Quelle quantité de sang des Congolais faudra-t-il atteindre pour que ça vous oblige à agir ?

Quelle quantité de sang des Congolais faudra-t-il atteindre pour que ça vous oblige à agir ?

 

Lettre ouverte du 12 Septembre 2015, à la communauté internationale

 

 

Faudra-t-il atteindre jusqu’à quelle quantité de sang des Congolais versé pour que ça vous oblige à pouvoir agir ? Faudra-t-il combien de millions de Congolais que cet homme Kanambe, le Rwandais, pourra-t-il tuer pour que ça vous oblige à intervenir ?!

L’horreur de plus de 450 morts a obligé les habitants des alentours de Maluku de pouvoir alerter la communauté internationale dont la MONUSCO. Et, touchée au plus profond d’elle même, la Belgique, notre ancienne métropole proposera de pouvoir sortir un million et demi d’euros pour qu’il se fasse urgemment une enquête. Les différentes ONG dont Human Rights Watch (HRW) vont exiger qu’il y ait exhumation des corps. Mais l’intouchable Kanambe, le Rwandais, avec son équipe de traîtres Congolais, vont détourner l’attention de la communauté internationale et aujourd’hui c’est le silence plat.

Au moment où je suis en train de vous écrire, un Congolais va nous renseigner qu’il s’est rendu il y a quelques 48 ou 72 h à Maluku. Et Kanambe y a placé déjà, des Rwandais qui prennent soin de contrôler les fosses communes afin que les Congolais n’y aient pas accès. Je rappelle ici que l’ONG HRW avait demandé  à ce qu’il y ait exhumation afin de permettre aux familles de pouvoir enterrer les leurs. Mais l’intouchable Kanambe, avec son équipe, a refusé, catégoriquement.

Le monde ainsi que toute la communauté internationale, ne peuvent-ils pas avoir pitié des Congolais ? Aujourd’hui, la science a tellement évolué qu’elle nous a produit des médecins pour traiter les animaux. Donc, la vie du Congolais n’a vraiment pas plus de valeur, pas plus que l’animal ? Si vous, la communauté internationale, ne voulez pas arrêter ce Rwandais Kanambe Hyppolite, si vous ne voulez pas l’arrêter, ça aurait été mieux de pouvoir nous accorder la paix après que nous ayons perdu les nôtres. Et, nous accorder la paix, c’est mettre fin à ce pouvoir sanguinaire, c’est-à-dire, il faut arrêter cet homme afin que les Congolais puissent s’organiser pour mettre en place un pouvoir de transition dont le but sera de préparer de véritables élections à l’avenir.

Je ne parviens plus à comprendre pourquoi, pourquoi les Congolais doivent toujours être sous ce pouvoir qui les tue, qui les extermine. Je dis bien, je me répète, je ne parviens plus à saisir l’idée qu’a la communauté internationale en laissant ce sanguinaire continuer à faire sa sale besogne alors que cette même communauté internationale avait montré sa capacité à stopper un dirigeant qui n’aime pas ses administrés. Ça s’est fait en Lybie, ça s’est fait en Irak et même en Afrique. J’ai vu cette communauté internationale intervenir pour stopper le pouvoir.

Sera-t-il nécessaire de rappeler que cette communauté internationale avait enregistré des irrégularités et les tricheries lors des dernières élections ? C’est pour dire que le pouvoir qui est en place n’est même pas un pouvoir légitime. Et pourquoi les laisser continuer ? Pour qu’il ait encore plus les possibilités de tuer ? Parce que, vous savez très bien qu’il revient au peuple en tant que souverain primaire, de s’exprimer. Le peuple congolais s’était déjà  exprimé en 2011, mais le pouvoir a tué. Dès qu’on ose descendre dans la rue, dès qu’on ose manifester, ce pouvoir tue. Un pouvoir illégitime, je rappelle. Et maintenant, pourquoi vous de la communauté internationale, ne voulez pas nous aider comme vous avez pu aider les autres ( je répète, il y a eu votre intervention en Côte d’Ivoire, au Mali, en Sierra Léone ou au Libéria) ?

A vous communauté internationale, plus de 8 millions de morts ? Nous approchons des 10 millions (voir plus) que cet homme a pu tuer. Au moment où je vous écris, je sais que vous ne l’ignorez pas. Parce que, à l’époque de l’AFDL vous aviez déjà demandé qu’il y ait une enquête à cause du génocide commis par cet homme vers Kisangani. Vous de la communauté internationale, aviez aussi demandé qu’il y ait une enquête suite au génocide commis, toujours par cet homme, vers l’Equateur. Aujourd’hui, vous n’avez plus besoin de preuves à chercher sur la criminalité de cet homme parce qu’il est entré dans ma parcelle pour me tuer, et il a massacré tous les miens. Et par la grâce du Seigneur, j’ai été sauvé. Selon les ONG, en comptant les partisans, il y a eu plus de 300 victimes. Et, les corps ont été brandis à vos yeux. Je répète encore, dans ma parcelle, la parcelle à moi Joseph Mukungubila, au quartier Golf, à Lubumbashi. J’ai été massacré. Ce n’était pas hors de ma parcelle. Je n’étais pas sorti, j’avais été attaqué dans ma parcelle. Attaqué par qui ? Par ce pouvoir.

Il faudrait quelles preuves et il faudra quelle faute de la part de cet homme pour que vous puissiez dire que nous Congolais, devons vivre en paix sur cette planète ? Il faudra combien de preuves ? Ce que je ne parviens pas comprendre c’est, pourquoi laisser ce pouvoir continuer ? Pourquoi parler de 2016 ? Ce pouvoir va continuer jusqu’en 2016 afin que les Congolais perdent combien des leurs ? Je vous demande afin que vous puissiez comprendre que nous ne méritons pas de mourir ainsi, comme des poules. Intervenez s’il vous plaît. Et, nous n’allons pas supporter d’attendre une semaine. Dans toutes les tentatives de cet homme Kanambe pour se maintenir au pouvoir, il faudra que nous perdions combien de Congolais ? Je vous demande, je vous le répète, c’est aujourd’hui que j’aimerais voir, comme bénédiction, votre intervention pour mettre fin à ce pouvoir. Il est inutile de demander quelle qualification il a ? Et, c’est cet homme que vous allez laisser ainsi massacrer impunément les Congolais ?

Aujourd’hui, les Congolais, impuissants, dans l’esprit de la démocratie, sont en train de pleurer, d’enregistrer leurs morts. Aidez-nous, nous vous demandons. On ne va plus supporter même une semaine. Aidez-nous à pouvoir mettre fin à ce pouvoir pour nous permettre ensuite de mettre en place un gouvernement de transition. En même temps, ce n’est jamais permis dans vos lois, qu’un pays qui est d’ailleurs voisin, puisse nous envahir. Cette invasion, elle est là. Vous la voyez, vous la regardez. Nous demandons à toute la communauté internationale d’évacuer tous les Rwandais. Qu’ils rentrent chez eux. Ce qu’ils ont pillé, ceux qu’ils ont tués, que ça s’arrête là. Nous sommes à bout maintenant, nous sommes à bout. Comprenez que nous sommes à bout. Lui, a des armes. Si, il n’y a aucun homme sur terre, aucun pays, aucune nation sur terre qui puisse avoir pitié de nous, ce qu’il nous reste, c’est de pouvoir nous adresser au ciel. Et lui, comme il a les armes qu’il a acheté avec notre argent, l’argent de nos contribuables, ce qui va s’en suivre c’est qu’il nous trouvera à genoux en regardant le ciel.

Je répète, nous vous demandons de nous aider; de ne pas attendre encore deux jours ou une semaine. Intervenez, au nom de la justice ou de la paix. Car, notre malheur n’est pas dans les extraits de lois, notre malheur c’est qu’on nous a placé un étranger à la tête du pays. Aujourd’hui, j’entends parler de glissement. Ce pouvoir fait toutes les tentatives pour faire le glissement. Je rappelle, même à mes compatriotes, que cet homme Kanambe, qui est Rwandais s’était déjà glissé parmi les Congolais. Il a déjà été glissé car ce n’est pas un Congolais. C’est ainsi qu’il nous a trompé. Et c’est normal qu’il ne daigne pas comprendre qu’il faut quitter le pouvoir après deux mandats. Il a occupé cette place, le sommet de l’Etat, par glissement.

 

 

Joseph MUKUNGUBILA MUTOMBO

Prophète de l’Eternel




[Partie 9/9] Mise au point sur le Prophète : du précurseur au véritable




[Partie 8/9] Mise au point sur le Prophète : du précurseur au véritable




[Partie 7/9] Mise au point sur le Prophète : du précurseur au véritable




[Partie 6/9] Mise au point sur le Prophète : du précurseur au véritable




[Partie 5/9] Mise au point sur le Prophète : du précurseur au véritable