octroyée que vous allez respirer.

Joseph MUKUNGUBILA MUTOMBO
Prophète de l’Eternel




VICTOIRE DE JOSEPH MUKUNGUBILA

Communiqué de presse du 15 avril 2016

Le prophète Joseph Mukungubila, homme politico-religieux congolais est désormais libre! La cour suprême de justice sud-africaine vient en effet de rendre un jugement qui lui octroie l’asile politique dans le pays de Mandela. C’est le dénouement d’une longue bataille judiciaire qui l’opposait aux gouvernements congolais et sud-africain après les événements tragiques et malheureux du 30 décembre 2013.

L’opinion nationale et internationale garde encore en mémoire les massacres de grande ampleur survenus dans plusieurs villes de la République Démocratique du Congo, à la veille de la saint-sylvestre 2013. Des images d’horreur des corps ensanglantés, démembrés, qui ont fait le tour du monde à travers les réseaux sociaux après que les forces de l’ordre congolaises aient réprimé dans le sang des manifestations spontanées des disciples et partisans de Joseph Mukungubila. Ceux-ci, en investissant des lieux publics dits stratégiques, voulaient exprimer leur colère après une attaque des forces de la garde républicaine à la résidence d’un évêque du ministère de la restauration à partir de l’Afrique Noire (MRAN) où sa femme fut assassinée, et une deuxième attaque quelques heures plus tard à la résidence du Prophète Mukungubila à Lubumbashi. Pour justifier ce bain de sang, le gouvernement congolais avait argué que Joseph Mukungubila et ses disciples avaient tenté un coup d’état qui aurait échoué, une thèse difficilement crédible lorsque le ministre de la défense de l’époque, Alexandre Luba Ntambo, s’exprimant sur les manifestants massacrés ou arrêtés parlera de « bandits avec avec des bâtons ». Qui peut donc croire qu’on peut faire un coup d’état avec des bâtons? La genèse de ces tueries fut la publications des deux lettres ouvertes du prophète très critiques envers le régime de Kinshasa. C’est donc pour masquer sa forfaiture que le gouvernement congolais émit un mandat d’arrêt international contre le prophète Mukungubila qui, après avoir échappé au massacre dans sa maison de Lubumbashi, se réfugia en Afrique du Sud où il demanda au courant du mois de janvier 2014 l’asile politique. La procédure était en cours lorsque, contre toute attente, en mai de la même année, Interpol arrêta Joseph Mukungubila suite au mandat d’arrêt international du gouvernement congolais. Emmené manu militari au tribunal de Johannesburg, le prophète fut immédiatement libéré par le juge qui qualifia son arrestation par Interpol d’illégale étant donné que Joseph Mukungubila était détenteur d’une attestation de HOME AFFAIRS ( ministère de l’intérieur sud-africain) stipulant qu’il était demandeur d’asile. Il s’ouvrit alors un procès d’extradition défendu par le gouvernement congolais soutenu par le gouvernement sud-africain qui entre temps refusait d’accorder l’asile au prophète Mukungubila. Une année après, jour pour jour, au bout d’une procédure judiciaire acharnée au cours de laquelle le gouvernement congolais ne put fournir la moindre preuve de ses allégations dont celle de rébellion et de détention d’armes, le tribunal de Johannesburg acquitta Joseph Mukungubila. Il fut renvoyé à la cour suprême de justice sud-africaine qui devait dès lors se prononcer favorablement ou non sur sa demande d’asile. Une autre bataille judiciaire s’ouvrit alors entre Joseph Mukungubila et Home Affairs qui campait sur sa position. Toute chose a une fin dit-on! C’est donc le 30 mars 2017 que la haute cour sud-africaine autrement dit la cour suprême, a rendu le jugement en faveur de Joseph Mukungubila en obligeant Home Affairs d’accorder l’asile politique à Joseph Mukungubila qui en a pleinement le droit conformément à la convention de Genève du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés car la cour considère, que dans le dossier des massacres du 30 décembre 2013, c’est Mukungubila, sa famille, ses disciples et partisans qui sont les victimes et pas le contraire !

Pour Joseph Mukungubila cette victoire judiciaire qui démontre bien l’indépendance de la justice sud-africaine, qu’il salue au passage, est la victoire du peuple congolais, moteur de son combat. Il garde toutes ses pensées à ses nombreux partisans qui croupissent encore dans différentes prisons du pays, à la prison militaire de Ndolo à Kinshasa, à Kasapa à Lubumbashi, à Dilala à Kolwezi et à Buluwo à Likasi. Il affirme sa détermination à lutter pour leur libération et exhorte la justice congolaise à s’inspirer de la justice du pays de Mandela qui a su vaincre le régime d’Apartheid. Il remercie enfin le peuple congolais dans son ensemble et toutes les personnes qui l’ont soutenu et ne l’ont pas abandonné tout au long de son combat pour la justice et la liberté.

Le Bureau