• Vous tous, habitants du monde, habitants de la terre, Voyez la bannière qui se dresse sur les montagnes, Écoutez la trompette qui sonne !

    Esaïe 18 : 1-3

[05 Déc. 2013] JUSQUES A QUAND LE PEUPLE CONGOLAIS VA-T-IL DEVOIR PAYER EN VERSANT SON SANG POUR CE PAYS ?

By dixi
In À la une
décembre 5, 2013
0 Comments
1807 Views
image_pdfimage_print

Joseph MUKUNGUBILA MUTOMBO

Prophète de l’Eternel

Joseph-Mukungubila-MutomboQu’est-ce que je viens de voir ?

On vient de m’alerter que 200 soldats tutsis, dans la nuit du samedi au dimanche 10/11/2013, entre 2H00 et 3H00 du matin se dirigeaient vers l’aéroport de GOMA. Les éléments de la MONUSCO les auraient interceptés et remballés vers le Rwanda. On n’en fait pas large écho dans nos médias, qu’ils fussent officiels ou privés.

Ça voudrait dire quoi ? Où va notre Congo ? Quand le Chef, de l’Etat, insiste pour qu’on intègre le M23 dans l’Armée devant le mutisme de la communauté internationale, il est évident qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Je note ici une hypocrisie.eul Radio Okapi déclarera : « le gouvernement congolais devrait faire de cette question une urgence et ne pas la négliger au risque que cela ne lui coûte très cher ».

Vous mes compatriotes, jusques à quand le peuple congolais va-t-il devoir payer en versant son sang pour ce Pays ? Avait-on signalé une quelconque présence des Hutus à l’aéroport de Goma ? Ce qui aurait justifié l’intrusion de 200 militaires Tutsis.

De vous tous, personne n’ignore que j’ai mobilisé le peuple congolais à pouvoir se ranger derrière le Chef, de l’Etat. Et dans mon point de presse du 05 décembre 2011, la veille de la publication des résultats de l’élection présidentielle, alors que bon nombre d’autorités fuyaient le pays et que personne ne parlait, j’ai fait connaitre ma position aux journalistes en proposant le dialogue, entre nous Congolais, qui pouvait nous amener à un dénouement de la situation. Mais mon cri est resté comme une lettre morte.

Ce qui m’étonne, c’est que ceux qui nous dirigent ont opté de m’ignorer, moi, le Prophète qui avait proposé le dialogue (qu’ils feront tout pour transformer en un autre terme : concertation, je ne sais pour quelle raison).

Comment le peuple ne s’est-il pas souvenu de celui qui a proposé le dialogue et comment ne l’a-t-il pas rappelé au Chef, de l’Etat, qui en a signé le décret ? Bien sûr que le dialogue ne peut pas empêcher la concertation; mais pourquoi écarter celui qui l’avait proposé? Pourtant en suggérant le dialogue dans mon point de presse, j’avais insisté pour que ce dialogue ne se fasse pas sans MUKUNGUBILA.

Et voilà, beaucoup de points obscurs bourdonnent dans ma tête.

Je suis plus qu’étonné en entendant dans le discours du Chef, de l’Etat, qui pense amnistier les détenus politiques alors que cela aurait dû se faire avant la rencontre de tous les Congolais. Les détenus politiques auraient dû être libérés avant pour qu’ils puissent venir présenter leurs idées, exprimer leurs opinions dans cet esprit de cohésion nationale comme ils le disent.

Plus grave encore, envisager négocier et signer un accord avec un M23 vaincu et qui n’existe plus tout en insistant sur son intégration est tout simplement inacceptable.

Ce sont ces gens qui ont massacré, qui ont égorgé les Congolais et nous le savons très bien que ce sont des Rwandais. Et le peuple est là pour encaisser ce colis comme si c’était nous qui avions attaqué ou envahi le Rwanda et qu’il nous est demandé de payer en retour.

Pourtant, au début quand j’ai demandé que tout le peuple congolais soit derrière le Chef, de l’Etat, je disais que le Chef, de l’Etat, s’interdise d’aller négocier avec eux.

A ce jour, toute signature pour un accord qui est sans objet est suspecte. Cela équivaudrait à trahir le peuple.

Même s’il nous est demandé de manger la chair des animaux, quand on égorge un animal on a quand même pitié de lui quoiqu’il nous serve de nourriture. Et ne sera-ce pas devant les corps des Congolais qu’on aura pitié ?

Au Parlement, je demanderai de pouvoir revoir les choses. J’insiste que nous puissions parler ensemble. C’est devenu la procédure aujourd’hui que toute guerre à l’Est serve à déverser des Rwandais dans le rang de nos militaires !

Je suis en train de me demander si aujourd’hui qu’ils ont parlé, mais sans nous dans ces concertations, qu’ont-ils dit de tous les Rwandais qu’on a débarqués dans toutes les villes du pays ? Je pourrais en citer quelques-unes, notamment Lubumbashi. À la question de savoir qui étaient ces gens qu’on installait, ils me répondront de manière éhontée : c’est le M23. Le M23 que l’on vient de chasser avait déjà débarqué à Kindu, à Kitona, et même à Kananga où on a prétexté qu’ils venaient faire une formation à l’EFO.

Je suis sûr qu’il en est de même pour Kisangani!

En effet, tout ceci se fait au mépris de la loi comme si le Congo était une jungle, un pays qui n’était pas souverain. Comment comprendre autrement les propos du Chef, de l’Etat, quand il déclare que les négociations de Kampala nous sont imposées et, qu’au-delà du M23, c’est avec les pays de la sous-région que se fait le dialogue, lequel dialogue est refusé aux Congolais pour une concertation dirigée.

Le Législateur(le Parlement) est bâillonné, et pieds et poings liés, il ne contrôle rien. Ineffable illustration, madame Mary ROBINSON, au nom du Secrétaire Général de l’ONU, dit : « …Victoire militaire certes, mais il vous faut une paix durable ».

Le seul fait qui traduise notre détermination et notre volonté pour une autonomie recouvrée nous a été volé : la victoire militaire dont on veut réduire l’impact à néant comme si c’était le grain de sable dans leur belle mécanique. C’est ainsi que le pouvoir se permet de marcher sur la souveraineté en faisant entrer en masse les envahisseurs sur le territoire national.

Mais où va notre Congo maintenant ?

Grave encore, que des populations viennent en masse du Rwanda s’installer sur nos terres dans la partie Est, et que dans le même temps, le Chef, de l’Etat, dans son discours devant les deux chambres du Parlement, propose d’accorder des titres fonciers aux populations « autochtones » pendant que le Gouvernement s’évertue à faire le recensement en vue d’accorder la nationalité aux nouveaux venus ; alors que la population, propriétaire, qui habitait ces terres, fuit la zone pour raison de guerre.

Cette stratégie en d’autres lieux est appelée colonie de peuplement.

KAGAME menace ouvertement de frapper de manière chirurgicale notre pays, et chez nous aucune réaction ni personne pour lever le petit doigt!

Ce que je me demande, c’est ce qu’en disent nos frères qui composent le Gouvernement et qui sont au Parlement. On a débarqué les envahisseurs dans toutes les villes que je viens de citer, est-ce qu’on en a parlé dans ces concertations ?

Souvenez-vous de ce que j’avais dit concernant nos militaires: notre Armée n’est pas faible, c’est une armée forte. Et, Dieu merci, la chose s’est avérée exacte parce que nos militaires viennent de déloger le M23 de nos terres.

Hélas, on les déloge mais le pays est plein des militaires rwandais dans toutes ses villes et à Kinshasa même. Comme signe de leur présence à Kinshasa, on les a vus en patrouille. Et pendant leur patrouille, ils ont rencontré un couple à Binza Ozone, un homme qui accompagnait sa femme sur le point d’accoucher ; les militaires tutsis vont éventrer la femme comme une chèvre pour voir là où reposait son bébé.

C’est pourquoi, à cause des efforts déployés par notre armée, nous demandons que tous ces militaires rwandais soient évacués vers le Rwanda. Il ne faudrait pas que l’on nous chante des victoires à la télévision alors qu’on est en train de se moquer de nous.

Les militaires rwandais qu’on avait débarqués à Lubumbashi, ont été dispersés à ce jour pour être cachés plus encore à l’intérieur du pays. D’autres se retrouvent au Parc de KUNDELUNGU et ce Parc est devenu rwandais.

La souveraineté qui a été balancée à la télévision sera-t-elle sauvegardée, le pays étant envahi ? Ce qui m’étonne, c’est que la Communauté Internationale n’en parle même pas. Est-ce qu’elle ignore ce que je viens de dire ? Qu’est-ce qu’on nous veut à nous Congolais ?

Que la Communauté Internationale nous aide à demander aux dirigeants d’évacuer tous ces Rwandais tutsis vers chez eux.

Comme je l’avais déclaré l’année écoulée, soit on accepte de devenir colonie rwandaise, soit on se lève pour les bouter dehors.

Vous êtes sans ignorer que notre statut procède de la prophétie, cette prophétie d’Esaïe 18.1-3 qui dit de nous que nous sommes un peuple redoutable depuis que nous existons et qui plonge l’homme blanc dans un grand trouble. Le totem d’une tribu impose un statut de privilégié à ses membres vis-à-vis de son pendant dans la nature. Ceux qui ont le cobra comme totem ne seront jamais mordus par le cobra à moins qu’ils ne violent les interdits.

La Conférence du Congo communément appelée Conférence de Berlin va consacrer le statut particulier de notre pays, de par la providence pour certains, mais de par la prophétie pour nous Congolais. En effet, après que la Reine d’Angleterre se soit détournée de la proposition de Stanley, c’est au Roi des Belges Léopold II qu’il reviendra de s’engager dans cette voie, à savoir quelle tutelle exercer sur ces terres du Congo.

Qu’est-ce qui pousse Léopold II à prier pour avoir une réponse ? Toujours est-il que ce sont les moines de l’Abbaye de Gand qui lui révéleront que sur ces terres trône une étoile du type de celle de Bethléem où vont s’accomplir tous les événements apocalyptiques.

Ce qui est symptomatique, c’est que la Conférence du Congo où se retrouvait la Communauté Internationale avait la même configuration qu’aujourd’hui. Elle va consacrer le Congo comme Etat indépendant, tout d’abord par les USA qui voulaient faire de cette partie de l’Afrique une zone de libre circulation. Nos terres ont participé à cette conférence dite de Berlin, non pas comme une colonie mais comme une puissance cosignataire.

Léopold II aurait été incapable de les soustraire aux appétits en place si, pour le Congo, un statut de colonie avait été présenté. Très astucieusement Léopold II va faire passer ces terres comme étant sa propriété et ce, pendant plusieurs années. Il y a toujours eu un contentieux quant à la forme juridique de la tutelle que l’Etat belge, en reprenant la propriété de Léopold II, a exercé sur le Congo jusqu’à l’indépendance.

Si la conjonction de tous les efforts des puissants de ce monde n’est pas parvenue à faire de nous une colonie par la seule force immuable de la prophétie vers laquelle nous tendons, que représente le Rwanda quand bien même il serait surarmé ? Cela ne m’impressionne ni ne m’effraye parce que nous sommes les tenants de cette terrible prophétie qui étonne tout le monde et particulièrement la communauté internationale, toujours la même dans ces velléités hégémoniques.

Il faut prouver au monde que le Rwanda n’est qu’un petit pays. Cela dit, nous devons nous lever, nous mettre debout pour défendre la souveraineté de ce pays aux dimensions continentales.

Ce qui est inquiétant, c’est que cette intrusion du 10 novembre 2013 de 200 soldats rwandais à Goma n’ait pas été relayée par les médias internationaux alors que la RDC est sous les projecteurs. Que signifierait donc la signature d’un accord avec le Rwanda ? Sommes-nous des poules ou des hommes ?

Chers compatriotes, levez-vous.

Nous n’allons plus supporter toutes ces manigances. C’est la raison pour laquelle M. KAGAME ne peut plus continuer à faire son jeu en mettant en péril la vie des Congolais.

Il faut qu’on sache, quand on parle du génocide, mettre un point d’honneur à raconter l’histoire d’une nation avec honnêteté et dire la vérité. La sordide guerre des chiffres n’a pour but que de faire de ce génocide un fonds de commerce pour le Rwanda.

Ont-ils été 800 000 comme ils affectionnent de le clamer ? En quoi sommes-nous concernés dans cette guerre entre hutus et tutsis qui se sont entretués sur leur propre territoire ?

Nous Congolais, devons-nous payer par des millions de morts dans un génocide à huis clos constamment minimisé par un silence assourdissant de la Communauté Internationale? Celle-là même qui avait obligé Mobutu à créer un couloir pour secourir les fuyards des tueries rwando-rwandaises. Les 400 000 morts de ce génocide rwandais devraient-ils être compensés par plus de 6 000 000 de morts congolais ? Je crois qu’il doit revenir à la Communauté Internationale de défendre la RDC. Puisque ces rwandais se sont entretués sur leur territoire, les Congolais doivent-ils périr ? Ce n’est pas juste !

Et vous Congolais, continuerez-vous à vous laisser distraire ? Soyez conscients de votre situation, cessez de chanter et de danser. Et voici qu’on veut inoculer le syndrome du désespoir dans vos têtes, en vous dégoûtant de votre beau pays pour devenir des apatrides qui se sont perdus à courir après l’illusion. Quoi de mieux que de vulgariser la loterie pour aller aux USA. Vous allez vous laisser distraire par la musique, par des loteries…Toutes ces offres vous sont faites pour vous endormir.

Reprenez-vous !

Le fait d’avoir écarté l’homme qui avait pris l’initiative du dialogue d’une part, et d’autre part d’avoir pris soin de faire venir la délégation du M23 à Kinshasa, reçue et logée dans les meilleurs hôtels de la place ; nous comprenons par cela que le Rwanda dirige le pays.

Vous vous souviendrez de mon intervention en réaction à l’intention du Secrétaire Général de l’OIF, Monsieur Abdou Diouf, de faire participer M. KAGAME, francophobe notoire et anglophone déclaré, au Sommet de la Francophonie de Kinshasa.

Est-ce sous la même optique, délibérément ignorante de l’honneur de tout un peuple, que s’était glissé l’incroyable lapsus linguae des lèvres du Secrétaire Général des Nations-Unies Ban Ki Moon, lors d’une réunion à Addis-Abeba, citant KAGAME comme étant Président de la RDC ? Certes, il s’en était excusé, mais aurait-ce été de l’humour ou par erreur ou par intention ?

Rien ne peut se faire qui ne plaise à Kigali. Si notre pays n’est pas dirigé par le Rwanda, qu’il y ait alors rupture des relations diplomatiques et que les frontières soient fermées entre nous et Kigali de la même manière que l’Ouganda l’avait fait avec le Congo lors de la prise de Bunagana par le M23.

Et paradoxalement ce lundi 02 décembre, le chef, de l’Etat congolais, traverse pour la énième fois nos frontières que l’Ouganda avait fermées pour insister auprès de MUSEVENI son frère, de reprendre la négociation avec le M23 comme quelqu’un qui n’a pas été satisfait de ce qui est arrivé : la défaite des Rwandais dans le M23. Qu’est-ce qu’il est en train de chercher ?

Je vois que le chef n’a pas eu ce qu’il voulait. Sa façon d’agir, son comportement, c’est comme si cela se passait en famille : que vous vous chamailliez, que vous vous querelliez, vous devez toujours trouver un terrain d’entente, la rupture n’étant pas envisageable, parce que vous êtes frères liés par le sang.

Vous nos frères de la communauté internationale, quel est ce pays qui peut accepter d’avoir à sa tête un chef qui n’ait aucun souci de ceux qu’il dirige ?

Toutes les exactions du M23 sont décrites dans les rapports des Nations-Unies, vous le savez : ils tuent, ils égorgent, ils violent…

Nonobstant tout cela Monsieur le chef, de l’Etat congolais, arrive à la tribune des Nations-Unies, serre les mains de son frère KAGAME et ils éclatent de rire. A chaque fois qu’il y a rencontre avec M. KAGAME, c’est vraiment la joie. Que ce soit à Addis-Abeba, à New-York ou en Ouganda chez eux, c’est la joie de se retrouver entre frères. Se réjouissent-ils de la mort de plus de 6 millions de Congolais ? Savez-vous pourquoi ? En connaissez-vous la raison ? C’en est assez, c’en est assez !

Serai-je obligé de vous rappeler que je suis l’authentique frère de Laurent-Désiré KABILA ? Je suis chef des terres, revêtu de la chefferie de par la lignée de mon père et de par la lignée de ma mère ; nous avons la même généalogie, Laurent-Désiré KABILA le savait, nous avons le même grand-père, KABILA MAKOLO que lui ne connait même pas.

Tous les Congolais de Kinshasa la capitale peuvent rendre ce témoignage : je suis allé avec ma femme Clarisse KOT accueillir le corps de mon frère Laurent qui venait du Zimbabwe. J’étais, ma femme et moi, le chef, de l’Etat actuel avec son frère Zoé, Sifa, Janet, et tout le groupe. Les journalistes sont témoins, nous étions ensemble, avec tous les autres. Regardez bien les images de la descente du corps de l’avion en provenance du Zimbabwe, vous me verrez j’étais en pleurs. Je pleurais, ma femme pleurait, mais juste à côté de moi, ce Monsieur avec son frère ne montraient aucun signe d’émotion, mis à part Sifa et les autres femmes qui pleuraient.

Vous avez les images, vérifiez.

Les journalistes sont témoins, aucune goutte de larmes dans ses yeux. Et l’un des journalistes dont je tais le nom s’en était offusqué dans son reportage.

Non, c’en est assez !

Aucun pays au monde ne peut accepter ce que le Congo est en train d’endurer. S’il vous plaît ne pouvez-vous pas éprouver de la pitié pour nous ? Aucun pays au monde ne peut accepter cela. N’avez-vous pas eu pitié des Juifs, vous Communauté Internationale ?

Vous avez mis fin à l’œuvre d’Hitler parce qu’elle était abominablement inhumaine avec les 6 millions de la Shoah. Le Congo a atteint et franchi ce seuil macabre sans susciter aucune pitié de vous Communauté Internationale.

Aujourd’hui, après la rencontre qu’ils ont voulu appeler « Concertation nationale », il vient de libérer quelques détenus politiques. Mais KUTINO, toujours en détention, est dehors, très malade dans un hôpital de la place. Quel crime a-t-il commis ? Avait-il égorgé des Congolais ? Pour avoir tout simplement dit : « sauvons le Congo » il lui a valu ce qu’il est en train d’endurer… Parce que c’est mauvais de sauver le Congo !

Et maintenant je m’interroge au sujet d’Eddy KAPEND. N’est-il pas aussi un détenu politique ? Pourquoi va-t-il continuer à souffrir en prison ? Pour quelle raison ?

Vous, Communauté Internationale, que vous faudrait-il encore pour nous aider à déjouer le plan de ce Monsieur avec son chef de Kigali ?

Que votre réaction soit prompte, dans quelques heures, dans quelques jours, parce que c’est tout simplement insupportable.

N’avais-je pas fait comprendre dans mon point de presse du 05 décembre 2011 qu’il n’y avait pas eu élection ? Et n’est-ce pas pour qu’il n’y ait pas de désordre qu’on l’a appelé chef de l’état ?

Entre Monsieur TSHISEKEDI et lui, était-il possible de désigner un gagnant sans mettre la nation en péril ?

Personne n’avait gagné, raison pour laquelle j’avais dit autant qu’on s’asseye pour qu’il y ait dialogue entre nous Congolais, lequel dialogue a été dénaturé et proprement saccagé.

Maintenant à vous, chers compatriotes, qui servez notre pays dans les rangs de nos Forces Armées et qui avez été élevés au rang d’Officiers Généraux et Supérieurs ; particulièrement vous les Généraux, sachez que vous avez le devoir de défendre la souveraineté de notre pays et de ne pas le laisser couler.

Il est de votre devoir de ne pas vous laisser hypnotiser par le Rwanda comme le serait un cobra devant le charmeur de serpent. Vous n’avez pas été élevés à ce rang pour servir le Rwanda mais plutôt vos frères qui ne portent pas l’uniforme.

Souvenez-vous de vos pairs alors qu’ils étaient vaillants au combat, dont le Général MBUZA MABE, ils sont tous morts empoisonnés du fait du jeu dont ces gens tirent les ficelles. Vous le savez vous-mêmes, combien de Généraux n’a-t-on pas pleurés ? Tout ceci rentre dans le cadre des stratégies qu’ils ont montées et qui visent l’élimination des cadres congolais dont moi votre Serviteur.

N’ayez pas peur, vous n’avez rien à redouter d’eux ! Sachez que vous, Officiers congolais, vous êtes sous le serment de l’Eternel Dieu de par l’Etoile qui est tombée à Kabalo.

Ni les fétiches du Rwanda, ni la sorcellerie que les Congolais ont communiquée à ces Rwandais, je vous le déclare, ni même la sorcellerie dans laquelle on a plongé ce Rwandais ne peuvent rien contre vous, Officiers, qui défendez notre patrie parce que Dieu vous accorde de l’invoquer par son nom que vous connaissez.

Et comme je l’avais dit, c’est ce qui s’appelle souveraineté.

Et quand nos militaires meurent au combat pour défendre la patrie, c’est au nom de cette même souveraineté.

Regardez les nations, les unes se battent pour leur développement tandis que les autres acceptent la guerre qui leur est imposée. Elles acceptent tout pour s’affranchir de l’impérialisme.

Honte à vous Congolais, qui continuez à humilier perpétuellement votre nation pour un morceau de pain pendant que vos frères et sœurs croupissent dans la misère, regrettez-le maintenant.

Le Dieu du ciel a sifflé pour que son pays le Congo se réhabilite. Et qu’allez-vous devenir après une telle trahison ?!!

C’est vous justement qui, en soutenant les Rwandais, offrez à KAGAME l’occasion de réaliser son rêve de transformer le Rwanda en Singapour.

Un pays désertique comme le Rwanda, sans aucune ressource à part le lait des vaches, avec quoi pourrait-il réaliser son rêve ?!! Que « St Christophe » descende cet enfant, le Rwanda, de son épaule à cause de la petitesse de son territoire désertique et sans minerais.

Le Rwanda avec ce qu’il pille de nos terres en versant le sang de mes frères et sœurs, vous la Communauté Internationale, ne voulez-vous pas le stopper?

Vous le savez pertinemment bien que le Rwanda n’a aucune force avec laquelle il peut continuer à écraser le Congo.

Tout ce qui a été monté comme stratégies dans ce complot, je vous annonce que ça sera détruit et que je maudis tout ce qui constitue la force du Rwanda.

Je maudis tout parce que c’est à partir de la terre de mes ancêtres que le Rwanda est en train de s’équiper, soutenu par ceux que lui seul connaît.

Encore une fois de plus je dis : Communauté Internationale, aidez-nous à évacuer tous les Rwandais tutsis qu’on a débarqués sur tout notre territoire. Enlevez-les vite avant que l’irréparable n’advienne. Enlevez-les promptement!

Le dernier mot, alors, revient au Seigneur du ciel, à qui appartient la victoire.

Nous sommes prêts maintenant à pouvoir chanter et danser en l’honneur de l’Eternel Dieu.

JOSEPH MUKUNGUBILA MUTOMBO

Prophète de l’Eternel

Selon la prophétie qui le concerne Esaïe 18.1-3

 

 

Comments are closed.