• Vous tous, habitants du monde, habitants de la terre, Voyez la bannière qui se dresse sur les montagnes, Écoutez la trompette qui sonne !

    Esaïe 18 : 1-3

RECOURS À L’AUTHENTICITÉ

By Yves Neyd
In Documents
juin 28, 2022
0 Comments
182 Views
image_pdfimage_print

Il nous faut reconnaître que l’Amérique a toujours été la Grande Puissance reconnue par tous, de notre temps. Partant de là, tous les citoyens américains se doivent de recourir à l’expression consacrée « que Dieu bénisse l’Amérique ». Loin du débat de la constitutionnalité de cette expression, je nous rappellerais ici que les Présidents des Etats Unis d’Amérique prêtent leur serment constitutionnel sur la Bible. Une indication majeure ! Plutôt que de voir l’Amérique plonger et chuter dans ses travers, je pense qu’il est grand temps qu’elle (l’Amérique) cesse de chercher à persister dans le maintien du parallélisme entre ses propres lois (lois du pays) et celles dictées par notre Créateur. Cela continuerait à poser inutilement problème surtout sur les questions telles que l’avortement, l’homosexualité, le transgenre ou la transexualité, etc.

Dieu dans ses règles dit : « vous observerez toutes mes lois et toutes mes ordonnances et vous les mettrez en pratique afin que votre pays (terres) ne vous vomisse point » (Lévitiques 20 : 22). Or dans les règles de Dieu, il n’y a que deux options : obéir pour être béni, ou alors désobéir pour être maudit ! Moi, je me sens très réconforté en tant que Prophète des Nations, du fait que cette Grande Puissance qu’est l’Amérique ait opté pour la meilleure décision à travers sa Cour Suprême. Ce qui va certainement servir d’exemple aux autres nations.

Voici plusieurs décennies déjà que l’hégémonie de l’Amérique a pris ancrage dans la mémoire collective et individuelle de quasiment tous les citoyens du monde. En tant que tel, l’Amérique devint, au fil des temps, arbitre et grand décideur sur et dans les orientations les plus importantes du devenir de notre planète. En même temps que cela produisit une grande admiration pour l’Amérique, naquit du même coup un gros sentiment de jalousie qui détermina certains à s’engager dans la rivalité…

Portée par le zèle de la science, de la technologie et surtout du service des serviteurs dans le champ du Seigneur, l’Amérique se trouva vite confrontée à ses propres turpitudes ! A vouloir être championne en tout, elle se mit à voguer à contre-courant de la parole de Dieu… Pieuse et puritaine, l’Amérique battit tous les records dans l’homosexualité, la légalisation de l’avortement, la drogue, le crime et j’en passe…

C’est tout de même étonnant pour moi, l’Élu de Dieu, le Christ parmi les nations, la Sentinelle de toute la planète, après que je vous ai annoncé la colère de Dieu, manifestée à travers le Corona! Bien que vous ne m’ayez pas très bien compris, certains ne m’ont pas suivi, refusant de se tourner vers le Congo, la terre de prédilection du Créateur. Qu’à cela ne tienne, rappelez-vous et sachez que chaque fois que le méchant se repent, même s’il a commis beaucoup de dégâts, son repentir produit une immense joie dans le cœur de Dieu. Ma joie parfaite est justifiée aujourd’hui à l’endroit de la Cour Suprême des Etats-Unis et de l’Amérique.

Le fait que cette Cour ait trouvé le moyen de ramener l’Amérique aux fondamentaux de la parole de Dieu en s’opposant à la légalisation de l’avortement est plus qu’un symbole !

Le IVème amendement de la constitution américaine garantissant le droit à la vie privée, l’Arrêt Roe v. Wade de la Cour Suprême  a en 1973, soit 49 ans aujourd’hui, autorisait la femme à recourir à l’avortement en ignorant que le droit à la vie privée n’a jamais été une porte ouverte au meurtre ou à l’assassinat. C’est cet arrêt jurisprudentiel que la Cour Suprême vient d’abroger.

Car de même que tuer un foetus à travers un avortement doit être considéré comme un péché, de même le mariage entre deux personnes d’un même sexe est une lourde offense qui attriste gravement Dieu. Il faut entendre et observer ce que Dieu dit. Autrement, c’est-à-dire aller à l’encontre de ce que le Créateur veut, c’est la CONFUSION ! Il faut reconnaître que quand on pratique l’avortement, on tue l’homme ou la femme qui est un être vivant, et cela va à l’encontre du commandement de notre Dieu qui a dit dans Genèse 1: 28, « Dieu les bénit et Dieu leur dit : soyez féconds, multipliez, remplissez la terre ». Raison pour laquelle après avoir créé l’homme, il vint à l’esprit de Dieu de lui associer la femme. La femme n’a pas été donnée à une autre femme, ni l’homme non plus n’a pas été donné à un autre homme. Genèse 2 : 18 – 24. C’est une grande abomination qu’un homme puisse coucher avec un autre homme : Lévitique 20 : 13. Comme vous venez de le constater, il est pratiquement impossible que les deux êtres du même sexe puissent obéir à ce commandement donné par Dieu. Ils ne peuvent jamais engendrer. C’est avec grand regret  que l’homme de Dieu, Paul a utilisé le terme que nous retrouvons dans Romains 1 : 18 – 27. Et l’avortement et l’homosexualité ont le même objectif, faire entrave au commandement du Créateur qui nous a ordonné d’être féconds, de nous multiplier sur terre pour la remplir.

Toujours dans le même ordre de choses qui doivent désormais plaire à Dieu, la même Cour Suprême des États-Unis vient de balayer une autre triste jurisprudence qui, il y a 50 ans de cela, soit en 1972, interdisait la prière ou ne laissait aucun droit ni place aux actes religieux en un lieu public ! Au terme de cette nouvelle révocation de la Haute Cour par six voix contre trois, la prière est officiellement reconnue comme un moment de recueillement privé et que l’interdire violerait la liberté religieuse, la place du religieux dans la vie publique aux États-Unis d’Amérique. La Cour Suprême était déjà allée loin en autorisant les patrons croyants à refuser de payer le remboursement des contraceptifs à travers l’assurance maladie de leurs employés…

Ces nobles décisions de la Cour Suprême en Amérique pourraient beaucoup aider d’autres nations qui se sont perdues dans la folie du monde. Qu’il plaise à Dieu de nous accorder de nous ressaisir tous afin de nous rapprocher du Créateur. Ce qui sera bénéfique à tous les humains pour expérimenter la bénédiction en lieu et place de la malédiction. C’est justement dans ce contexte que notre Dieu avait prévu dans sa prescience de préparer à partir de la Terre-mère qu’est le Congo, des évangélistes bien formés par le Christ Lui-même. Rappelez-vous les visions de l’américain David Wilkerson qui avait vu un groupe de noirs, avec la bible, aller dans le monde entier.

Aujourd’hui que le réveil de l’Amérique soit définitif et à entraînement planétaire parce que, qu’on se le dise une fois pour toutes: « Dieu a créé la femme à cause de l’homme et non le contraire ».

Que ceux qui, ça et là,  s’évertuent à fustiger le verdict de la Cour Suprême des Etats-Unis, comprennent que le « RECOURS À L’AUTHENTICITÉ » s’inscrit dans le virage que l’Amérique vient de négocier…

Je voudrais dire un mot au Président Joe Biden pour le féliciter de la décision courageuse qu’il vient de prendre en levant l’option de construire une collaboration directe et équitable avec mon pays, la RD Congo. Ceci montre à suffisance que mes récentes publications ont trouvé bonne et correcte audience chez lui. Que la mutualisation des efforts pour établir le pont de l’entente avec nos voisins et agresseurs soit le nouveau paradigme caractéristique de la Souveraineté, de l’Identité et de l’Intégrité territoriale de chacun est une base sérieuse pour la consolidation de la paix qui émane de Dieu. En tant que grand décideur, l’Amérique vient de montrer l’exemple.

Enfin, »DIEU BÉNISSE L’AMÉRIQUE » ne sonnera plus comme un slogan à vide, mais comme un slogan qui vient de trouver une assise prophétique contemporaine à travers la joie parfaite du Christ parmi les nations.

Car le recours à l’Authenticité, c’est aussi et surtout, le retour à la vie réelle nous dictée par le Ciel.

Le Prophète de l’Eternel

Joseph MUKUNGUBILA MUTOMBO

Comments are closed.