• Vous tous, habitants du monde, habitants de la terre, Voyez la bannière qui se dresse sur les montagnes, Écoutez la trompette qui sonne !

    Esaïe 18 : 1-3

Interview de Joseph Mukungubila par le combattant Pascal Bakole « Sans Rival » le 13 Octobre 2014 à Johannesburg, Afrique du Sud

By Yves Neyd
In À la une
octobre 13, 2014
0 Comments
1537 Views
image_pdfimage_print
Prophète de l’Éternel, Joseph Mukungubila, le 13 octobre 2014 à Johannesburg, Afrique du Sud

Prophète de l’Éternel, Joseph Mukungubila, le 13 octobre 2014 à Johannesburg, Afrique du Sud

Journaliste : Prophète, aujourd’hui, on a été au procès, quelles sont vos impressions à propos de la décision du juge ?

Prophète : Moi je crois que la décision est très claire. Il faut que l’on comprenne, il faut savoir que si le procès a été reporté à 2-3 reprises et que aujourd’hui madame le juge se prononce disant : il faudrait que vous nous reveniez au moins l’année prochaine . Nous allons vous recevoir l’année prochaine et vous continuez à être libre. Personnellement, je suis très satisfait de cela car ça prouve à suffisance mon innocence.
Et s’il vous plaît, parce qu’ici c’est pour suivre la justice telle qu’elle est. Qu’est ce que je pouvais craindre moi ? Je n’avais pas à craindre. C’est moi qui ai été assassiné, en assassinant les miens. C’est moi qu’on assassinait ensemble avec ceux qui sont tombés. Et c’était dans ma maison, ce n’était pas dans un terrain ou en dehors de ma maison, comme si j’étais allé attaqué. Non !
Raison pour laquelle mon innocence continuera à se maintenir. Raison pour laquelle j’ai compris que le rendez-vous d’aujourd’hui c’est la victoire de l’Éternel Dieu. Et la justice sud africaine est parvenue à comprendre que c’était des mensonges qu’on avait monté. Raison pour laquelle c’est banalisé aujourd’hui. Pour moi, le procès a pris fin pour moi, bien qu’il y a rendez-vous au tribunal comme madame le juge a dit.

Journaliste : Il se passe pas mal de choses au Congo. Il y a la révision de la constitution, d’autre part l’opposition qui fait des marches ratées. Alors, quel est votre point de vue concernant la révision de la constitution ou le troisième mandat de Monsieur Hippolyte Kanambe ?

Prophète : Moi je crois que ce que fait l’opposition c’est normal. En tant qu’enfants de se pays, ils doivent se tracasser beaucoup, et de l’autre côté, c’est une culture des africains qui fait la honte. Comme j’avais eu à le dire, je crois qu’il y a eu imposture parce que mes deux lettres disent suffisamment ce que j’ai eu à dire. Ça ne change rien. Un étranger, c’est un étranger. Dieu avait déjà consigné dans son Écriture. Hors aujourd’hui, t’entendre dire qu’il tient toujours à réviser la constitution. Je crois c’est ça la culture de l’Afrique maintenant, ça fait la honte de l’Afrique. Les blancs en Europe, nous regarde comme si on voulait trop s’accrocher au pouvoir, et que le congolais devrait au moins réfléchir mûrement parce qu’un étranger à la tête du pays, vous allez vouloir l’aider à se maintenir au pouvoir pour quelle raison, et continuer à enregistrer des morts. C’est trop grave ça. Pour moi ce sont les sous berceaux. Ce que je viens d’entendre au tribunal me rassure que comme je l’avais dit pendant ma conférence : le pays pour moi est libéré. Voyez un animal quand il est atteint, il ne se laisse pas faire,c’est ce qu’on appelle le sous berceau, quand il est atteint déjà par la flèche, c’est pareil avec quelqu’un qui s’accroche au pouvoir juste pour faire du mal au pays.
Je pense que le pouvoir là, comme la communauté internationale a pu intervenir puissamment pour déclarer que c’était la fin du mandat, donc c’est la fin du mandat. Mais on ne va pas attendre la fin du mandat, c’est le droit de tous les congolais, que ceux qui continuent à vouloir aider le pouvoir sanguinaire, continuent à aider ceux qui massacrent tout le monde, les congolais. C’est trop grave. Qu’ils réfléchissent mûrement, qu’ils réfléchissent. Est ce que vous pouvez-vous réjouir de la mort de vos compatriotes ?

Journaliste : Vous êtes le premier homme de Dieu à postuler à la haute magistrature du pays. Est ce biblique qu’un pasteur puisse faire la politique ?

Prophète : Voyez, je peux vous dire ceci. Lisez Genèse 1 . Regardez pendant 4 jours, dieu a pu créer le ciel, la terre, ira rassembler les eaux et jusque là pendant 4 jours, il n’avait pas créer encore les êtres vivants. Alors c’est au 5e jour, qu’il va se mettre à créer les êtres vivants, les animaux et tout ça, les oiseaux, les poissons et consort. Des qu’il s’est mis à pouvoir créer, Dieu pensa à ce qu’il y ait au moins une gestion, une gérance. C’est à partir du moment où il créa les êtres vivants, il comprit que c’était nécessaire de faire la gestion. Pourquoi ? Parce que ces êtres vivants, il faut qu’il y ait quelqu’un qui puisse les encadrer. Et ça, ça s’appelle comment ? Politique. L’art de gérer, vous me comprenez ? A partir du 5e jour, Dieu a créer les êtres vivants. C’est ainsi qu’en les créant, il va passer directement au 6e jour pour créer l’homme qui va dominer sur ce qu’il venait de créer. Et c’est ainsi, qu’en ayant l’idée de former l’homme, il va se dire créons l’homme à notre image. Pour que celui-ci puisse dominer sur tous les êtres que nous venons de créer pour qu’il domine. Et c’est comme ça qu’a commencé l’idée de la politique. La politique a commencé à travers l’idée de celui qui nous a crée, qui a tout crée, qui a crée l’homme. Pas tout simplement pour voir ce que nous voyons : faut qu’ils s’aiment avec sa femme, et tout ce que nous voyons là. Mais pour dominer . C’est ainsi qu’au chapitre 2, il va lui venir l’idée de dire, c’est pas bon que l’homme reste seul, je vais lui créer une aide. C’est ça la femme. Et qu’est ce qu’il va faire avant de faire tomber l’homme dans le sommeil ? Il s’adresse à l’homme disant : Tous les êtres vivants, il faut les rassembler pour leur donner des noms. C’est l’homme qui a donné les noms, pas lui. L’Éternel : J’aimerais entendre Adam, comment tu vas les nommer. Et c’est Adam, qui va donner les noms, c’est ça la politique. C’est cette gérance là, qui a été remise entre les mains d’Adam. Quand tu me dis que tu es l’homme de Dieu, comment tu vas faire la politique ? Mon cher frère, la politique vient de Dieu, ça ne vient pas des hommes, non.

Journaliste : La politique d’hier est différente de celle d’aujourd’hui. La politique occidentale est des fois différente de la politique africaine. En Afrique, 100% des hommes politiques sont des occultistes, il faut toucher à la franc maçonnerie.

Prophète : La politique n’a pas commencé avec un occultiste, mais avec Dieu le créateur. Il a créer l’homme pour la politique, c’est ça la grande raison de la création de l’homme. C’est la politique qui a commencé avec l’Europe, l’Asie, la politique a commencé avec Dieu, au travers ses hommes, ses serviteurs. Ce qui est troublant, ce qui vous trouble mes frères, c’est parce que le colonisateur quand il est arrivé, il est venu pour freiner la véritable politique, celui qui a eu la conception de la politique c’est Dieu créateur. Il faut que tu saches que si tu es là c’est pour la politique. Il t’a crée à cause de ça ? Le roi, nous le trouvons par la bible. C’est dans la bible, la gérance des terres, la gérance des hommes, c’est dans la bible. Si tu me cites le nom que tu m’as cité tout à l’heure que je n’aimerais pas citer.

Journaliste : Pierre Kasambakana.

Prophète : Quelqu’un qui se déshabille, il va lui dire retire ton pantalon, parce que c’est un pantalon sacerdotale, il faut l’enlever. Et il va enlever. C’est gens que tu me cites, ils ne comprennent même pas ce que c’est la parole de dieu. Ceux qui ont géré ceux sont les hommes de Dieu dont Moise, le roi David, le roi Salomon. Et puis entendre dire que toi l’homme de dieu, tu fais de la politique. Et ce David là, ce n’était pas seulement le roi, il était prophète, comme moi, Mukungubila. C’est ce qui est écrit. Et le colonisateur avait intérêt à pouvoir vous embrouiller avec des mensonges, mais rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. Mais c’est biblique, c’est la monnaie, c’est l’impôt. Ce n’est pas question de politique, c’est l’impôt. Jésus va les appeler disant : donne d’abord. Cette effigie, c’est l’effigie de qui ? C’est la question qu’il avait posé. Mathieu 17.
On est troublé. Vois même ceux que tu dis être des serviteurs, un serviteur qui se laisse embrouiller. Et ils oublient que la politique appartient à Dieu. Tandis que l’impie est venue pour embrouiller la politique, la déranger. Donc la politique appartient à Dieu, dès la création. Et c’est comme ça que Dieu a confié à ces hommes de pouvoir gérer les hommes, ce sont des prophètes, des serviteurs. Maintenant, toi révérend tu vas t’embrouiller ? Non je ne vais pas m’embrouiller. C’est ce que Dieu veut. Par exemple, aujourd’hui Dieu m’a dit tu vas diriger ce peuple congolais, et c’est ce qui cadre avec la véritable politique du monde. La politique ce n’est pas pour les occultistes, qui font de la magie, les féticheurs, non. La politique appartient à Dieu. Et ce sont les hommes de Dieu qui doivent encadrer les gens, qui doivent mieux gérer les hommes.

Journaliste : L’Eglise catholique est la seule à dire tout haut ce que les gens craignent, maintenant toutes ces Eglises qui se disent de réveil, où on retrouve dans leur tête le pasteur comme vous, le pasteur Mukungubila. Ces Eglises sont corrompues par Hippolyte Kanambé.

Prophète : C’est ridicule. Raison pour laquelle mon bureau a eu à appuyer l’intervention des prêtres catholiques. C’est trop grave.  C’est même ridicule. Quand on ne comprend pas ce qu’on est en train de faire. La politique, on n’y voyait pas des hommes qui ne servaient pas Dieu, qui n’adoraient pas Dieu. C’étaient des hommes qui adoraient Dieu, auxquels on confiait la politique. Donc si aujourd’hui on dit qu’il ne faut pas mélanger la politique avec la religion, on doit reculer, reculer à des années. Reculer au moment où on ne portait même pas la culotte, je crois c’est ça. Quand ils répondent comme ça, ça montre à quel point ils ne sont pas serviteurs de Dieu. Si Dieu était leur maître, leur père, ils allaient comprendre que c’est à lui qu’appartient la politique. Qui met les autorités ? Quand Paul dit : Toute autorité vient de dieu, ça veut dire quoi ? Maintenant de qui vient la politique ?
Et ce qui est grave, un serviteur qui ne sache pas que Jésus est né roi. Naître roi ça veut dire quoi ? Ça veut dire religion, ce n’est pas la politique ?! Donc voyez, c’est une maladie. C’est la raison pour laquelle ils ne savent même pas défendre leur patrie.

Journaliste : Oui, je vois encore ce débat du siècle qui a opposé le prophète Mukungubila à côté de Pierre Kasambakana, qui s’oppose jusqu’aujourd’hui au prophète, contre son statut politique. J’aimerais que vous puissiez lancer un double message, à la diaspora, au peuple congolais qui  nous suit en ce moment, par rapport au temps qui est critique. Parce que Hippolyte Kanambe a beaucoup tué et il continue de tuer. Que va faire le peuple à propos de ce pouvoir qui tue, qui continue de tuer et qui veut s’éterniser au Congo. Que peut faire le peuple à l’heure qu’il est ? Parce que vous êtes leader d’opinion. Et le peuple va vraiment vous obéir. Et second message à lui-même Hippolyte Kanambé qui va avoir la chance de vous suivre en direct. Dîtes lui un mot, il va vous écouter en ce moment.

Prophète : A la diaspora, moi  je n’ai pas beaucoup à dire. Je demande à la diaspora de maintenir la position et que le congolais s’est laissé corrompre facilement, il a avilit son honneur. Je demande à la diaspora maintenant, comme ils ont comprit l’acharnement avec lequel ce pouvoir est en train de nuire à Mukungubila, à nuire à sa vie. Cette acharnement doit faire comprendre à la diaspora congolaise, que Mukungubila c’est l’homme en lequel vous devez placer toute votre confiance et accepter sans réticences de pouvoir le soutenir. Je n’ai jamais demandé de l’argent moi. Et pendant beaucoup d’années j’ai lutté pour mon pays, vous êtes témoin vous-même. Soutenez l’homme de Dieu Joseph Mukungubila, parce que c’est le seul, le seul, je pense qui pourrait constituer l’espoir de pouvoir rétablir au moins de l’ordre dans le pays. Je crois que c’est le seul. Si ça ne vous convainc pas, priez Dieu, ce Dieu que vous priez dans différentes confessions religieuses. Essayez de prier ce Dieu, il va vous le dire. Mukungubila c’est l’homme que vous devez soutenir, soutenez-le. Leader j’accepte, je le suis. Je le suis parce qu’il n’y aura pas moyen que ces gens qui corrompent tout le monde puissent m’atteindre moi. Non, ça n’arrivera pas. Avec les massacres, je crois que le pays est libéré. Le pays déjà est libéré. Mais ce que je vous demande c’est de soutenir l’homme. Soutenez l’homme. Et que si Dieu nous accorde le dialogue, nous allons parler et les choses vont rentrer dans l’ordre.
Tu m’as demandé concernant l’homme qui est la tête du pays maintenant. Je n’ai pas une adresse à lui faire, j’ai déjà écrit les deux lettres. Ces deux lettres suffisent. Les deux lettres dans lesquelles j’ai pu dénoncer ce qui a été fait comme imposture. Je crois que tous les congolais vous êtes déjà au courant. Alors vous devez vous en tenir à ces lettres. A lui, je n’ai pas de message à faire. Mon message c’est les deux lettres que j’ai écrites aux congolais.

Journaliste : Peut être qu’il n’a pas eu l’occasion de lire ces lettres. Quel message lui adressez-vous, à lui qui vous écoute et veut votre tête.

Prophète : Ma tête, il ne l’aura pas s’il te plaît. Il ne l’aura pas parce que Jésus avait dit à Pilates, Pilates qui lui disait réponds moi, pourquoi tu ne me réponds pas. Ne sais-tu pas que je détiens ce pouvoir de te relâcher ou bien de te faire crucifier. Ça c’est Jean 19, il a dit ça. Et quelle a été la réponse de Jésus : « Toi, avoir le pouvoir de me relâcher ou bien de me crucifier, tu n’aurais pas de pouvoir si cela ne t’avait pas été donné d’en haut. » Ce n’est pas un homme de la terre, qui pourrait avoir la vie de l’homme Mukungubila Joseph. C’est la raison pour laquelle quand je disais à la diaspora selon ta question, soutenez Mukungubila, c’est le seul qui à mon humble avis pourrait constituer l’espoir de ce Congo-là, Mukungubila, que je suis. Je ne pense pas qu’il y ait quelqu’un qui puisse arrêter le programme de Dieu. Mukungubila s’en va comme il lui a été écrit. Et il accomplira cela, je pense que je n’ai pas été crée comme vous autres. J’ai été crée pour souffrir telle que je suis en train d’endurer la souffrance, jusqu’à ce que je libère le pays de mes ancêtres. Après la libération du pays, nous allons aider les autres pour mieux comprendre, amener la paix. Le Schilo dont vous entendez parler, veut dire l’homme de paix, le pacifique, l’islam,c’est ça Mukungubila Joseph. Vous comprenez ? Quelqu’un qui voudrait m’ôter la vie comme lui, il n’y parviendra pas, il se bat contre le vent.

Journaliste : Il a réussi le général Bahuma, il a réussi Mamadou, il a réussi Chébéya . Il a réussi voir même le pasteur Kutino, qui est libéré mais malade. Alors en quoi vous différenciez-vous de tous ces gens ? Parce que Kanambé a l’argent, il corrompt tout le monde, alors voyez que le danger est encore là.

Prophète : Je t’ai dit je suis Schilo, pour que tu comprennes Genèse 49 : 8-11, tu comprendras que le sceptres de la royauté sera gardé en Juda, c’est à dire Jésus, jusqu’à ce que Schilo vienne. J’ai eu à corriger les musiciens disant : Schilo ce n’est pas Jésus. Schilo c’est votre frère, c’est un congolais, donc Schilo veut dire le pacifique, c’est ça le sang de Schilo, le pacifique. Le monde attend ceux qui ont l’intelligence, la sagesse, qui ont des yeux, ils attendent la paix que Dieu va amener sur la terre. Et cette paix ne viendra pas autrement que par Schilo. Donc moi je crois que je suis très différent, je te dis, très très différent. Si je n’étais pas différent, je crois que ceux qui en veulent à ma vie allaient déjà m’enlever la vie depuis des années. J’ai échappé, Dieu m’a fait échapper, je crois c’est à cause de cela, pour que je puisse accomplir ce pourquoi il m’a envoyé sur terre. Donc je suis très différent, très très différent.

Comments are closed.