• Vous tous, habitants du monde, habitants de la terre, Voyez la bannière qui se dresse sur les montagnes, Écoutez la trompette qui sonne !

    Esaïe 18 : 1-3

RDC : fin du régime à Ankoro

By Yves Neyd
In À la une
juillet 16, 2016
0 Comments
2684 Views
image_pdfimage_print

Nous tenons à lancer une grande alerte à tous les compatriotes congolais partout où ils se trouvent à travers le monde et surtout ceux qui sont sur l’ensemble du territoire national. Le Dieu du Congo, Dieu de nos ancêtres, vient de mettre fin au pouvoir d’Hyppolite Kanambe, appelé Joseph Kabila, par un événement prodigieux qui s’est produit le 30 juin 2016 aux alentours de 7h du matin, date considérée comme le jour de l’indépendance nationale. En cette date, en effet, plusieurs membres de l’église nommée « Watch Tower » communément appelée « Bitawala »: hommes, femmes et enfants, habillés en habits ancestraux et deux de leurs chefs en soutanes blanches, se sont rendus au bureau du chef de secteur d’Ankoro (province du Katanga). Ils ont descendu le drapeau en scandant : « l’indépendance célébrée aujourd’hui est une fausse indépendance car elle a été octroyée de manière maligne par les Blancs. Nous attendons la véritable indépendance qui nous viendra de l’homme noir ! » Ces paroles étaient prononcées sous des chants des Cartels, devant les habitants d’Ankoro qui se sont rapidement amassés devant le bureau du chef de secteur pour assister à ce spectacle insolite.

Bitawalas à Ankoro30juin2016_Ankoro_330juin2016_Ankoro_230juin2016_Ankoro_1

La stupeur était d’autant plus grande que ces membres des « Bitawalas », fortement saisis par l’esprit des ancêtres, ont continué à déclarer sans équivoque la fin du pouvoir d’alias Joseph Kabila, au nez et à la barbe des autorités militaires et administratives d’Ankoro et cela pendant plusieurs heures, jusqu’à 13h où ils vont maintenant évacuer les lieux en promettant de revenir pour démolir ce bureau. Tous ces faits énumérés ci-haut sont avérés et se sont déroulés devant une foule en masse à Ankoro.

Les habitants sur place nous affirment également qu’un colonel, à la tête de quelques militaires, était ensuite venu de Manono, sur injonction de la haute hiérarchie, pour s’enquérir de la situation. Le colonel envoyé sur place pour la cause n’a pas osé se présenter au Village des dits « Bitawalas », certainement par peur. Il va rentrer à Manono sans s’y être rendu. Et cette situation est demeurée latente depuis le 30 juin jusqu’au 14 juillet. Comprenez, chers compatriotes, pendant tout ce temps Hyppolite Kanambe n’a pas usé de ces exactions qu’on lui reconnaît. Le 14 juillet, les « Bitawalas » sont revenus comme promis. Ils se sont scindés en 2 groupes : un premier groupe composé de 4 personnes a quitté le village pour rejoindre Ankoro par le Sud pendant qu’un second groupe, composé de 3 personnes est resté en attente pour rejoindre ensuite Ankoro par le Nord.
Arrivés à Ankoro, au niveau de la première barrière de police, les agents leur demanderont ce qu’ils voulaient, ces derniers vont leur rappeler leurs paroles prononcées le 30 juin dernier et la promesse qu’ils avaient faite de revenir. Contacté par ces agents, le capitaine en charge de la Police d’Ankoro va ordonner de les laisser passer. C’est ainsi que le premier groupe passera les barrières avant d’atteindre le bureau du chef de secteur. C’est à cet endroit que le capitaine va ordonner leur arrestation. Ils seront encerclés, arrêtés et fouettés avant d’être mis en prison. Le second groupe, composé de 3 personnes arrivera ensuite et va exiger la libération sans conditions des leurs mais ils seront eux aussi arrêtés et fouettés comme les autres. Notons que les « Bitawalas » avaient prévenu les autorités qu’ils viendraient le 30 Juin.
Hyppolite Kanambe va ensuite envoyer les autorités avec une enveloppe bien fournie à destination des membres de « Bitawala ». Cette enveloppe sera refusée par les « Bitawalas » qui vont renvoyer l’argent. Ils essayeront une seconde fois en ajoutant une somme en plus de celle envoyée précédemment, nous n’avons pas d’information à ce jour sur la réponse des « Bitawalas ». C’est donc une ultime tentative de l’imposteur de chercher ainsi à acheter leur conscience et à les pousser à se dédire de cette grande prophétie (n’oubliez pas, chers compatriotes, que Kimbangu aussi en avait parlé disant que cette indépendance octroyée en 1960 n’était pas véritable et qu’en son temps un leader s’élèverait pour amener la véritable indépendance aux Congolais). Tout cela pour s’accrocher au pouvoir et continuer à piller et à tuer les Congolais ! Celui qu’on appelle Joseph Kabila devrait savoir qu’on ne corrompt pas Dieu. La seule chose qui lui reste à faire est d’accepter enfin cette décision divine et démissionner immédiatement. En cherchant à soudoyer les « Bitawalas » avec l’argent volé aux Congolais il démontre par là qu’il a très bien compris que son pouvoir est fini. Cependant, en voulant s’acharner, nous prend-il, nous les Congolais, pour des naïfs ? Pire, il nous revient de sources dignes de foi que les sbires de l’imposteur sont actuellement en chasse, notamment à Kinshasa, à la recherche de toute personne qui détiendrait une image ou une vidéo de cette cérémonie des « Bitawalas » à Ankoro qui signe la fin définitive du régime de l’imposteur. Il est probable, d’ailleurs, que les 6 corps découverts début juillet dans les eaux de la rivière N’djili (Kinshasa), proviennent de cette tentative du pouvoir de vouloir effacer toute trace de cette cérémonie d’Ankoro. Nous rappelons que c’est à Ankoro que Monsieur Kanambe, comme dans ses habitudes, avait corrompu les chefs coutumiers pour qu’ils procèdent à son intronisation.
Nous publions les photos de l’événement du 30 juin 2016 à Ankoro pour faire connaître la vérité à tous les Congolais et demandons par la même occasion à la communauté internationale de prendre acte de ces faits.

Bureau du Prophète Joseph Mukungubila

Comments are closed.