• Vous tous, habitants du monde, habitants de la terre, Voyez la bannière qui se dresse sur les montagnes, Écoutez la trompette qui sonne !

    Esaïe 18 : 1-3

Kanambe alias Joseph Kabila continue de massacrer après la date du 19 décembre 2016

By Yves Neyd
In À la une
décembre 20, 2016
0 Comments
545 Views
image_pdfimage_print

Lettre ouverte du 20 décembre 2016

C’est sous le choc que je m’adresse à la communauté internationale. Point n’est besoin de rappeler que le mandat auquel s’accrochait Monsieur Kanambe alias Joseph Kabila, le Rwandais qui est en réalité un occupant (selon les révélations des documents de Jean-Jacques Lumumba certifiées par le gouvernement belge, Kanambe Hyppolite et Francis Selemani Mtwale Kanambe sont tous les deux enfants d’Adrien Kanambe, ami de Laurent-Désiré Kabila), s’est terminé le 19 décembre à minuit. Aujourd’hui depuis quelques heures, nous entendons du trouble dans toutes les villes du pays. Kanambe alias Joseph Kabila utilise ses mercenaires de plusieurs nationalités, des milices pygmées et mêmes des traîtres congolais pour réprimer dans le sang.

A présent, nous vous demandons d’intervenir afin que la gestion de ce monde ne se complique pas. Allez-vous regarder cet homme qui a déjà énormément tué pendant ses 15 ans de règne et même avant sous l’AFDL ? Allez-vous le laisser continuer de massacrer ? Il défie non seulement le peuple congolais mais également vous, la communauté internationale. Finalement, comment pouvons-nous interpréter cette façon d’agir de votre part ? Nous vous demandons d’intervenir car le peuple congolais a déjà trop souffert. Arrêtez la folie meurtrière de Kanambe alias Joseph Kabila. De quelle manière le peuple congolais doit-il s’exprimer pour vous faire réagir ? Faut-il que nous rappelions à la communauté internationale que le mandat de cet homme est terminé ?

Cet homme n’a pas dirigé le peuple démocratiquement et vous le savez fort bien. C’est un occupant auquel on a donné l’étiquette de “chef de l’état qui a dirigé les Congolais démocratiquement”. Nous avons accepté d’être humiliés et de mourir ainsi. Aujourd’hui, la communauté internationale a l’obligation d’arrêter la démence de ce génocidaire plutôt que de laisser le peuple congolais mourir.

Nous vous avions déjà demandé de mettre en place un gouvernement de transition sans Kanambe ni tous les meurtriers qui l’entourent. Que la communauté internationale ne laisse pas l’histoire se compliquer. Intervenez avant qu’il ne massacre toute la journée d’autant plus qu’avec ses méthodes génocidaires, il coupe les communications Internet. Kanambe mérite d’être arrêté !

Tous les militaires utilisés par Kanambe sont des milices car il ne peut plus commander l’armée congolaise. Ce sort est-il seulement réservé aux Congolais ? Allez-vous donc nous laisser être massacrés par quelqu’un qui n’est plus chef de l’état ? Vous voyez cette détermination à tuer, c’est parce qu’il n’a pas été véritablement légitime. Le peuple congolais a encaissé, a accepté d’être humilié, en attendant la date du 19 décembre 2016 que vous aviez indiquée.

Aujourd’hui, allez-vous laisser Kanambe nous tuer, et avec quel statut pour le faire ? A vous de nous expliquer les raisons que vous allez donner pour laisser en place ce sanguinaire malgré tous nos cris, malgré toutes les fosses communes et ce qu’il a fait. Kanambe alias Joseph Kabila ainsi que ses milices, qui ne sont pas l’armée congolaise, ont massacré en toute impunité. Nous vous demandons d’intervenir pour l’arrêter dans ses massacres, que ce soit à Kinshasa, à Lubumbashi et dans les autres villes.

Il ne va pas nous enlever la raison d’être de la communauté internationale. Comme nous le savons, depuis qu’il y avait eu occupation en Europe, la communauté internationale est là pour sécuriser les nations et non pour les tuer. C’est à ce moment que les nations s’étaient réunies pour dire “plus jamais ça”.

Faut-il que Kanambe alias Joseph Kabila nous enlève toutes les raisons d’être de cette communauté internationale ?

Joseph MUKUNGUBILA MUTOMBO
Prophète de l’Eternel

Comments are closed.