• Vous tous, habitants du monde, habitants de la terre, Voyez la bannière qui se dresse sur les montagnes, Écoutez la trompette qui sonne !

    Esaïe 18 : 1-3

Discours de Joseph Mukungubila pour la 2ème commémoration des massacres du 30 décembre 2013

By dixi
In À la une
décembre 30, 2015
0 Comments
1427 Views
image_pdfimage_print

 

Chers compatriotes,

 

En ce jour mémorable du 30 décembre 2015, je voudrais tout d’abord rendre hommage à tous mes vaillants disciples et partisans tombés en martyrs pour la libération du Congo. Mes hommages vont également au vaillant et valeureux peuple congolais, dont la bravoure a été manifestée en cette date du 19 au 21 janvier 2015; et qui, malgré les épreuves, les souffrances, les drames qu’il subit au quotidien, ne cesse de mener ce combat pour sa survie, sa dignité, et son honneur; combat qui doit le conduire vers le véritable bonheur, vers la véritable paix, vers la véritable indépendance.

Je rends ensuite hommage à nos compatriotes de Mbuji Mayi que le malheur a frappé en date du 24 décembre avec cet accident d’avion. Mes pensées vont aussi vers nos compatriotes de Béni qui sont fréquemment égorgés en toute impunité et de façon fréquente. Pourquoi ? Parce qu’à la tête du pays, c’est un citoyen rwandais qui a été placé au sommet de l’Etat, au mépris des Congolais qui se voient humilier.

Au sujet de cet imposteur justement, le 30 décembre 2013, celui qui occupe la tête de notre pays, le Congo, pays des promesses, pays de prédilection selon la prophétie, avait une fois encore démontré sa soif de faire couler massivement le sang innocent congolais. Je m’étais pacifiquement exprimé dans deux lettres ouvertes datées du 5 et 28 décembre de la même année, pour défendre mon peuple, mes frères, mes compatriotes face à la criminalité et aux manigances des Rwandais. Cet imposteur avait alors décidé de m’éliminer sans procès ainsi que tous mes disciples et partisans, sur l’ensemble du territoire national ; notamment à Lubumbashi, Kinshasa, Kindu et Kolwezi.

Il faut rappeler que ce jour-là, j’avais perdu plus de trois cents de mes proches dont la majeure partie assassinés dans ma maison, située au quartier Golf de Lubumbashi; pendant que nous étions réunis pour la traditionnelle veillée de prière de fin d’année. En massacrant ces vaillants patriotes, l’imposteur a une fois encore prouvé qu’à ses yeux, la vie d’un Congolais a encore moins de valeur que celle du bétail. En éliminant ainsi les miens, ces vaillants patriotes, l’imposteur a voulu montrer que tous les Congolais qui aiment réellement leur pays n’ont pas droit à la vie et qu’ils ne peuvent pas librement vivre sur ces terres du Congo leur laissées par leurs ancêtres.

L’imposteur a clairement démontré sa haute capacité à faire prospérer tous les criminels étrangers tels que ces Rwandais du RCD, ceux du CNDP : Nkundabatware et ses troupes, ceux du M23 : Runiga et ses troupes,… Par contre, ceux qui méritaient à ses yeux d’être éliminés, ce sont les vaillants congolais comme Mbuja Mabe, Mamadou Ndala et sans oublier votre serviteur Mukungubila.

Il est vrai que sa sale besogne c’est de pouvoir éliminer tous les cadres capables de pouvoir libérer ce pays du joug rwandais. Je lui réponds qu’il est peut-être capable de tuer le corps mais il ne pourra pas atteindre notre âme.

Chers compatriotes, permettez-moi de vous parler brièvement de moi-même pour enlever toute inquiétude à mon sujet. Je suis réellement prophète de Dieu; sachant que tout prophète n’est pas pasteur mais que tout pasteur est prophète. C’est ce que je suis, moi Mukungubila, à l’image de Moïse, de David, de Gédéon et de Jephté le libérateur. Il faudrait ici que je puisse vous faire comprendre ceci : l’homme qui vous parle, votre frère Mukungubila.

Regardez la médiation faite par le feu président Mandela avec mon frère Laurent-Désiré et Joseph Mobutu. Regardez bien les images pendant que le feu président Mandela était placé au milieu des deux personnes et il tentait de pouvoir faire les négociations.  Le président Mobutu avait répondu à Mandela en disant : “si je dois laisser, ce n’est pas à celui-ci”. Ce témoignage je vous le donne entre parenthèses pour que vous compreniez que vous n’avez pas à vous inquiéter à mon sujet parce qu’à ma vie sont attachées beaucoup de témoignages vivants. De son vivant déjà, le président Mobutu avait voulu rencontrer l’homme. Les témoins sont là, je crois qu’à l’époque c’était Kengo wa Dondo qui était le premier ministre. Mukenge Mathieu, qui est mon collaborateur, a été chargé de pouvoir me contacter afin qu’il y ait rencontre entre moi et le président Mobutu. Je dis bien et je le répète, Monsieur Kengo wa Dongo est au courant de cela, il peut rendre témoignage de ça. Les billets avaient été envoyées pour que je me rende là où il était; plusieurs billets, pas un billet. C’est pour vous dire tout simplement que si l’on doit s’inquiéter, c’est vrai que c’est la politique, mais je ne pense pas que vous puissiez avoir des inquiétudes à avoir à mon sujet. Je suis un homme très discret et très posé. Ma vie est très réfléchie.

Raison pour laquelle, le moment venu, Dieu demandera à Jéhu de pouvoir faire exécuter toute sa parole selon tout ce que les prophètes avaient annoncé dont Elie. Raison pour laquelle, la souffrance profonde, chers compatriotes, que nous sommes en train d’endurer, n’est pas un simple fait de hasard.

Après avoir connu les deux guerres mondiales, c’est-à-dire celle de 1914-18 et celle de 1939-45, toutes les nations vont se réunir eût égard aux dégâts causés par cette guerre et former un conseil; celui que nous connaissons sous le nom de “Conseil de sécurité”. Ceci pour dire : « plus jamais ça, nous devons maintenant militer pour la paix ». Pourquoi ? Parce qu’un homme barbare, un homme cruel va déchaîner toute sa cruauté et décider de décimer le peuple de Dieu, qui est Israël aujourd’hui. C’est ce qui amènera la deuxième guerre mondiale, mais à la fin de cette guerre mondiale, le monde va penser à la paix. Point n’est besoin de vous répéter ce qui est dans mes deux lettres ouvertes.

Ainsi, durant les années 1946, 1947 et 1948 il y aura un remue-ménage pour finalement décider de la renaissance de ce peuple qu’Hitler avait décidé de décimer, le peuple d’Israël. C’est pendant ces démarches qu’une jeune femme du nom de Kabila Léonie, à Kisala dans la sous-région des Grands Lacs, à la source du Nil, va concevoir.

Je répète, la dernière guerre va donner l’idée de ne plus reproduire le désastre que l’on venait de voir. C’est ce qui va être à l’origine du conseil de sécurité, le conseil des nations. Et l’on va aider à la reconstitution de la nation d’Israël. Peu de temps après, c’est-à-dire à la fin de l’année 1947 et plus précisément le 26 décembre, cette jeune femme dont je parle va engendrer son enfant au moment où le ciel va lâcher un astre qui tombera et s’enfoncera dans les entrailles des terres de Kabalo. Et si j’ai bonne mémoire, je ne sais pas, si je peux me tromper, ceux qui ont vécu l’événement de cet engin venu du ciel vont rapporter que des Blancs vinrent de tous côtés, de partout, voir « cet engin qui est tombé du ciel ». C’était aux alentours de l’aéroport de Kabalo.

Ils vont se rappeler l’exactitude de la prédiction faite par Kimbangu, le prophète; qui enchaîné par les Belges, était arrivé à Kabalo, en gare de CFL, l’une des plus grandes entreprises de transport au Congo, où Kimbangu fera les déclarations selon lesquelles “de ces terres un homme s’élèvera et il amènera la paix dans le monde.” Ce témoignage donné par Kimbangu sera confirmé par les moines de l’Abbaye de Gand que Leopold II avait consulté. Ils lui diront qu’effectivement il y a une étoile du type de Bethléem qui brille sur ce pays.

Comme vous venez de le constater, le Congo est le pays de prédilection. Voilà la raison de toute notre souffrance. Et si nous ne parvenons pas à comprendre cela, la situation va se compliquer.

Alors que les pères de l’indépendance, aux alentours de 1959, participaient à la table ronde à Bruxelles, les prêtres catholiques donnaient, en cadeau, la bible au jeune garçon de douze ans que j’étais. Bien sûr que nos aînés ne savaient pas que la bible renfermait la clé de l’indépendance effective dont ils avaient besoin; mais, la véritable indépendance, elle, est conditionnée par l’avènement d’un leader véritablement spirituel que Dieu devait susciter du milieu de ce peuple. Comme j’ai eu à le dire tout à l’heure, il faut nécessairement la présence d’un Moïse, David, Gédéon et Jephté au milieu d’eux.

 

Mes chers compatriotes, ce pays, le Congo, vous ne pourrez jamais le libérer sans Dieu.

Et ce Dieu créateur dont je parle a été cruellement offensé par la légèreté avec laquelle ceux qui se disent être ses serviteurs se laissent corrompre par cet étranger, avec les miettes de tout ce qu’il est en train de piller dans notre pays.

Permettez que je vous dise sans ambages que, vous mes compatriotes, vous avez compris que l’histoire du Congo est liée directement au Créateur. Je voudrais dire ceci que l’histoire du Congo est lié directement à son envoyé, au leader spirituel que je suis. Et, directement, ce leader spirituel est lié au Créateur. Ce pays particulier, qui a un rôle majeur à jouer à l’échelle planétaire, a l’obligation de pouvoir faire connaître ce Dieu créateur à toutes les nations. Qu’il me soit donné en cette occasion d’affirmer mon soutien à toute initiative visant à mettre fin à l’occupation de la RDC.

J’ai toujours appelé les compatriotes congolais, politiques, militaires et société civile, à se rassembler pour faire barrage à l’envahisseur rwandais. C’est la raison pour laquelle, j’ai encouragé les assises de l’île de Gorée parce que l’union fait la force. Si l’on ne se met pas ensemble, cela peut servir le pouvoir d’occupation. Raison pour laquelle tous les enfants du pays, tous les compatriotes doivent se mettre ensemble pour chasser l’occupant.

Cependant, en associant à cette démarche ceux qui ont porté gravement préjudice aux intérêts de la nation, ce mouvement risque d’être affaibli. Ce mouvement va affaiblir la portée de son action et se discrédite aux yeux du souverain primaire, le peuple.

Je dis par exemple, l’ex-gouverneur du Katanga n’a pas su défendre sa population en cette date du 30 décembre 2013. Par contre, il a pleinement participé aux massacres de mes disciples et de mes partisans, allant jusqu’à proposer à la population de dénoncer et qu’il leur donnerait 500 dollars par tête. Le fait qu’un homme comme celui-là soit représenté à une telle conférence qui est importante, affaiblit et discrédite l’opposition. En quoi pourrait-il s’opposer à ce pouvoir qu’il a servi fidèlement; jusqu’au moment où il va prononcer son petit discours de faux pénalty; et quelques heures après, l’homme va changer de face. Il va dire : “je reste toujours fidèle”. Et quand on le retrouve dans l’opposition, je crois que vous diminuez la force. C’est comme si vous envoyez quelqu’un puiser de l’eau avec du treillis. C’est la raison pour laquelle j’avais demandé qu’il remette les vidéos des massacres s’il a de bonnes intentions et parce que les siens nous ont envoyé des messages disant qu’ils auraient des vidéos. Et malheureusement, ces vidéos, nous les avons attendues comme le Christ depuis plusieurs siècles. Et non seulement il a participé à ce carnage mais l’homme a dû a également piller de la même manière que Kanambe, de manière scandaleuse le pays et même le Katanga dont il se dit être natif.

Ensuite, un Rwandais d’origine, qu’il soit Tutsi ou Hutu, dans cette opposition congolaise, vous ne trouvez pas cela drôle ? Et surtout que ses frères dont on dit être étudiants que nous avons accueillis, il a étudié chez nous et plusieurs des dirigeants des pays voisins ont étudié ici chez nous, que ce soit à Lubumbashi ou à Kinshasa, personne ne peut nier cela, les dirigeants qui nous entourent, presque tous ont étudié ici, mais ils sont rentrés chez eux pour aller servir leur pays. Et pourquoi pas lui ? S’il a étudié ici, il peut allez chez lui pour servir sa nation. Et malheureusement, la gravité réside en ce que cet homme ait écrit un livre ravageur. Et ce livre ravageur, qui a entretenu l’imposture à la tête de notre pays; ce livre qui a entretenu et consolidé cette imposture dont nous souffrons aujourd’hui. Ne serait-il pas pour lui, s’il a changé pour se retrouver dans l’opposition, sortir un autre livre pour démontrer l’erreur de sa pensée politique quand il disait « Pourquoi j’ai choisi Kabila” ? Voilà ce qui est normal. Et ce ne sera pas normal que des personnages comme ceux-ci puissent se retrouver dans l’opposition.

Chers compatriotes, réfléchissez. Aujourd’hui, nous sommes en deuil. On pense aux carnages que celui-là, que ces deux personnages ont pu soutenir, a fait comme désastre, comme drame. Aujourd’hui, des personnes pareilles dans notre opposition, c’est drôle. Pourquoi faire ? Nous attendons que cet homme puisse sortir un autre livre et que ce livre puisse remplacer celui avec lequel il avait amené les Congolais à pouvoir être trompés. C’est nécessaire qu’il écrive un autre livre pour parler de l’erreur de sa pensée politique afin de casser le précédent.

Mes chers compatriotes, tant que le pays sera occupé, il est vraiment inutile de penser que notre loi sera respectée car l’imposteur Kanambe, est en train de faire rentrer massivement des Rwandais au Congo au nez et à la barbe de ceux qui se disent être “représentants du peuple”, comme si la RDC n’avait pas de parlement.

Et si Mukungubila n’était pas lié à Dieu, Kanambe aurait réussi à l’éliminer comme les autres car les attaques de Kanambe contre Mukungubila sont nombreuses : à Kinshasa, celles de Mont-Fleury dans sa propre parcelle; celles à Kintambo à la DEMIAP; ou encore celles dont on parle aujourd’hui, du carnage du 30 décembre 2013.

Quant au dossier du charnier de Maluku, avec la découverte de plus de 450 cadavres pour lesquels Human Rights Watch avait demandé une enquête, et j’espère ardemment que cette enquête pourra commencer. Ce qui m’étonne est que l’on puisse toujours donner du crédit et de la latitude à ce génocidaire de continuer avec son pouvoir illégitime. A telle enseigne que moi Mukungubila, je me trouve complètement troublé et je me demande que la démocratie dans laquelle nous nous trouvons, elle est de quel âge. Aucune autre nation ne pourrait tolérer cela car sous d’autres cieux, pour un seul mort on se mobilise. Mais les Congolais, eux, peuvent mourir même jusqu’à 450 ou 500 : c’est le silence plat. Le chef qui les gère et les tue ne peut même pas être inquiété. C’est un pouvoir qui a la liberté de continuer. Je répète encore, tant que le pays continuera à être occupé, chers compatriotes, on ne pourra jamais espérer y exercer la démocratie.

Comme preuve, l’île de Gorée a été choisie pour quelle raison ?

Après la conférence sur l’île de Gorée, nos parlementaires qui sont dans l’opposition, sont sous menace au moment où je suis en train de vous parler. La véritable démocratie ne pourra jamais s’exercer tant que le pays sera occupé. Raison pour laquelle il était plus que temps de pouvoir se réunir ensemble, de pouvoir s’unir afin de pouvoir lutter contre l’occupation. J’aimerais être très clair pour tous mes compatriotes, tous mes frères qui sont dans l’opposition : il est complètement inutile et aberrant de vouloir faire des analyses des extraits de loi ; puisque l’occupant, l’étranger, Rwandais n’a pas intérêt à respecter cette loi. Il faut comprendre que les intentions dans sa tête ne sont pas de partir ni en 2014, ni en 2015 ni non plus en 2016.

Raison pour laquelle il faut seulement réclamer son départ car il occupe cette place par imposture. C’est un étranger.

Puisque nous prétendons bien sûr, être en démocratie; je pense que cette démocratie ne se fait pas nécessairement avec les armes. Nous devons alors regarder ceux qui sont maîtres de la démocratie; ce système qui vient de l’autre côté, du Nord. Alors il est inutile de vouloir utiliser les extraits de loi.

J’ai trouvé très ridicule de voir, d’entendre l’étranger qui prononce un discours traitant la communauté internationale d’étranger. Donc ils sont étrangers par rapport à lui et lui il devient congolais, je ne sais par quel processus.

Raison pour laquelle, si il peut y avoir dialogue, c’est un dialogue comme je l’avais souhaité, je l’avais proposé, entre Congolais; ce véritable dialogue. Etant sous occupation, ce dialogue n’avait pas été accepté. Maintenant cet étranger veut distraire le peuple avec son dialogue truqué.

Souvenez-vous de mon émission intitulée le libérateur d’Israël vient d’Afrique noire. De la même manière qu’Hitler avait haï les Juifs et décider de pouvoir les décimer, c’est de la même manière que Kanambe, le Rwandais, a été pistonné pour détruire, exterminer les Congolais. La communauté internationale a la capacité d’arrêter sa folie meurtrière, J’en suis certain, j’en suis convaincu. Croyez-moi, malgré vos souffrances atroces que vous vivez actuellement, Dieu est en train de mettre fin à ça, je vous le certifie !

Je ne pourrai terminer mon propos de ce jour sans avoir une pensée profonde pour mes nombreux disciples victimes d’injustice et de l’arbitraire du pouvoir d’occupation. Ils continuent à croupir en prison injustement. La justice sud-africaine, libre et indépendante, m’a totalement innocenté dans le dossier des événements mémorables du 30 décembre 2013. Par conséquent, tous mes disciples et partisans doivent être également innocentés.

C’est pour cela que j’exige leur libération immédiate et sans condition et que justice leur soit rendue !

Pour cette nouvelle année dans laquelle nous entrons, je présente mes meilleurs voeux à tout le peuple. Que Dieu accomplisse toutes ses promesses et qu’il vous console et vous bénisse.

 

Joseph Mukungubila Mutombo

 

Comments are closed.