• Vous tous, habitants du monde, habitants de la terre, Voyez la bannière qui se dresse sur les montagnes, Écoutez la trompette qui sonne !

    Esaïe 18 : 1-3

Emission « RÉVÉLATIONS » de Richard Kalala Tshitenge de la R.T.N.C : L’HOMME ET SA MISSION

By dixi
In Articles
septembre 21, 1999
0 Comments
877 Views
image_pdfimage_print

Invité : Le Prophète Paul Joseph Mukungubila Mutombo
Assistance : Frère Mathieu Mukenge
Année : Septembre 1999

[button link= »http://mukungubila.com/emission-revelations-de-richard-kalala-tshitenge-de-la-r-t-n-c-lhomme-et-sa-mission-2/ » display_style= »2″ align= »center » icon_before= »im-icon-accessibility » icon_after= »im-icon-accessibility » bgcolor_first= »rgba(11,71,115,1) » textColor= »rgba(250,250,250,1) »]Lire 2nde partie[/button]

RICHARD KALALA TSHITENGE : Bonsoir et bienvenus à cette nouvelle édition, de votre émission « Révélations ». Cette émission, c’est vrai que vous ne l’avez pas reçue très régulièrement ce temps dernier mais « Révélations », c’est comme son titre le dit, il fallait que nous puissions trouver de la matière à vous révéler et cette matière, celle que vous avez beaucoup réclamée, nous l’avons trouvée pour vous et ça va faire toute une série. Pour commencer, en fait, nous essayons de vous révéler d’abord selon vos attentes, nous essayons de révéler d’abord PAUL MUKUNGUBILA. Vous êtes nombreux à vous être posés des questions, vous posez très certainement beaucoup de questions. Certains qui ont eu le courage, nous les ont posées directement. PAUL MUKUNGUBILA qui est-il ?

PAUL MUKUNGUBILA : Si on m’appelle PROPHETE, j’ai toujours eu au moins cette prétention de dire que je suis seul, Prophète de l’Eternel c’est-à-dire l’envoyé et non pas un prophète qui donne au moins des prophéties dans l’assemblée. Je ne suis pas de ceux-là, mais je suis porte-parole. Et ce porte-parole s’il est prophète, carrément il faut comprendre qu’il est Pasteur donc…du mot pâtre c’est-à-dire comme on a eu à le dire dans d’autres émissions, père nourricier. C’est-à-dire je suis là pour paître le troupeau, pour faire paître le troupeau. Donc ce prophète-là ce n’est pas un homme qui puisse se faire élire par les hommes, ce n’est pas un homme qu’on choisit dans l’assemblée. Non, il est établi directement par l’invisible qui est l’Eternel Dieu lui-même. Et de quelle façon ? Donc c’est à partir de la naissance, je crois que si tu peux permettre cette fois-ci que je donne ne fût-ce qu’un seul verset…

RICHARD KALALA TSHITENGE : Ah oui ! Nous avons besoin de savoir !

PAUL MUKUNGUBILA : Voilà, alors c’est en Jérémie si on peut me lire, la bible est là, Mathieu tu peux passer à côté ici, tu peux me lire même…sur les choses… donc c’est Jérémie 1:4-5, donc la vie du prophète, elle est intime c’est vrai, mais il faut, savoir que l’homme prophète qu’on découvre, qu’il est réellement le prophète de l’Eternel, il est l’envoyé de Dieu. Ces hommes sont envoyés juste pour la mission. Je peux dire que ce sont des gens qui ne sont pas d’ici, en tout cas. Est-ce que tu me suis ? Il naît au moins dans une nation et c’est à partir de cette nation que l’Eternel, peut être, voudrait faire quelque chose. Mais cet homme, il vient… C’est… il n’est pas de toutes les façons… il n’est pas ordinaire parce que à chaque fois que l’Eternel envoie cet homme, il naît, il peut grandir parmi les autres mais au moment opportun l’Eternel vient lui faire savoir que c’est pour une mission, qu’il est venu sur cette terre. Et c’est comme ça qu’il effectuera sa mission jusqu’à la fin. Il n’y aura pas d’interruption s’il te plaît jusqu’à sa mort. La mort qui n’est pas comme celle des bœufs, par exemple d’autres, qui ont pu faire des accidents ; un prophète qui fait un accident de véhicule, qui fait l’accident et qui en meurt, ça… ça donne matière à réflexions. Donc on peut douter un peu.
Au contraire, il doit mourir de la vieillesse, il doit mourir de la maladie, il doit mourir de la méchanceté des hommes puisqu’il est prophète ; alors on peut le lapider par exemple, il peut mourir… bon, il n’y a que ces manières là ou soit alors être enlevé selon la bible, selon l’écriture, mais quant à dire par exemple…

RICHARD KALALA TSHITENGE : Est-ce que vous permettez qu’on aborde cette dimension de la question dans la 2 ème partie ?

PAUL MUKUNGUBILA : Oui, ok ! Alors qu’on nous lise d’abord…

RICHARD KALALA TSHITENGE : Revenons vraiment à votre vie, vous allez nous démontrer comment elle est miraculeuse, où est-ce que vous êtes né, comment vous êtes venu au monde, et comment en fait vous avez évolué pour être avec nous aujourd’hui pour que nous vous découvrions ensemble tel que nous avons dit ».

PAUL MUKUNGUBILA : C’est justement cela, j’ai touché un peu… c’est miraculeux ,c’est-à-dire quand il vient, il n’est pas vraiment… il n’est pas choisi, on ne peut pas l’élire dans une église, dans une assemblée. Donc automatiquement, le Seigneur va le faire savoir d’une certaine manière, donc ça sera d’une manière abrupte, d’ailleurs… donc c’est la raison pour laquelle il faut comprendre, d’abord qu’on ne peut pas le choisir, c’est du sein maternel… donc vous comprenez quand je parle du sein maternel, c’est déjà un miracle.

RICHARD KALALA TSHITENGE : Oui

PAUL MUKUNGUBILA : Et de quelle façon il va s’expliquer ? prenons l’exemple qui est clair, c’est celui du Prophète Jérémie, Jérémie dira ceci :

FRERE MATHIEU MUKENGE : « La parole de l’Eternel me fut adressée, en ces mots : avant que je t’eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais… »

PAUL MUKUNGUBILA : Donc là déjà, Jérémie était une grande personne, c’était un adulte, et l’Eternel venait de lui parler, de l’appeler et il lui fera maintenant comprendre, il lui fera savoir que si je te parle ce n’est pas d’aujourd’hui, non, je t’avais déjà parlé depuis longtemps, à ta venue déjà sur cette terre, tu venais pour cela. Voilà la raison pour laquelle je dis que c’était déjà un miracle, puisque un Prophète… je ne sais pas… qu’on continue d’abord !

RICHARD KALALA TSHITENGE : Oui

FRERE MATHIEU MUKENGE : « ..avant que tu fusses sorti de son sein je t’avais consacré, je t’avais et… »

PAUL MUKUNGUBILA : Non, reprends un peu dès le début.

FRERE MATHIEU MUKENGE : « Avant que je t’eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais et avant que tu fusses sorti de son sein, je t’avais consacré, je t’avais établi prophète des nations »

PAUL MUKUNGUBILA : Tu comprends ?

RICHARD KALALA TSHITENGE : Oui.

PAUL MUKUNGUBILA : Avant même la conception, moi je te connaissais déjà. Tu comprends le miracle dont je parle ? Donc ce n’est pas comme un homme ordinaire, c’est un homme connu de Dieu, c’est un instrument pas comme d’autres instruments que l’Eternel utilise comme ça se dit couramment ici, et chacun de nous a un service, chacun de nous a un ministère, chacun de nous a un don … il ne faut pas jouer avec la parole de Dieu, le prophète ce n’est pas un homme ordinaire, je me fais comprendre ?

RICHARD KALALA TSHITENGE : Tout a fait.

PAUL MUKUNGUBILA : Il n’est pas ordinaire, je peux dire que le Prophète ce n’est pas un homme que toi Kalala, de connivence avec tes amis, tu peux aller monter un coup disant on va l’éliminer, et cela vous est accordé. Ce n’est pas comme ça, il doit mourir selon ce que Dieu a programmé. Je ne sais pas si tu me comprends bien…

RICHARD KALALA TSHITENGE : C’est tout a fait clair.

PAUL MUKUNGUBILA : C’est la raison pour laquelle un véhicule, comme ici à Kinshasa, ne peut pas m’écraser moi Paul Mukungubila…Ce n’est pas pour donner l’occasion aux méchants de pouvoir venir essayer, qu’ils essaient, ils vont mourir. Et c’est la raison pour laquelle, la vie du prophète est tout autre, ce n’est pas la vie de tout chrétien. Un Prophète, sa vie est étrange, sa vie est bizarre, raison pour laquelle son comportement ne sera pas celui de tous les chrétiens. Donc dès le départ, on ne peut pas le choisir, il naît déjà Prophète. Comme tu as eu à l’entendre, donc ce n’est pas quelqu’un qu’on peut… ce n’est pas quelqu’un qu’on peut démettre d’abord, ce n’est pas quelqu’un que l’église peut se…donc l’église peut se débarrasser. Ce ne sera pas possible puisque personne ne peut décider, par exemple, de la démission du Prophète. Ce ne sera pas possible. Moi personnellement si je décide disant en tout cas ça me choque maintenant moi je…autant ne pas alors… c’est le malheur qui m’attend comme le prophète Jonas que tu connais. On ne peut pas… il ne peut pas décider, il n’a pas le choix, il n’a pas au moins… il n’est pas libre d’abord comme tout homme, puisque tout homme peut agir comme il veut, mais pas le Prophète. Et c’est la raison pour laquelle ma vie c’est celle-là. Peut-être l’intimité, c’est-à-dire, il n’y a pas moyen à ce que l’on puisse scinder, hein ! La vie spirituelle de la vie charnelle du Prophète, comme a eu à le dire certains de ces serviteurs disant, hein ! Que vous voyez… il peut se tromper, le Prophète peut se tromper. Et ce frère qui a utilisé un tel langage, il est dépassé, il doit se repentir. Le Prophète ne peut pas se tromper, excuse, le prophète ne peut pas se tromper puisque sa vie c’est tout un ensemble, ce qui fait par exemple, si tu me vois ramasser des excréments pour manger, est-ce que tu me comprends ? Ce n’est pas charnel, ce n’est pas que je perde au moins le sens.
Non, non. Ce que je mange c’est selon ce que me dicte cet Esprit que l’Eternel a mis en moi. Tu me vois prendre une femme, tu me suis bien ! Donc c’est-à-dire, peut être je me remarie, la deuxième femme, la troisième femme, quatre femmes, tout ça c’est l’Eternel qui me dicte à ce que je puisse prendre ces femmes, tu me suis bien ! Une chose qu’un chrétien ne peut jamais se permettre de faire, tu me suis bien ! Je dis bien un chrétien ne peut jamais se le permettre parce que il ne lui est pas permis. S’il a une femme, de prendre une autre femme, s’il a deux femmes par exemple, comme toi je te trouve avec deux femmes, on te baptise avec tes deux femmes, tu en as le droit mais tu auras plus le droit d’ajouter. Est-ce tu me comprends ? Tandis que pour le Prophète c’est un homme secoué d’abord. C’est la raison pour laquelle le nom du Prophète, d’habitude, couramment il s’appelait Comment ? Mathieu peut m’aider ici ou peut être un frère, on appelait le Prophète comment ? Le fou. Tu savais ça ?

RICHARD KALALA TSHITENGE : Oui, j’en ai déjà entendu parler en tout cas.

PAUL MUKUNGUBILA : Voilà le Prophète, c’est le fou et c’est ce que dit l’écriture. C’est la raison pour laquelle Jésus n’a pas échappé à cela, il a été traité de fou, d’un démon, est-ce que je me trompe ?

RICHARD KALALA TSHITENGE : Non !

PAUL MUKUNGUBILA : voilà le terme, le fait de le traiter de fou, ce n’est pas qu’il était réellement fou, ce qu’il disait est drôle, c’est du nouveau, souvent le Prophète ce qu’il sort est du nouveau, c’est comme ça le prophète. Comment on peut le reconnaître ? C’est facile. Comment on peut reconnaître que Paul Mukungubila est prophète ? J’ai parlé du pays. C’est moi qui ai sorti Esaïe 18, les autres en parlent après qu’ils aient entendu parler. Est-ce que tu me comprends ?

RICHARD KALALA TSHITENGE : Oui

PAUL MUKUNGUBILA : Personne ne peut oser dire que j’avais donné le premier cette écriture comme…Non c’est Paul Mukungubila qui en a parlé depuis 1983 je crois, ou 1982. J’en ai parlé. Alors vous voyez tout le monde …c’est du nouveau. C’était une folie et ça continue à être une folie. Quand je dis que notre pays deviendra la grande puissance dans ce monde, c’est une folie aujourd’hui, voir de quelle façon nous sommes agenouillés hein ! Voir de quelle façon nous sommes traînés dans la poussière. Mais c’est cela qui constitue la folie du prophète ; il est fou, c’est un fou puisque ce qu’il dit même les agissements ne sont pas normaux. Donc c’est…il a de drôles de façon de vivre, voilà en bref dans mon intimité. Tu m’as suffisamment compris ?

RICHARD KALALA TSHITENGE : Oui enfin !

PAUL MUKUNGUBILA : Dans mon intimité, je suis…je suis… l’intimité… je ne voudrais pas que tu puisses vouloir scinder ma vie hein ! Avec la vie spirituelle hé ! Que l’Eternel m’a donné pour effectuer une mission. N’est-ce pas ?donc mon intimité à moi c’est la parole de Dieu. Donc on ne peut pas scindé ma chair avec la vie spirituelle. Tout ce que je fais, tout ce que je connais même comme difficultés hein ! Rentrent dans la vie de mon intimité, c’est-à-dire mon intimité c’est l’Eternel.

RICHARD KALALA TSHITENGE : Donc votre intimité n’a absolument rien à voir avec le lexique ou vade-mecum de l’église, du chrétien, ça c’est l’intimité du prophète qui est dans la lignée des autres prophètes…

PAUL MUKUNGUBILA : Oui

RICHARD KALALA TSHITENGE : …Qui sont dans la parole.

PAUL MUKUNGUBILA : En tout cas, je suis très heureux d’ailleurs de te l’entendre dire dans la lignée des autres, dans la lignée de…excuse-moi de citer hein ! Depuis Noé, Abraham et qui encore ? Samuel…

RICHARD KALALA TSHITENGE : Oui évidemment !

PAUL MUKUNGUBILA : …Qui encore ? Samson, qui encore ? David, qui encore ?…maintenant si tu me mets dans cette lignée, tu comprendras qui est Paul Mukungubila exactement. Et là même, peut-être tu ne peux même plus poser des questions. Regarde-les, et je suis de cette lignée et tu comprendras que c’est ce que je suis, ce n’est pas que je veux l’être, je le suis de par Dieu. Voilà je t’ai interrompu, tu allais y arriver.

RICHARD KALALA TSHITENGE : Voilà. J’ajouterai pour dire, en fait, avant que je revienne à ce que ces gens… parce que les téléspectateurs se demandent sur vous parce que votre intimité là nous avons compris, c’est dans cette lignée, il ne faut pas aller la chercher ailleurs…

PAUL MUKUNGUBILA : Oui.

RICHARD KALALA TSHITENGE : …Il ne faut pas non plus, au nom d’une certaine chrétienté, ou au nom d’une certaine croyance…

PAUL MUKUNGUBILA : Oui, oui

RICHARD KALALA TSHITENGE : …à l’Eternel qu’on fasse la même chose ou qu’on puisse s’appuyer sur la pédagogie de la vie de Paul Mukungubila.

PAUL MUKUNGUBILA : Voilà !

RICHARD KALALA TSHITENGE : Ou…exactement donc, essayons de noter… je fais marche arrière. Je dis que vous êtes né dans le Katanga. Il y a un peu plus de cinquante ans aujourd’hui, oui je crois oui ! Donc dites nous de quelle famille est-ce que vous êtes né ? Est-ce que cette famille était prédisposée ? Mais en fait, peut être c’est poser la question à l’Eternel lui-même.

PAUL MUKUNGUBILA : Oui, oui c’est cette famille…

RICHARD KALALA TSHITENGE : Parlez-moi ne fut ce que pendant deux minutes de comment vous êtes venu au monde, qui étaient vos parents, qu’on essaie de dessiner le contour parce que il y a même des astrologues, des magiciens qui verront un intérêt quelconque à chercher un tout petit peu dans votre vie, pour essayer de voir comment intégrer…

PAUL MUKUNGUBILA : Merci beaucoup, d’ailleurs je suis heureux de me sentir…ça me préoccupait un peu là, tu me laisses un peu répondre. Ca me préoccupait un peu d’être né d’une famille de la polygamie. D’abord puisque mon père avait eu déjà deux femmes et j’étais heureux que l’Eternel m’ait parlé, m’ait envoyé un ange pour corriger cette attitude que j’avais puisque, je m’étais marié hein !… Avec une femme du nom de Muzinga, alors avec cette femme l’ange est venue me visiter en 1977 et il me dira …

RICHARD KALALA TSHITENGE : Vous n’aviez qu’une seule femme alors ?

PAUL MUKUNGUBILA : Oui, d’abord une seule femme. Toutes les femmes que j’ai maintenant, c’est par l’Eternel qui a ordonné. Alors c’est la raison pour laquelle l’Eternel m’enverra un ange à l’occasion d’une …puisque ma femme était enceinte et …

RICHARD KALALA TSHITENGE : C’était en 1977

PAUL MUKUNGUBILA : En 1977, elle souffrait. C’était au mois de décembre elle souffrait de… je crois, de la bilharziose puisqu’on a fait faire des examens. Et mon chef à l’époque… puisque je travaillais à l’hygiène, mon chef à l’époque…

RICHARD KALALA TSHITENGE : ça c’est à Kalemie ?

PAUL MUKUNGUBILA : Oui c’était à Kalemie. Alors il (le chef) me dira qu’il n’avait plus de produit. Puisque à l’époque on avait beaucoup de produits sur la chose. Des anti-bilharzioses, donc la foidine. Je gardais encore le flacon. Est-ce que tu ne gardes pas un peu ? Alors je lui dirai : « moi j’en ai ». Malheureusement j’avais envoyé à papa dans mon village et ça se trouve dans une malle et que faire maintenant ? Et effectivement à l’époque, à cette époque là il n’y en avait plus sur le marché, mais il faut aller chercher ce produit et c’est ce qui m’obligera à pouvoir comprendre. Je refusais au devant de mon chef : Pour ça je n’ai pas assez d’argent. Alors après, au même moment où je lui parlais, cet ange que je venais de voir la nuit qui m’appelait disant : bon tu t’en faisais trop pour tes parents, viens maintenant je t’y amène. Or c’était pour convertir mon père ah !…au même moment où je parlais au chef et que j’ai refusé, j’ai eu l’impression de le revoir encore oh !… alors il me rappelle ce que je t’ai dit. Accepte alors. J’ai accepté, c’est comme ça que je descendrais là bas. Or avant de descendre, avant de prendre mon train, s’il te plaît, je ne retiens plus la date, cet ange a bloqué le train de la S.N.… de la S.N…vous me rappelez ?

RICHARD KALALA TSHITENGE : de la SNCZ (société nationale de chemins de fer zaïrois)

PAUL MUKUNGUBILA : à l’époque il a bloqué le train, de quelle façon ? Il n’y avait pas de panne mais on n’avait pas compris comment ils étaient embrouillés. Juste pour me laisser le temps de parler avec l’ange, parce que j’étais parmi les voyageurs. Alors moi je dis à ma femme : je ne te laisse pas ici, il faut qu’on aille ensemble, moi je vais te laisser chez mon grand frère qui est …qui était un ancien de C.P.Z (communauté pentecôtiste au zaïre) des églises dénommées. Alors ma femme va accepter, bien qu’elle était faible… va accepter et c’est comme ça que les deux frères vont m’accompagner, ils verront même l’ange, donc on était quatre témoins, quatre à voir cet ange. C’était un géant qui dépassait nos têtes, nos tailles quoi ! Alors il s’approcha et se tint débout. On est resté en causant, et puis les frères sont partis. Ils ont vu cet homme. L’autre qui m’avait …au début visité, j’étais seul à le voir, mais celui-ci ma femme l’avait vu. Ma femme garde même, je crois, la description de la taille de cet homme, tellement il était très grand. Et c’est comme ça qu’il me parlera. Puisque je ne peux pas raconter tout,

RICHARD KALALA TSHITENGE : non !

PAUL MUKUNGUBILA : On restera toute la nuit avec cet ange et pendant tout le temps qu’il me parlait, les autres, ceux de la S.N.C.Z ( Société Nationale de Chemins de fer Zaïrois) qui faisaient la manœuvre, ils ne comprenaient même pas ce qui les retenait, donc on devrait en principe rater le train mais il me…il va me rassurer disant : tranquillise-toi, ça ne va pas partir. Et on est resté avec cet ange, et il me parlera sur la polygamie. S’il te plaît ! C’est lui qui me fera comprendre : « tu es encore trop jeune, tu n’as pas encore compris, mais tu comprendras. Est-ce que tu connais ce qu’on appelle le drapeau…de David quoi ! Ça veut dire quoi ? » hein ! C’est aujourd’hui que je comprends que c’est ça la bannière, l’étendard, et il dira : « je vais te le faire comprendre après. Mais, aujourd’hui, le problème c’est celui concernant les polygames. Il ne faut pas que tu sois marginalisé. » C’est le salut… c’est le salut, il est pour toute l’humanité, tu me suis ?

RICHARD KALALA TSHITENGE : Oui !

PAUL MUKUNGUBILA : Alors, raison pour laquelle je te demande maintenant pourquoi toi, le soir avant le départ, la veille…j’avais exhorté les frères qui commençaient à m’aider disant : il ne faut jamais accepter un polygame dans l’assemblée ; alors, cet ange, l’Eternel, ça l’a choqué je crois, et c’est comme ça qu’il m’enverra l’ange le lendemain. La nuit je verrai l’ange qui me dit : « maintenant comme tu te faisais trop pour tes parents, je vais t’emmener là-bas » hein !, et la coïncidence…mon chef va me demander… je vais réclamer moi j’ai perdu ça, réclamer le produit, la foidine, tu connais ce produit ?

RICHARD KALALA TSHITENGE : Oui

PAUL MUKUNGUBILA : Alors mon chef qui me dira…tout ça c’était pour m’emmener à…alors c’est ça il(l’ange) me dira pourquoi un polygame n’a pas droit au salut ? Moi, je ne t’ai pas envoyé répéter ces erreurs des églises, il faut que tu parles de ce que je te dis, et c’est la raison pour laquelle… est-ce que tu as un passage qui te permet à pouvoir refuser un polygame ? Mon frère Kalala, excuse-moi de t’appeler frère.

RICHARD KALALA TSHITENGE : D’accord.

PAUL MUKUNGUBILA : Donc, j’étais, je le regardais comme tu me regardes et comme entre lui et moi …il y avait un espace-là hein !, je le regardais, c’était un homme bizarre, il n’a pas voulu manger , ce qu’on m’a présenté. Alors il me dira : « est-ce que tu as un passage biblique qui te permets, des écrits plutôt qui te permettent de pouvoir refuser un polygame ? » Parce que le Seigneur a dit ceci c’est-à-dire le Seigneur Jésus : « allez partout (hein !) Dans le monde prêcher l’évangile à toute créature, cette créature veut dire quoi ? » Puisque moi quant il me parlait de prime abord je trouvais que c’était un diable devant moi hein ! Puisque ça m’avait tellement fait mal, disant : qu’est-ce qu’il voudrait me dire celui-là ? C’est quoi ça ? C’est quelle sorte d’homme ? est-ce que c’est le diable qui l’a envoyé juste pour me…donc quand je disais cela, alors les écrits, comme ça se voit sur les écrans, suspendus entre lui et moi, et j’avais l’impression que cet homme voyait ses écritures, entre lui et moi, et ma femme à côté nous regardait, ma femme a assisté à cet entretien. Alors, tu n’as pas à vouloir refuser un polygame qu’il ait deux femmes, qu’il ait trois femmes, qu’il en ait plus, il faut lui parler de cet évangile. Si tous croient, c’est-à-dire avec ses femmes, ils ont droit au salut. Ils deviennent ce que voudrait l’Eternel, c’est-à-dire des saints ; contrairement à ce qui se fait dans les églises, on refuse la deuxième femme et sur base de quelle l’écriture ? C’est à moi qu’on posait la question. Peut être quand je parle comme ça les autres frères qui sont dans la même erreur revoient un peu l’écriture, qu’ils revoient la loi et le témoignage s’ils ont droit de pouvoir refuser un polygame. Alors, c’est comme ça que j’étais bloqué, impuissant. Quel passage ? Il me disait : donne-moi un passage. Je n’en avais pas, j’ai réalisé en sa face que je n’avais pas de passage qui puisse me permettre de refuser un polygame. Tu me comprends mon frère ? L’ange va me revisiter en 1983. Tu comprends ? Là il s’est écoulé beaucoup d’années pour maintenant me parler : « tu devrais t’aligner comme les autres. » Le Seigneur Jésus m’est apparu à deux reprises pour me dire hein ! Dans la vision disant : « il faut que tu t’exécutes à ce que je t’ai dit » et moi je ne comprenais pas. Il m’envoyait des jeunes gens, même des autres églises disant : le Seigneur voudrait que tu fasses ceci frère Paul. Et c’est comme ça que les églises m’appellent frère Paul. Bien que j’ai un autre nom, Paul Joseph, mais on est habitué à m’appeler Mukungubila Paul. Mais je suis en réalité Mukungubila Paul Joseph. Et ce nom je ne l’ajoute pas puisque j’ai déjà mon nom de par… hein ! ma famille, je m’appelle Mutombo.

RICHARD KALALA TSHITENGE : Hum !

PAUL MUKUNGUBILA : ah oui ? tu n’as jamais su ça ?

RICHARD KALALA TSHITENGE : Mutombo Mukungubila Paul- Joseph !

[button link= »http://mukungubila.com/emission-revelations-de-richard-kalala-tshitenge-de-la-r-t-n-c-lhomme-et-sa-mission-2/ » display_style= »2″ align= »center » icon_before= »im-icon-accessibility » icon_after= »im-icon-accessibility » bgcolor_first= »rgba(11,71,115,1) » textColor= »rgba(250,250,250,1) »]Lire 2nde partie[/button]

Comments are closed.