• Vous tous, habitants du monde, habitants de la terre, Voyez la bannière qui se dresse sur les montagnes, Écoutez la trompette qui sonne !

    Esaïe 18 : 1-3

DE L’HORREUR EN RD CONGO

By Yves Neyd
In À la une
septembre 9, 2016
0 Comments
996 Views
image_pdfimage_print

Lettre ouverte du 8 septembre 2016

Quatre de nos chefs coutumiers au Kasaï viennent de perdre leur vie pour avoir refusé à Kanambe alias Joseph Kabila, de coopérer pour son glissement : trois empoisonnés et un auquel on a coupé l’organe génital après que sa femme ait été violée. C’est le rapport donné par le secrétaire général de la FIDH, Monsieur Paul Nsapu, lors d’une conférence organisée dans les locaux du parlement de l’union européenne.

Point n’est besoin de pouvoir encore donner beaucoup d’explications pour faire comprendre ceci à la communauté internationale : si les Congolais doivent être considérés comme un peuple souverain, nous demandons à la communauté internationale de mettre fin à cette occupation rwandaise; car ici il n’est pas question de tout simplement demander à Monsieur Kanambe alias Joseph Kabila de respecter la constitution ou une quelconque loi en RDC.

Si je ne m’abuse, les sénateurs américains lui avaient simplement demandé de se prononcer pour dire qu’il n’allait plus se représenter mais il ne l’a pas fait. Comprenez par là qu’il n’a pas intérêt à respecter la constitution. Nous qui comptions plus de 6 millions de morts, nous sommes arrivés à ne plus connaître exactement le chiffre, plus de 8 millions ou plus de 10 millions ? Je ne sais… Ces institutions internationales de paix sont là pour toutes les nations et pourquoi pas pour nous les Congolais. Pourquoi allez-vous nous laisser continuer à être massacrés par Kanambe et ces traitres congolais, avec tous les contingents militaires rwandais que le Rwanda est en train d’envoyer continuellement ? Il est plus que nécessaire que la communauté internationale s’impose pour mettre fin à ce pouvoir. Autrement, la démocratie devient une pilule amère pour nous Congolais ! Arriver jusqu’au point d’arracher l’organe génital du chef coutumier ? Dans quel pays aujourd’hui a-t-on enregistré de telles horreurs ?

Il est certes vrai qu’on reconnaît la criminalité dans laquelle est plongé le Rwanda vis-à-vis de notre pays. Il y a quelques mois, la Zambie avait eu à connaître des atrocités causées par les Rwandais qui avaient été acceptés comme réfugiés. Suite à cela, le gouvernement zambien avait demandé au gouvernement rwandais de rapatrier les siens et d’autres avaient fui vers la Namibie pour ensuite se retrouver au Congo.

Est-ce que ces institutions internationales et ces grands pays en capacité de nous aider peuvent accepter que Kanambe puisse continuer avec son pouvoir génocidaire jusqu’en décembre et continuer à massacrer calmement sans être inquiété ? Dans l’entre temps, le peuple congolais continue à payer le lourd tribut au nom de la démocratie. Dans quel siècle vivons-nous ? Je me demande dans quel âge nous vivons. C’est le peuple qui continue à être écrasé parce que le pouvoir est en train de brandir les armes, d’assassiner, d’enlever les citoyens. Et, il n’y a aucune voix qui s’élève à gauche, à droite pour défendre ce Congo et pour dire stop au sanguinaire. Nous avons déjà vu ces institutions stopper les dirigeants dans plusieurs pays africains et même au-delà de l’Afrique. Et pourquoi ce Kanambe alias Joseph Kabila va-t-il continuer jusqu’en décembre ? Et voilà où nous mène la démocratie.

Communauté internationale, allez-vous vous limiter tout simplement à lui donner des conseils ? Et lui continue pendant ce temps à massacrer, à raser des villages tout entier. A Tshimbulu, il est dit qu’on a massacré les enfants et les adultes sans distinction. Les rescapés se retrouvent en brousse jusqu’à l’heure où je suis en train de coucher ces lignes. Donc ce chef, de l’Etat, dans la démocratie, a le droit de rentrer dans la maison de quelqu’un, comme dans mon cas en tant qu’opposant, et massacrer plus de 200 personnes dans ma maison; détruire mes résidences. Il n’y a qu’au Congo que la démocratie autorise à décapiter les citoyens congolais, à les enterrer vivants (comme mes disciples). Il n’y a qu’au Congo où l’on se permet de faire disparaître les gens sans que personne ne dise mot. Il n’y a qu’au Congo que l’on peut éventrer une femme enceinte pour le plaisir des Rwandais.

Avec toutes ces atrocités, la communauté internationale ne pourrait-elle pas stopper un tel pouvoir ? Et pourquoi nous refuser, à nous les Congolais, de mettre en place un gouvernement de transition sans toute l’équipe qui a travaillé avec ce génocidaire ? Pourquoi vouloir embrouiller les Congolais avec des dialogues de toutes catégories alors que le peuple dit non à tous dialogues organisés par le pouvoir ou les opposants acquis à sa cause ? Dialoguer avec un pouvoir d’occupation qui n’est là que pour décimer la population ! Est-ce que ce pouvoir qui tue, qui massacre, est un pouvoir propre à gérer le peuple ? Si sur cette Terre, il y a vraiment la justice, on devrait la faire comprendre à cet actuel chef, de l’Etat congolais. Encore dans cette horreur, nous apprenons qu’un autre chef coutumier a été tué dans le Kivu il y a quelques jours. Nous vous demandons, intervenez. Il est déjà tard parce qu’il a déjà trop tué. Nous vous prions de stopper Kanambe.

J’aimerais rappeler à la communauté internationale de nous aider en nous accordant de mettre en place le gouvernement de transition afin qu’il y ait deuil de tous ces massacres que nous vous avons fait enregistrer et notamment le plus grand massacre du 30 décembre parce qu’il y avait trop de morts. Depuis que Maluku a fait sentir l’odeur de plus de 450 morts, l’enquête n’est toujours pas faite. Et elle ne sera jamais faite si vous ne nous permettez pas de mettre en place un gouvernement de transition.

La démocratie a déjà trop fait payer aux Congolais.

 

Joseph Mukungubila Mutombo

Prophète de l’Eternel

Comments are closed.