• Vous tous, habitants du monde, habitants de la terre, Voyez la bannière qui se dresse sur les montagnes, Écoutez la trompette qui sonne !

    Esaïe 18 : 1-3

De l’horreur vécue en RDC

By Yves Neyd
In À la une
août 21, 2017
0 Comments
334 Views
image_pdfimage_print

Lettre ouverte du 21 août 2017

Je m’adresse à la communauté internationale étant à bout de souffle. J’ai crié à maintes reprises sans que mon cri n’ait gain de cause. Et aujourd’hui, au moment même où je m’adresse à vous, les militaires rwandais tutsi et Kanambe sont en train de manger les Congolais comme du bétail ! J’en arrive maintenant à comprendre qu’il est inutile d’espérer que le monde puisse aussi respecter la loi.

Dans la nuit du 19 au 20 juillet 2017, un de mes disciples est arrêté dans le secteur de Kalemie ainsi que 17 autres Congolais. Ils seront transportés nus, et cela, sans rien comprendre. Après avoir longtemps roulé, ils arriveront dans un camp secret. Ils comprendront qu’il s’agit d’un camp improvisé par Kanambe et ses frères tutsi, c’est un camp qui sert d’accueil aux troupes que Kanambe fait venir du Rwanda. Ces 17 hommes congolais vont être fouettés et torturés. Quand viendra le tour de mon disciple dont je préfère taire l’identité, un commandant tutsi va lui demander pourquoi ses yeux étaient étranges. Mon disciple ne sachant pas à quoi le militaire faisait allusion, lui dira que c’est à cause de la fatigue. En effet, il était 2h du matin. Mais le commandant va insister sur ses yeux étranges, allant jusqu’à lui demander de qui il est fils. Mon disciple répondra qu’il est fils de Joseph Mukungubila. Le commandant va frissonner et demander “qui a arrêté l’enfant du lion !?”.

C’est ainsi que pris de panique, ces militaires décideront de reconduire mon disciple entre 3h et 4h du matin vers la ville de Kalemie en lui demandant expressément de rassurer ses parents. Ce camp secret se situe dans une zone aux alentours de Kalemie, sur la route en direction de Nyunzu, en dépassant Kachelewa, puis en se dirigeant vers le village de Mushabaa. De Mushabaa, en quittant la route de Nyunzu, ensuite à 30 km, on arrive au village de cultivateurs appelé Gimbwe. C’est là que Kaname a improvisé un camp secret pour massacrer les Congolais. Tous les Congolais qui y vivaient ont été chassés pour y mettre des rwandais tutsi.

Pendant que je réfléchissais à cette situation qui m’avait été rapportée par mon enfant qu’on avait enlevé et que je pensais à la raison pour laquelle il avait été relâché, un autre témoignage m’est parvenu. Cette fois-ci venant d’un enfant qui n’est pas mon disciple, étant de confession musulmane.

Ce jeune garçon, après avoir terminé ses études, a été embauché dans une entreprise située à proximité de l’aéroport de Lubumbashi. Lui et ses amis seront enlevés par des connaissances proches de Kanambe. Cet enlèvement a lieu alors qu’ils devaient être accompagnés pour aller travailler, le véhicule qui les transportait va prendre un chemin différent de celui menant à leur lieu de travail. Les passagers vont ensuite être ligotés et cagoulés afin de ne pas reconnaître le chemin utilisé pour arriver à l’endroit qui s’avérera être un camp secret composé uniquement de tentes. Arrivés dans ce camp, les cagoules seront retirées et c’est l’horreur qui va être constatée : de la viande humaine de Congolais attachée et consommée dans ce camp de l’horreur. Ils vont même y retrouver certaines personnes vivantes qui étaient jusque-là portées disparues qu’on y faisait travailler. Ils vont reconnaître un de leur ami vivant qui avait été même pleuré par sa famille. Les jeunes gens y sont gardés vivants pour travailler et les plus âgés sont tués pour être consommés comme de la viande humaine. Les jeunes gens vont même y être forcés de consommer de la chair humaine de leur compatriote pendant la semaine où ils seront retenus. Ce jeune homme et ses amis parviendront à s’enfuir lorsque des abeilles attaqueront ce camp secret. On comprendra ensuite que cette attaque était liée au père du jeune homme qui avait fait de nombreuses prières de musulmans pour retrouver son fils. Tous les tutsi de ce camp vont fuir lors de cette attaque d’abeilles. Le jeune homme et ses amis réussiront à rentrer chez eux grâce à des hommes en camionnette qui passaient à proximité de la zone en transportant du charbon de bois. Puis ils réaliseront qu’ils étaient arrivés dans la zone de Kolwezi. C’est en rentrant chez lui que ce jeune homme fera le récit de cette horreur à ses parents. En ce moment même il est traité à cause de son état psychologique et du fait qu’il ait été forcé à manger cette chair humaine pendant toute cette semaine de captivité.

C’est suite à ces récits d’horreurs, que je comprendrais où l’on avait amené mon disciple il y a exactement un mois et comment les gens disparaissent dans plusieurs régions de la RDC, notamment à Lubumbashi et à Kinshasa ainsi qu’à Kalemie.

Je demande à l’ONU et à toutes les instances internationales d’intervenir urgemment pour mettre un terme à cette situation d’horreur car moi-même je n’ai plus envie de rester ici sans rien faire, en Afrique du Sud, pendant que Kanambe et ses frères tutsi sont en train de manger mes compatriotes hommes et femmes comme du bétail. Que l’ONU vienne me prendre afin que nous descendions dans cette province de Kalemie dont je suis originaire, je suis sûr que nous y retrouverons des traces de ce sang. Puis nous irons également dans ces provinces du Tanganyika et du Katanga en général car cette situation est intolérable !

Vers où allons-nous avec ce genre de pratique ? Les Congolais méritent-t-ils une telle horreur ? Comment peut-on accepter que cet homme Kanambe demeure au pouvoir par de telles horreurs, d’autant plus qu’il n’est plus légitime ? En d’autres termes, vous chefs d’état africains, qui souteniez Kanambe et qui continuez à le soutenir aujourd’hui, sachez que les Congolais ne sont pas votre nourriture, vous êtes allés trop loin. C’est terminé pour vous, nous n’allons pas accepter passivement que vous nous mettiez dans vos assiettes.

Joseph Mukungubila Mutombo
Prophète de l’Eternel

Comments are closed.