J’arrive

Lettre ouverte du 1er janvier 2018

Moi, le Prophète de l’Eternel Mukungubila Mutombo Joseph, je m’insurge contre la barbarie meurtrière doublée du mensonge caractérisé, dont ne cesse de se prévaloir le gouvernement imposteur du Rwandais Kanambe Hippolyte. Je mets au défi quiconque, la communauté internationale comprise, de prétendre que ce ne sont pas des dizaines de catholiques qui sont tombés sous les balles de Kanambe le 31 décembre 2017. Au moins un prêtre a été sauvagement abattu, alors que l’église catholique implantée sur plus de 90 pourcents du territoire RD congolais a mille fois eu l’occasion de se rendre à l’évidence : les Rwandais ont pris le pouvoir ici dans le but d’exterminer le peuple congolais ! Mais qu’aujourd’hui nous soyons contraints à faire le décompte macabre tel que rendu par le comité laïc catholique, la MONUSCO, et les observateurs indépendants ; des dizaines de morts, des centaines de blessés par balle, et d’autres centaines de cas d’arrestation, Kanambe et ses laquais qui ne savent plus comment passer le goût amer qui leur colle le palais pour avoir déjà perdu les effectivités du pouvoir au point de s’en prendre aux enfants, aux femmes et aux hommes, de surcroît chrétiens catholiques marchant pacifiquement pour dire haut et fort la consommation du divorce avec l’envahisseur… Moi, Mukungubila Mutombo Joseph, je dénonce avec la dernière énergie le massacre de mon peuple planifié et télécommandé de l’extérieur.

A mon peuple et à mes très chers compatriotes je dis, soyez confiants, Dieu ne vous a pas abandonnés.

Afin de faire expier à Kanambe tous ses crimes, afin de venger le sang innocent des Congolais, non seulement l’Eternel a révoqué le pouvoir de l’imposteur et de ses suppôts mais, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob m’a mis debout pour m’installer sur son trône en République Démocratique du Congo.

J’arrive.

Joseph Mukungubila Mutombo
Prophète de l’Eternel




Défaite de Mme Clinton aux élections américaines 2016

Communiqué du 9 novembre 2016

Le Prophète de l’Eternel Joseph Mukungubila félicite le nouveau président élu par le peuple américain Donald Trump. Que cette victoire qualifiée par tous d’historique puisse bénéficier aux Américains mais aussi au reste du monde.

L’élection de monsieur Trump qui a plongé la planète entière dans la stupéfaction et a suscité inquiétudes et incertitudes, devrait pousser l’opinion internationale à s’interroger sur les raisons profondes ayant permis ce séisme politique.

Le 26 octobre 2016 Joseph Mukungubila avait, face au coup d’état orchestré par alias Kabila et validé à Luanda par un syndicat de chefs d’états africains acquis à sa cause, appelé la communauté internationale à être un témoin attentif aux événements à venir. En sa qualité d’homme politique congolais et surtout de prophète, il prédisait entre autres l’issue de l’élection américaine qui allait indubitablement avoir des incidences sur le Congo. En effet,l’occupation rwandaise, brutale et sanguinaire de la RDC qui continue à massacrer quotidiennement le peuple congolais est le fruit du coup d’état de 1996 mené par l’AFDL dont le clan Clinton est l’un des principaux artisans. Le Dieu du pays, Dieu du Congo ne peut permettre qu’une telle imposture se pérennise. Par conséquent, cette cuisante défaite d’Hillary Clinton doit être perçue par tous comme le signe qui vient confirmer le début de la fin de l’occupation du Congo par le Rwanda.

Les grandes crises internationales qui font la une de l’actualité depuis quelques mois voire quelques années doivent être mises en relation avec le discours constant de Joseph Mukungubila selon lequel la paix mondiale dépend de la paix du Congo.

Nous espérons que le président Obama dont le prophète Joseph Mukungubila avait prédit la victoire dès le début 2007, saura mettre à profit ses derniers jours pour oeuvrer de façon plus efficace à la paix du Congo, donc à la paix mondiale.

Nous espérons également que le mandat du président Donald Trump saura rencontrer de manière concrète les aspirations profondes du peuple américain et que le 45ème président des Etats-unis d’Amérique tirera les leçons constructives du propos du prophète Joseph Mukungubila.

Bureau du Prophète de l’Eternel Joseph Mukungubila




Lettre ouverte du Prophète de l’Eternel Joseph Mukungubila Mutombo

Que ce jour du Mercredi 26 Octobre 2016 soit un jour de gémissements, de lamentations, de pleurs, pour tout un peuple, le peuple congolais.

Que toute la communauté internationale que je prends à témoin, se souvienne et n’oublie jamais ce COUP D’ETAT qu’un groupe de chefs d’état africains viennent de signer à Luanda en Angola contre un peuple libre et souverain.

En âme et conscience, pour des intérêts sordides et inavouables ; parfaitement au courant de l’occupation dont la RD Congo est victime depuis 16 ans, le syndicat protecteur du « prédateur-imposteur » a cru qu’il pouvait nous fermer la bouche comme il a réussi avec les ouvriers du ventre de la cité de l’Union Africaine à Kinshasa…

Sans que je n’épouse outre mesure les vues de la classe politique d’opposition qui est indéniablement ma famille, mon vœu le plus cher est que mes frères et sœurs opposants comprennent qu’ici c’est l’intégrité spirituelle de ma personne qui est visée au-delà de l’apparente dimension constitutionnelle. Aussi j’appelle tout le peuple congolais à se dresser comme un seul homme contre ce COUP D’ETAT. Je me dresse ici comme l’ayant droit parce que c’est moi, l’oint de l’Eternel qui porte toutes les meurtrissures de mon peuple dans ma chair.

Il me semble que le temps est venu pour que vous, communauté internationale, vous soyez très attentifs à ce qui va se passer dans mon pays dans quelques heures, dans quelques jours… Car ils ne savent certainement pas, à Luanda, qu’ils viennent d’enclencher le compte à rebours.

Joseph Mukungubila Mutombo

Prophète de l’Éternel




Le Pouvoir de la terreur au Congo Kinshasa

Lettre ouverte du 19 octobre 2016, à la communauté tant nationale qu’internationale

 

Joseph MUKUNGUBILA MUTOMBO, Prophète de l'Eternel

Joseph MUKUNGUBILA MUTOMBO, Prophète de l’Eternel

Je me vois dans l’obligation d’intervenir parce que la façon dont certaines presses donnent des informations n’est pas bonne. Parce que, la presse est un outil très important pour nous, c’est une voie qui est très nécessaire pour que le peuple puisse être informé et qu’il puisse comprendre la situation du moment, telle qu’elle est. La presse n’est pas là pour la désinformation c’est-à-dire pour brouiller l’information, non ! Et je ne pense pas qu’il faille être suffisamment et profondément plongé dans l’illettrisme pour ne pas comprendre ce qu’est un Pygmée. Nous avons eu la grâce d’avoir la notion par nos études. En sociologie nous avons été très éclairés au sujet de la façon de vivre d’un Pygmée. Et je ne pense pas que les études faites sur leur mode de vie puissent être prises pour erronées car dans la vie pratique, nous l’avons vécu. Le Pygmée mène sa vie en brousse pour faire la chasse et la cueillette. Sa vie est liée à cela. Je voudrai dire toute sa vie est liée à la cueillette et à la chasse et c’est ce qui constitue toute sa survie. Et vouloir l’amener à une autre vie comme celle de réclamer la gestion du pays, et un grand pays comme le Congo, un pays aux dimensions continentales, je pense que c’est une aberration. Parmi les acteurs politiques américains, l’un d’eux a dit que Joseph Kabila ne mérite pas d’être chef de l’Etat, parce qu’il est distrait. Non, il ne s’agit pas de la distraction mais de l’occupation rwandaise, c’est là les véritables raisons car c’est par le sang des Congolais qu’ils ont occupé le pays en semant la terreur.

Personne n’ignore la sale besogne commise par le “commandant Hyppo” Kanambe en avançant vers Kisangani. Et Hutus (Rwandais), et Congolais, ont péri. Par la bouche de Jaynet, sa tante ou sa soeur, et par son frère Zoé, ils ont déclaré finalement qu’ils étaient des Tutsi auxquels on devrait laisser la présidence du Congo. Ce sont des choses graves pour lesquelles j’ai demandé à la communauté internationale de nous aider afin que, suite à ces déclarations, Jaynet, et même Zoé, et même Kanambe leur frère, soient arrêtés. Malheureusement, ils continuent à faire leur sale besogne, celle de massacrer les Congolais sans être inquiétés. Cela n’a pas été déclaré par quelqu’un d’autre, c’est par eux-mêmes que cette dénonciation a été faite disant qu’ils sont tutsi. Leur frère avait dit quelques mois auparavant qu’il était fier d’être tutsi. Et il a fait ces déclarations tout en étant sur nos terres, qu’il était fier d’être tutsi. Et entendre certaines presses dire que le conflit qui vient de susciter les événements à Kabalo, fait suite à une affaire de chenilles pour lesquelles on devrait payer la taxe ou est un incident lié à des conflits ethniques… Je me fais le devoir de faire comprendre à la communauté tant nationale qu’internationale que le Pygmée tire sa survie de la brousse.

Jaynet et Zoé avaient révélé qu’ils étaient Tutsi Rwandais (Or au Congo nous n’avons pas cette ethnie tutsi). On comprend alors qu’ils appartiennent à une des trois ethnies rwandaises: Tutsi, Hutu et Twa. Peuvent-ils alors nous permettre de connaître les postes ministériels occupés par les Twa (Pygmées du Rwanda) au Rwanda ? Parce qu’ici chez nous au Congo, ils sont en train d’exciter les Pygmées pour qu’ils réclament des postes de gouverneurs, administrateurs,… Alors, que ces Rwandais que sont Kanambe, Zoé et Jaynet (ou tout autre Rwandais) nous disent quels postes les Twa occupent au Rwanda. Peut-être que les Pygmées rwandais sont différents des nôtres, ou alors il y a erreur dans nos études en sociologie (étude des sociétés et des familles)! Les Pygmées chez nous, ont toujours vécu aux côtés des Bantu (toutes les ethnies du Congo) et toujours en bonnes relations. Ils n’ont jamais eu l’idée de tuer des humains, ni non plus l’idée de se révolter contre les Bantu. Mais ce pouvoir terroriste des Rwandais  à Kinshasa vient de semer la terreur dans nos villages (diviser pour mieux régner).

Notez : la nuit du dimanche au lundi, c’est-à-dire du 16 au 17 octobre 2016, les Pygmées ont incendié tous les villages de Kashale (le chef-lieu de la collectivité de Lukuswa) avec un bilan de trois morts. Le même jour, à un autre lieu, loin du premier, c’est-à-dire plus à l’ouest de Kashale (Entre Nzofu et Kanteba), ils ont tué quatre personnes, sans compter les blessés, tous par des flèches. Et la nuit qui a suivi, ils ont brûlé tous les villages des alentours, sous l’oeil impuissant des autorités locales, entre Nzofu et Katelwa (surtout à Katelwa). Il a fallu donc l’intervention des jeunes gens appelés Maï-Maï qui sont des civils.

Kanambe doit comprendre que les terres du Congo appartiennent à nos ancêtres, et partant de là, ce sont nos terres qu’ils nous ont léguées et donc nous en sommes souverains. Ce que nous lui demandons à lui, c’est de partir, rentrer chez eux au Rwanda. Pour la démocratie, nous avons accepté d’être tués par lui et il l’a fait sans pitié. Pense-t-il continuer à le faire sans se reprocher ?! Et Dieu qui est le propriétaire de ces terres, va-t-il le laisser ?! C’est maintenant qu’il doit partir pour limiter les dégâts qu’il est en train de causer. Dans un mois ? Un mois et demi ? Un mois et trois semaines ?! Il n’y a aucune raison à ce qu’il réclame encore une année (2017) ou deux (2018). Aujourd’hui, les Congolais de tous les territoires, Nyunzu, Kabalo, Manono (sans compter Béni au Kivu où il est en train de semer la mort) n’ont plus de villages. Grave encore, ces Pygmées tuent non pas seulement avec des flèches, mais les autorités sur place renseignent qu’il y a des blessures par balles, c’est-à-dire par armes à feu. Et les jeunes gens, bravant la mort, ont pu faire une percée dans les camps des Pygmées. Ils ont constaté que Kanambe les a regroupés, armés et ils y ont également trouvé des Rwandais Hutu qui les entrainaient, renforçaient et entretenaient leur moral. Ces jeunes gens vont tuer trois de ces Hutu (deux sur place, et le dernier ayant pris la fuite avant d’être rattrapé).

Quant à vous Congolais traîtres qui continuez à soutenir les génocidaires contre vos propres frères, soeurs, mères, cousins, neveux, pères; qu’ils sont en train de massacrer sans pitié, cela devrait vous interpeller. Ne croyez pas qu’en massacrant les Congolais de cette façon-là, vous allez faire devenir Kanambe roi du Congo. Par contre, la quantité de ce sang congolais que vous avez répandu, va vous éjecter car un humain ne pourra jamais refuser au Dieu créateur de régner sur sa propre terre qu’il a créée. Tellement que vous avez beaucoup tué les Congolais, vous ne réalisez plus que vous êtes en train de créer de l’horreur dans votre propre pays. Mais, je tiens à vous rappeler que l’envahisseur rwandais ne deviendra jamais roi dans ce pays de prédilection car c’est le pays à partir duquel le monde entier connaîtra la paix. C’est à partir de ce pays, le Congo, que naîtra le Schilo (l’homme qui amènera la paix dans le monde entier). Et d’ailleurs, il est déjà-là. Il est né au moment où les grands de ce monde décidaient de créer les nations-unies et l’Etat d’Israël. Or, en soutenant ce Rwandais, vous êtes allés à l’encontre de ce qui vous était destiné par le Dieu créateur, car ce Congo égorgé, humilié, est le seul espoir pour toute l’humanité dans le rendez-vous que se donnent toutes les nations demain. C’est maintenant-là que l’Eternel Dieu demande à Kanambe de quitter et laisser libre les Congolais, pas en 2017. Non! En 2016, Kanambe alias Joseph Kabila doit laisser libre le Congo. Je vous demande à vous Congolais qui êtes en train de l’entourer, de réfléchir mûrement car ce sera tard de réaliser que l’homme que vous soutenez est en train de vouloir effacer complètement votre identité et votre souveraineté. N’acceptez plus de dialoguer avec l’occupant. Ceux qui vous incitent à dialoguer, ils font tout pour vous faire disparaître de ces terres de vos ancêtres. Vous ne pensez pas que ce soit aberrant que l’homme dont le pouvoir se termine le 19 décembre, et s’il a la compréhension de ce que nous lui avons demandé, et même ceux de la communauté internationale du fait qu’il soit criminel, puisse continuer ? Il ne doit pas aller à la fin du mandat, à cette date-là. Il doit quitter avant; pas seulement parce qu’il n’a pas su organiser les élections mais parce qu’il est criminel (référez-vous aux plus de 450 cadavres de Maluku). Il doit quitter, je ne sais si ce n’est dans une semaine, trois semaines, un mois et demi, pour ne pas défier ni le peuple congolais ni le Dieu créateur.

A Nyunzu, lorsque ces Pygmées ont tué les militaires, c’est alors que les autorités se verront dans l’obligation de réagir. Et en voyant la mort de leurs frères Pygmées, leur chef fera maintenant les révélations suivantes : que l’ordre de pouvoir agir en barbares, c’est-à-dire tuer les Bantu et incendier leurs maisons, venait d’en haut. Donc la consigne donnée par Kanambe était celle d’exterminer l’ethnie luba; et il disait je cite : “je ne veux plus voir les Luba”. C’est ainsi que les Pygmées dans leur barbarie, non seulement ils tuent, mais aussi ils incendient les maisons. Parce que la consigne est de faire disparaître les Luba.

Raison pour laquelle la communauté internationale ne devrait plus donner à Kanambe alias Joseph Kabila la latitude de rester au pouvoir jusqu’en décembre. C’est un non-sens.

Joseph Mukungubila Mutombo

Prophète de l’Eternel

 




Quelle quantité de sang des Congolais faudra-t-il atteindre pour que ça vous oblige à agir ?

Quelle quantité de sang des Congolais faudra-t-il atteindre pour que ça vous oblige à agir ?

 

Lettre ouverte du 12 Septembre 2015, à la communauté internationale

 

 

Faudra-t-il atteindre jusqu’à quelle quantité de sang des Congolais versé pour que ça vous oblige à pouvoir agir ? Faudra-t-il combien de millions de Congolais que cet homme Kanambe, le Rwandais, pourra-t-il tuer pour que ça vous oblige à intervenir ?!

L’horreur de plus de 450 morts a obligé les habitants des alentours de Maluku de pouvoir alerter la communauté internationale dont la MONUSCO. Et, touchée au plus profond d’elle même, la Belgique, notre ancienne métropole proposera de pouvoir sortir un million et demi d’euros pour qu’il se fasse urgemment une enquête. Les différentes ONG dont Human Rights Watch (HRW) vont exiger qu’il y ait exhumation des corps. Mais l’intouchable Kanambe, le Rwandais, avec son équipe de traîtres Congolais, vont détourner l’attention de la communauté internationale et aujourd’hui c’est le silence plat.

Au moment où je suis en train de vous écrire, un Congolais va nous renseigner qu’il s’est rendu il y a quelques 48 ou 72 h à Maluku. Et Kanambe y a placé déjà, des Rwandais qui prennent soin de contrôler les fosses communes afin que les Congolais n’y aient pas accès. Je rappelle ici que l’ONG HRW avait demandé  à ce qu’il y ait exhumation afin de permettre aux familles de pouvoir enterrer les leurs. Mais l’intouchable Kanambe, avec son équipe, a refusé, catégoriquement.

Le monde ainsi que toute la communauté internationale, ne peuvent-ils pas avoir pitié des Congolais ? Aujourd’hui, la science a tellement évolué qu’elle nous a produit des médecins pour traiter les animaux. Donc, la vie du Congolais n’a vraiment pas plus de valeur, pas plus que l’animal ? Si vous, la communauté internationale, ne voulez pas arrêter ce Rwandais Kanambe Hyppolite, si vous ne voulez pas l’arrêter, ça aurait été mieux de pouvoir nous accorder la paix après que nous ayons perdu les nôtres. Et, nous accorder la paix, c’est mettre fin à ce pouvoir sanguinaire, c’est-à-dire, il faut arrêter cet homme afin que les Congolais puissent s’organiser pour mettre en place un pouvoir de transition dont le but sera de préparer de véritables élections à l’avenir.

Je ne parviens plus à comprendre pourquoi, pourquoi les Congolais doivent toujours être sous ce pouvoir qui les tue, qui les extermine. Je dis bien, je me répète, je ne parviens plus à saisir l’idée qu’a la communauté internationale en laissant ce sanguinaire continuer à faire sa sale besogne alors que cette même communauté internationale avait montré sa capacité à stopper un dirigeant qui n’aime pas ses administrés. Ça s’est fait en Lybie, ça s’est fait en Irak et même en Afrique. J’ai vu cette communauté internationale intervenir pour stopper le pouvoir.

Sera-t-il nécessaire de rappeler que cette communauté internationale avait enregistré des irrégularités et les tricheries lors des dernières élections ? C’est pour dire que le pouvoir qui est en place n’est même pas un pouvoir légitime. Et pourquoi les laisser continuer ? Pour qu’il ait encore plus les possibilités de tuer ? Parce que, vous savez très bien qu’il revient au peuple en tant que souverain primaire, de s’exprimer. Le peuple congolais s’était déjà  exprimé en 2011, mais le pouvoir a tué. Dès qu’on ose descendre dans la rue, dès qu’on ose manifester, ce pouvoir tue. Un pouvoir illégitime, je rappelle. Et maintenant, pourquoi vous de la communauté internationale, ne voulez pas nous aider comme vous avez pu aider les autres ( je répète, il y a eu votre intervention en Côte d’Ivoire, au Mali, en Sierra Léone ou au Libéria) ?

A vous communauté internationale, plus de 8 millions de morts ? Nous approchons des 10 millions (voir plus) que cet homme a pu tuer. Au moment où je vous écris, je sais que vous ne l’ignorez pas. Parce que, à l’époque de l’AFDL vous aviez déjà demandé qu’il y ait une enquête à cause du génocide commis par cet homme vers Kisangani. Vous de la communauté internationale, aviez aussi demandé qu’il y ait une enquête suite au génocide commis, toujours par cet homme, vers l’Equateur. Aujourd’hui, vous n’avez plus besoin de preuves à chercher sur la criminalité de cet homme parce qu’il est entré dans ma parcelle pour me tuer, et il a massacré tous les miens. Et par la grâce du Seigneur, j’ai été sauvé. Selon les ONG, en comptant les partisans, il y a eu plus de 300 victimes. Et, les corps ont été brandis à vos yeux. Je répète encore, dans ma parcelle, la parcelle à moi Joseph Mukungubila, au quartier Golf, à Lubumbashi. J’ai été massacré. Ce n’était pas hors de ma parcelle. Je n’étais pas sorti, j’avais été attaqué dans ma parcelle. Attaqué par qui ? Par ce pouvoir.

Il faudrait quelles preuves et il faudra quelle faute de la part de cet homme pour que vous puissiez dire que nous Congolais, devons vivre en paix sur cette planète ? Il faudra combien de preuves ? Ce que je ne parviens pas comprendre c’est, pourquoi laisser ce pouvoir continuer ? Pourquoi parler de 2016 ? Ce pouvoir va continuer jusqu’en 2016 afin que les Congolais perdent combien des leurs ? Je vous demande afin que vous puissiez comprendre que nous ne méritons pas de mourir ainsi, comme des poules. Intervenez s’il vous plaît. Et, nous n’allons pas supporter d’attendre une semaine. Dans toutes les tentatives de cet homme Kanambe pour se maintenir au pouvoir, il faudra que nous perdions combien de Congolais ? Je vous demande, je vous le répète, c’est aujourd’hui que j’aimerais voir, comme bénédiction, votre intervention pour mettre fin à ce pouvoir. Il est inutile de demander quelle qualification il a ? Et, c’est cet homme que vous allez laisser ainsi massacrer impunément les Congolais ?

Aujourd’hui, les Congolais, impuissants, dans l’esprit de la démocratie, sont en train de pleurer, d’enregistrer leurs morts. Aidez-nous, nous vous demandons. On ne va plus supporter même une semaine. Aidez-nous à pouvoir mettre fin à ce pouvoir pour nous permettre ensuite de mettre en place un gouvernement de transition. En même temps, ce n’est jamais permis dans vos lois, qu’un pays qui est d’ailleurs voisin, puisse nous envahir. Cette invasion, elle est là. Vous la voyez, vous la regardez. Nous demandons à toute la communauté internationale d’évacuer tous les Rwandais. Qu’ils rentrent chez eux. Ce qu’ils ont pillé, ceux qu’ils ont tués, que ça s’arrête là. Nous sommes à bout maintenant, nous sommes à bout. Comprenez que nous sommes à bout. Lui, a des armes. Si, il n’y a aucun homme sur terre, aucun pays, aucune nation sur terre qui puisse avoir pitié de nous, ce qu’il nous reste, c’est de pouvoir nous adresser au ciel. Et lui, comme il a les armes qu’il a acheté avec notre argent, l’argent de nos contribuables, ce qui va s’en suivre c’est qu’il nous trouvera à genoux en regardant le ciel.

Je répète, nous vous demandons de nous aider; de ne pas attendre encore deux jours ou une semaine. Intervenez, au nom de la justice ou de la paix. Car, notre malheur n’est pas dans les extraits de lois, notre malheur c’est qu’on nous a placé un étranger à la tête du pays. Aujourd’hui, j’entends parler de glissement. Ce pouvoir fait toutes les tentatives pour faire le glissement. Je rappelle, même à mes compatriotes, que cet homme Kanambe, qui est Rwandais s’était déjà glissé parmi les Congolais. Il a déjà été glissé car ce n’est pas un Congolais. C’est ainsi qu’il nous a trompé. Et c’est normal qu’il ne daigne pas comprendre qu’il faut quitter le pouvoir après deux mandats. Il a occupé cette place, le sommet de l’Etat, par glissement.

 

 

Joseph MUKUNGUBILA MUTOMBO

Prophète de l’Eternel




Interview de Joseph MUKUNGUBILA par Tito KANZA pour C-RETRO, 2008

Le Prophète de l'Eternel, Josepĥ MUKUNGUBILA; Photo de 2007 par Tito Kanza

Le Prophète de l’Eternel, Josepĥ MUKUNGUBILA; Photo de 2008 par Tito Kanza

Tito Kanza Olivier : Qu’est-ce que votre candidature à la magistrature suprême vous laisse comme souvenir ?

Paul-Joseph MUKUNGUBILA : Sur mes affiches de campagne on pouvait lire, Paul-Joseph MUKUNGUBILA « CANDIDAT UNIQUE, le CHOIX DE DIEU ». Ils ont dû se dire : Nous allons voir comment Dieu va le voter. Et ce n’était pas par provocation que nous nous disions être « candidat unique. Ce n’est pas par ambition que nous nous sommes levés, comme les autres, moi je n’étais pas compétiteur. Je ne sais pas si vous saisissez la subtilité. C’est Dieu qui réclame qu’on lui restitue son pouvoir, et il voulait marquer cette volonté en m’affichant parmi les 32 candidats, pour que tous se rappellent qu’il n’y a eu qu’un seul homme qui se soit exclusivement présenté sous la bannière de Dieu. Je suis le seul à avoir félicité les deux candidats restés en lisse au premier tour : KABILA et BEMBA ajoutant que s’il est vrai qu’il y aura un deuxième tour, que l’on sache qu’il aura assurément un deuxième tour de Dieu, c’était au journal de 20h00 de la Radio Télévision Nationale : RTNC.

J’avais dis, si par des voies illicites, l’un ou l’autre candidat parmi les 32 veut s’imposer, il trouvera tôt ou tard mon Dieu sur son chemin.

TKO : Quelles sont vos actualités ?

P-J M. : Je suis monté à Kinshasa de Lubumbashi où j’étais avec une seule pensée, attirer l’attention de mon peuple sur une évidence ; L’on ne peut pas se passer de Dieu, la RDC ne peut plus se passer de Dieu. Je l’avais dit haut et fort qu’ils allaient tous expérimenter l’amertume, s’ils laissaient échapper cette opportunité que l’Eternel leur offrait de prendre parti pour Dieu. En venant à Kinshasa, j’avais dit que cette conférence AMANI est une distraction, une de trop. Aujourd’hui, j’entends certains députés de la majorité braver les consignes de leur plateforme pour dire que cette conférence a été une distraction. Je ne peux pas vous donner le profil de l’amertume, mais, elle est là, latente, partout ! Grèves, tensions sociales, insécurité.qui dit pire ?

Mais, cela ne m’empêche pas à cheminer comme par le passé avec mon peuple dans son combat quotidien. Dernièrement, j’ai participé au financement d’un atelier dans un nouveau département de l’ISP GOMBE, l’enseignement a toujours été un inconditionnel pour moi. J’ai envoyé des équipes chez moi partout où la guerre a fait des ravages pour relancer l’espoir, dans les territoires de Kabalo et de Tanganyika. Je suis très content du travail de sensibilisation au Sud-Kivu, et je suis particulièrement heureux du soutien que me témoigne la Diaspora Congolaise partout où elle est.

TKO : Vous avez participé à la Conférence de réconciliation Europe-Afrique, quel était son but ?

P-J M. : Je suis le seul à avoir annoncé ces choses longtemps avant, dans la presse du Zaïre d’abord, et j’ai continué à marteler dans la presse du Congo. J’avais dit sur Digital Congo TV que lorsqu’ils verront l’Homme blanc venir s’agenouiller devant l’homme noir, c’est alors qu’ils évalueront la véracité de mes déclarations ! J’avais dis que l’Evangile que le colonisateur nous avait présenté, était falsifié, j’avais dit que le colonisateur nous avait imposé une Eglise à l’Européenne et non l’Eglise du Dieu vivant en mars 1995, dans 10 journaux de la place ! J’avais dit que pour maintenir son hégémonie sur l’Afrique, l’Europe à Berlin avait tronqué les frontières. L’opinion publique nationale sait que je suis le seul à répéter depuis des années que la restauration partira du Congo RDC et que la paix du Congo amènera la paix du monde entier !

Et comme si nous avions convenu avec les Européens qui sont venus se repentir, ce sont ces choses qu’ils sont venus déclarer en pleurs ! Et comment les organisateurs ont-ils pu manquer de m’inviter ? Non, je n’ai pas eu l’honneur de participer à cette conférence, néanmoins, elle s’inscrivait dans les temps arrêtés. Depuis 21 ans, après jeunes et prières, nous avions fait un vœu de ne solliciter aucune contribution de Japhet, l’homme blanc, jusqu’à ce que l’Evangile dont je suis porteur lui parvienne, et c’est le 14 juin 2008 que j’accepterai un don d’un frère de race blanche, Paul Racines de son nom. J’inviterai les miens à fêter les prémices de la réconciliation entre Japhet et Cham (le noir), et du 19 au 21 juin, et il y a eu cette conférence, c’est comme cela que je suis intervenu comme par interpellation, m’adressant directement dans une lettre à la délégation Européenne. La première conséquence logique, c’est de voir tous ces pasteurs qu’ils ont formé démissionner parce que détenteurs d’un Evangile souillé! Le représentant du chef de l’Etat a dit qu’il remettait entre les mains de l’Eternel la RDC afin qu’il (Dieu) préside à son destin, pour son développement et nous nous disons : Dont acte alors !

TKO : Il y a cent ans, le roi Léopold II cédait son Congo à la Belgique. Aucun évènement n’a été prévu pour commémorer le geste du Roi. Pensez-vous que le Congo soit réellement indépendant aujourd’hui ?

P-J M. : Les sujets du Roi des Belges n’ont pas commémoré cet évènement. C’est une très bonne chose. Et nous encore moins car vous n’êtes pas sans ignorer que ce tour de passe – passe entre le roi et la Belgique a conforté le statut quo : Même philosophie d’exploitation, même prétexte fallacieux : Au nom de la civilisation, mais surtout sous couvert de religion, avoir voulu éradiquer notre culture, et notre force vitale. J’estime qu’un MEA CULPA de la couronne Belge et du gouvernement Belge exorciseraient certaines inimitiés tenaces, beaucoup de frustration et beaucoup de stigmates d’humiliation et de cruautés dont l’exploitation politicienne à l’avenir contribuerait à nous entredéchirer de plus belle. L’indépendance du Congo passe par une refonte complète de notre société. C’est à cause de cela que j’avais refusé, c’était un risque, de présenter mon projet de société afin d’attirer l’attention sur une chose. Les ambiguïtés de l’héritage Colonial, ayant engendré un être sans repères sociologiques, historiques et politiques établis, que nous imposera l’Europe Coloniale jusqu’au moment où cet ouvrage va s’avérer être de plus en plus difficile à manipuler (c’est le Congo-Zaïre 60-97) auquel va succéder un Congo à 4 têtes plus une, dont le maitre d’ouvrage est la même communauté Européenne et consort. J’estimais, disais-je, qu’il était impérieux de redéfinir tout d’abord, cette société, notre société ; ce faisant, restaurer ou plutôt, restituer notre identité afin de prétendre recouvrer notre dignité.

Un projet de société sans société ! Aurait été le pire départ qu’on pouvait prendre. On l’a pris. Et aujourd’hui c’est un bouillon de culture où les bactéries rivalisent de virulence. C’est logique qu’on dénombre résurgences de tensions en tout genre comme on est entrain de le voir. Notre identité est la clé de notre indépendance. Puiser dans le spirituel, qui a fait la force de notre premier ancêtre s’impose comme incontournable. L’Evangile que le colonisateur nous a légué étant falsifié, de son propre aveu, et ignorer la prophétie, nous concernant dans ce contexte, nous privera de réintégrer notre identité, de nous revêtir de ce qui fait notre force, de recouvrer notre dignité. Nous sommes un peuple messager pour toute la terre, selon Esaïe 18:1-3, notre destin ne peut plus être envisagé en écartant Dieu. Et c’est libre que nous allons parcourir la terre, libre, indépendant et puissant tel est notre destin avec Dieu.

TKO : Peut-on arriver à rompre les liens entre les deux pays malgré le patrimoine commun ?

P-J M. : J’aimerais pouvoir comprendre que le patrimoine commun dont vous parlez, c’est notre histoire commune. Et la viabilité des liens entre les deux pays passe obligatoirement par une sorte d’état des lieux depuis la période coloniale à ce jour, seul le courage pour une rétrospective historique et politique débattue pourrait préserver et bonifier les relations entre les deux pays.

TKO : Comment définissez vous les relations entre la Belgique et la RDC ?

P-J M. : Les relations entre ces deux pays sont et resteront en otage sous le poids de leur histoire commune ; en otage vis-à-vis de ce qui n’a pas été dit. Il faudra beaucoup de courage pour oser dire la vérité, beaucoup de sagesse politique pour affronter des épouvantails historiques dont il faudrait au moins parler pour en extraire le potentiel de nuisibilité, aujourd’hui, trop de préjugés et trop d’arrière pensées à tort et à raison affectent les relations, et l’on s’en souvient qu’à la faveur des quiproquo diplomatiques et autres avatars. Jusqu’où peut aller le conflit entre les deux nations ? Aussi longtemps qu’on continuera à occulter le passé, faire comme s’il n’a pas existé, cela ne pourra aller que de mal en pis, et je suis incapable de vous dire quelle forme aura le pire. Ce dont je suis sur c’est qu’on aura, alors, raté une occasion pour un partenariat idéal que chaque partie regrettera.

TKO : L’Europe tient un certain discours sur la présence Chinoise en Afrique. Pensez-vous que les Congolais soient floués par les contrats Chinois ? Certains parlent d’un pillage systématique de la part des groupes miniers avec la complicité des autorités politiques de ce pays.

P-J M. : Faudrait-il dans ce cas de figure en être réduit à penser et à supputer en lieu et place des certitudes. Je crois me souvenir que les Congolais ont eu à tenir des assises pour une révisitation des contrats miniers, après que l’assemblée nationale aie débattu particulièrement sur la forme juridique, la quintessence des contrats Chinois, il a fallu même identifié l’interlocuteur, était-ce l’Etat Chinois ou le secteur privé Chinois, ce qui sont autant de signaux qui a posteriori peuvent ne pas rassurer l’opinion publique Congolaise et d’autres partenaires. Même la forme de votre question traduit le cloisonnement de l’information, une opacité qui n’est pas compatible avec tout le bien que le gouvernement voudrait en dire. Il n’y a qu’un pas pour penser à mal.

TKO : Que tire l’Europe de la Chine ?

P-J M. : Je crois que vous voulez dire que tire le Congo de la Chine ? Ce qu’on peut tirer aujourd’hui, du moins l’impact visible qui ne nécessite pas d’assise de révisitation, je crois me souvenir du stade des Martyrs et du palais du peuple. Ce qu’on annonce, jusqu’à preuve du contraire semble n’être que des annonces.

TKO : A l’heure où les puissances occidentales n’aident pas le Congo à reboucher ses trous dans les rues de Kinshasa et que la SN qui a le monopole pratique des prix exorbitants sur le Congo. Pensez-vous que les dirigeants Congolais doivent continuer à attendre une aide qui ne qui ne vient (dra) pas ?

P-J M. : Il y a un proverbe de chez nous qui dit : Celui qui a pour coutume de manger la jambe, ne se contentera plus d’une aile. Nous sommes un peuple noble, quand l’homme blanc est arrivé il a eu à répondre devant des entités royales régies par la force du serment : le lien entre la force spirituelle et la force temporelle, l’homme blanc a trouvé des hommes forts en bonne santé, en phase avec leur milieu par la force de leurs connaissances, de leur sagesse et de leurs cultures, de leurs organisations, bref des hommes dignes. Je suis torturé au plus profond de mon âme quand on en arrive à accepter une simulation selon laquelle, pour boucher les trous de nos routes, il faille recourir à l’aide étrangère pendant que nous dormons et marchons sur des richesses, nos morts sont enterrés dans des terres de diamant, d’or et d’argent ! Il est vrai, Dieu nous a humilié au-delà de ce qu’on pouvait penser, c’est à cause de cela que nos dirigeants aujourd’hui pensent toujours attendre de l’aide!

TKO : La Belgique est entrain de perdre les ports, les mines. Il ne lui reste que les politiques. Que se passera-t-il si les relations politiques restent au même point.

P-J M. : La question est de se demander comment la Belgique s’était acquise les ports, les mines.et comment elle les a perdu. C’est justement ici le fond du débat politique dont l’enjeu pour nous est dans le pire des cas, perdre l’expertise Belge sans pareille dans notre histoire, ou conserver cette expertise et oser un projet nouveau ou tout le monde gagne ; comme vous le voyez, on revient à la case départ, aurons-nous le courage politique d’une autopsie sans complaisance de ce corps mutilé que sont les rapports Congo-Belgique ?

ZIMBABWE

Lors de la conférence de réconciliation Europe Afrique, une déclaration du camp Européen disait que dans son désir de maintenir son hégémonie sur les colonies, le colonisateur s’est ardemment employé à briser les systèmes d’organisation autochtones par une campagne sans précédent faite de cruauté, de manipulation intellectuelle sous couvert de religion et de civilisation, un pillage systématique des symboles de notre force, une destruction de symboles sociologiques tenant de notre maîtrise sur les paramètres environnementaux , les déportations de la force vive de la population, de sorte qu’on nous imposera des systèmes incompatibles avec notre mode d’organisation et notre mode de réflexion ; au point que nous sommes régis aujourd’hui par des organisations bâtardes qui font le jeux de ceux qui nous dominent.

Etes- vous sûr que c’est la démocratie qui l’a emporté chez nous, ou si vous voulez maintenant que nous sommes régis par des institutions issues des élections démocratiques libres et transparentes. Croyez-vous que la classe politique d’une part, l’opposition officielle et l’autre, ainsi que le reste de la population, d’autre part, ont intégrés les fondamentaux de la démocratie. Pourquoi William SWING après son mandat à la MONUC dira qu’ils ont échoué dans leur mission au Congo ? C’est, consécutivement à la pression, non sans arrières pensées, des grands de ce monde que les Etats Africains sont obligés à adopter un système contre culture. Avez-vous vu l’embarras de l’UA devant ce théâtre de la démocratie au Zimbabwe écrit avec des cendres et du sang ? La démocratie en Afrique, s’apparente à une aventure ambiguë. Il faut redéfinir le fondement du pouvoir en Afrique entre nous Africains. C’est un défi qu’il faut relever.

MAURITANIE

C’est comme d’un phénomène de rejet d’un organe après sa transplantation, la démocratie, la nôtre, l’Africaine serait-elle une démocratie des armes par les bons soins des anciennes métropoles ? Une fois de plus, la Mauritanie élevé en pays modèle, fait les frais de cette transplantation de la démocratie Européenne dans un groupe sanguin incompatible, je voudrais dire, dans une culture qui n’a pas finie de revendiquer son chemin.

 

LYBIE

Ce que je sais de Kadhafi, c’est sa déclaration à l’occasion du sommet de l’UA tenu chez lui à Tripoli, avec en toile de fond son projet sur les Etats-Unis d’Afrique ; Je cite : « Les recherches et découvertes l’ont prouvées, ce continent à été doté de cette belle race noire que certains tentent de dénigrer comme étant une race inférieure. Au contraire, ce sont des ignorants. L’histoire dit que les noirs seront les maîtres de ce monde. Se seront les Seigneurs du monde, et ce sont les ignorants, les ennemis de Dieu qui ont cru que cette diversification de couleur de l’homme est une source d’humiliation ou d’esclavage. » Fin de citation.

Si Kadhafi a été fait Roi des rois, c’est probablement pour qu’il témoigne à propos de ce grand Roi noir qui doit venir en accomplissement de l’oracle dont il s’est fait le porte-voix.

Propos recueillis par Tito Kanza Olivier pour C-RETRO, en 2008