Carte prodige du Congo à Capernaüm

Chers concitoyens de notre planète (planète Terre), que j’ai toujours considérés comme étant mes contemporains, permettez au jour d’aujourd’hui de vous faire comprendre cette grande intervention du Dieu Créateur qui, dans son immense bonté et miséricorde, a merveilleusement décidé de nous épargner diverses supputations, différentes polémiques ainsi que plusieurs philosophies émanant de l’homme autour de cette grande prophétie d’Esaïe 18; cette grande et importante convocation de tous les habitants de la Terre auxquels l’Eternel Dieu, a voulu par là donner de véritables indices, les repères afin que nous, tous les humains, nous ne puissions nous perdre. Mais plutôt que nous puissions regarder pour voir réellement cette Terre d’origine, la Terre-Mère de toute la Terre, le Congo.

Chers frères et soeurs, mes concitoyens de notre planète, vous conviendrez avec moi que des siècles avant la naissance de Jésus ni même après sa naissance, Dieu n’a jamais fait vivre aux humains un événement comme celui qu’il vient de nous faire vivre par cette carte prodige du Congo à Capernaüm. Voyant de quelle façon le Seigneur Jésus avait été crucifié, et son cri de détresse sur la croix “Eloi Eloi, lama sabachthani “, c’est-à-dire “Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi tu m’as abandonné”.

Et 48 heures après, l’homme se présente vivant devant eux ! Il était normal chers amis que les disciples qui avaient perdu tout espoir eu égard à ce que j’ai pu énumérer précédemment, qu’ils aient pu poser la question : “Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël” ? Voici la réponse du Seigneur : “Ce n’est pas à vous de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité mais vous recevrez une puissance, le Saint Esprit survenant sur vous et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie et jusqu’aux extrémités de la Terre”.

Or, chers concitoyens de notre planète, au jour d’aujourd’hui, il est important que vous puissiez comprendre qu’en tant que païens (les Gentils) c’est vous qui vous retrouvez aux extrémités de la Terre de par mon Evangile, moi Mukungubila.

Puisque les extrémités de la Terre, c’est chez moi (par la grâce de mon Dieu, j’espère que nos Évangélistes et différents serviteurs auront la noble tâche de vous enseigner toutes ces choses).

Quelle est la raison qui a poussé le Dieu Créateur à mettre cette carte prodige du Congo sur les pavés à Capernaüm ?

Comme je vous le disais tout à l’heure, il fallait à tout prix freiner l’élan de tous les colporteurs de mensonges, de tous ces faux serviteurs qui ont souillé la Terre avec leurs Évangiles mensongers pour qu’ils ne puissent pas créer des polémiques inutiles et empêcher les habitants de la Terre de voir la bannière (l’homme de prédilection) dressée sur les montagnes (de Kalemie) dans ce pays sillonné de fleuves, le Congo.

Cependant, il est impérieux de rappeler au peuple congolais que l’Eternel Dieu vient de vous désigner du doigt par cette carte géographique. C’est vous qui êtes concernés par tout le programme que l’Eternel Dieu a planifié pour parachever son œuvre.

Néanmoins, il est important que vous puissiez comprendre comme cela se dit : “Tout obstacle a toujours eu sa raison d’être”. Pourquoi cette préférence de Dieu sur vous Congolais ? Il serait vraiment inutile de te taper la poitrine qu’en tant que Congolais, je suis peuple de prédilection ?! Ce qui est plutôt nécessaire et souhaitable, c’est de recevoir ce message de l’Eternel Dieu par son Fils le Christ avec joie mais aussi avec crainte et tremblement de l’Eternel Dieu.

Car il ne suffit pas tout simplement d’être désigné peuple de prédilection sans avoir reçu avec amour celui que Dieu vous a envoyé pour vous faire connaître cette préférence de Dieu sur vous. L’homme qui vous révèle les choix de Dieu sur vous, c’est son bien-aimé. Dieu l’aime beaucoup, sans mesure. Et l’Eternel Dieu avait juré de ne point l’abandonner ni le rejeter car il est lié à la divinité.

Instruisez-vous, pour tirer la leçon sur ce qui était arrivé à Israël par Moïse, à Israël par Jésus de Nazareth. Autour de l’Histoire sur le rapport donné par les explorateurs que Moïse avait envoyés, seuls Josué et Caleb avaient gardé la foi, confiance en ce Dieu de Moïse (Nombres 14:1-12).

L’Eternel Dieu décida de détruire tout le peuple et il dit à Moïse : “Je frapperai ce peuple par la peste et je le détruirai. Mais je ferai de toi une nation plus grande et plus puissante que lui”. Dieu avait fait comprendre qu’il ne peut pas se séparer de son serviteur. Si le peuple montre de la désobéissance, si le peuple se rebelle contre son serviteur, Dieu est capable de détruire tout le peuple et de refaire, par son serviteur, un peuple qui aura confiance totale en lui.

Et qu’est-ce qui était arrivé selon Matthieu 21:33-42 ? Dieu Créateur a envoyé des serviteurs, à maintes reprises Israël a pu se comporter en rebelle. Israël les a toujours mal reçus, frappés, lapidés, tués et Dieu a compris que ce peuple qu’il s’était choisi, ne lui faisait pas confiance totale. C’est ainsi qu’au final, Dieu enverra son fils, le Christ.

Lui non plus, Israël ne l’a pas reçu. Vous savez comment les choses se sont très mal terminées. Ils l’ont crucifié, ils l’ont tué. Ils ont trouvé bon de tuer le Fils. Israël s’était mal comporté car il avait refusé de recevoir le Christ. C’est pourquoi Dieu a trouvé la raison pour agir autrement. C’est à cause de cela que l’Eternel va décider de leur enlever le royaume. Dans Matthieu 21:43, ayant compris les raisons pour lesquelles Dieu avait décidé de se trouver une autre nation parmi les nations très loin d’Israël. Il est allé tout droit vers la Terre de Genèse (“Ngaluilo” en Kiluba ou “Commencement” en Français).

Si l’Evangile devait partir de Jérusalem, le témoignage continuerait vers la Samarie et traverserait jusqu’au bout du monde, vers les extrémités de la Terre. Or c’est à partir de là que Dieu s’était mis au travail de créer. C’est là où l’Evangile va aboutir. Voilà la raison pour laquelle aujourd’hui c’est avec joie et fermeté que je vous livre le message qui vous est destiné.

Pour terminer, mes chers concitoyens de notre planète, vous devez impérativement retenir de tout ce que je viens de vous dire, que dans tout ce que Dieu Créateur avait planifié pour sauver l’humanité par son Christ, il avait carrément décidé de le faire en 2 temps, c’est-à-dire par les deux réveils interprétés par le prophète Joël comme étant des pluies. La pluie de la première et de l’arrière saison c’est-à-dire pluie d’automne et du printemps.

La première pluie, c’est ça le premier réveil que vous avez baptisé du nom de Pentecôte. La deuxième pluie, le printemps, c’est la restauration, la continuité de l’œuvre de Pentecôte. 

Pendant les deux réveils, Dieu a répandu de son esprit. Pentecôte du premier réveil et Pentecôte du deuxième.

Comme je le disais dans la lettre précédente, Jésus de Nazareth nous avait amenés à comprendre strictement qu’il ne pouvait pas dépasser les limites lui assignées : “je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël”. Et lui nous avait fait comprendre par le silence qu’il n’avait pas la mission de s’adresser à nous, les païens. L’homme qui venait après lui, typifié par Jean, et que Jésus aimait beaucoup comme son propre fils, c’est celui-là auquel il avait confié Marie sa mère comme étant la propre mère de Jean avant d’expirer. Si aujourd’hui Dieu s’est mis en colère, une très grande colère, il a frappé le monde par tous ces mouvements qui ont endeuillé toute la planète et qui continue d’endeuiller la planète par différents mouvements, calamités et Corona.

J’invite en rappelant à tous les grands, à tous ceux qui se sentent puissants de la Terre d’obéir au Dieu Créateur de la même façon qu’ils s’étaient ressaisis à la fin de la Seconde guerre mondiale en disant “Plus jamais ça”. Aujourd’hui, il est plus que temps que les décideurs prennent urgemment les résolutions d’imposer la paix dans ce pays de prédilection, le Congo. De la même manière qu’ils avaient pris des résolutions pour accorder la paix à nos frères juifs, à Israël, en 1945/46/47/48…

C’est de cette façon que les résolutions doivent être prises sur le Congo. Vous savez pertinemment bien que le Congo est convoité par plusieurs nations, notamment les Rwandais, mais aujourd’hui je vous demande, à vous qui constituez les institutions internationales les plus importantes de prendre sans retard les décisions pour stopper l’élan de tous les envahisseurs du Congo. Que toutes ces institutions internationales se mettent ensemble, qu’elles se réunissent avec des résolutions de faire respecter la souveraineté du Congo.

En accordant au peuple congolais de se réorganiser avec comme chef l’Eternel Dieu lui-même qui doit gouverner le peuple par son Christ et la frappe de Dieu sur les habitants de la Terre va nettement s’arrêter. Corona et toutes les calamités vont disparaître dans le monde entier. Et la paix va engendrer la prospérité sur toute la planète, dans tous les domaines. Ce sera comme une renaissance de vie, politiquement, économiquement, scientifiquement… Non seulement au Congo mais aussi partout ailleurs.

Joseph Mukungubila Mutombo

Prophète de l’Eternel




Congo, pays de prédilection (Esaïe 18 : 1-2)

Le monde entier est convié par Dieu Créateur à avoir part à une nourriture riche et très abondante pour toute la Terre. Au fait, c’est à partir de ce pays sillonné de fleuves que le Dieu Créateur invite tous les habitants de la Terre à y participer. Ce n’est plus un marché au petit rayon, comme ce fut en Israël au temps de l’homme de Nazareth. Par contre ici, l’invitation est adressée à toutes les nations sans exception aucune. Avec Jésus de Nazareth, la nourriture était juste réservée à un petit nombre de gens, c’était juste pour une nation (Israël). Il y a là, bien sûr, différence entre un petit marché où l’on ne trouve qu’un rayon ou deux juste pour une seule nation. Par contre ici, il y est question de ce qu’on appelle un supermarché, là où il y a tout. Je voudrais dire ceci, en Zacharie 10 : 6, ce sont les deux maisons : Juda d’abord c’est-à-dire Jésus, puis Joseph c’est-à-dire l’élu de Dieu en Afrique, il s’appelle Tsaphnath-Paenéach ce qui signifie “ce vivant est l’approvisionnement du pays”. Quand Jésus ne répondait pas à la femme (Matthieu 15 : 21-28), il comprenait qu’il n’avait qu’un petit rayon. C’est ainsi que je vous accorde la lecture de Jean 13 : 20. L’intention de Jésus n’était pas celle de nous injurier mais de nous préciser le temps.

La différence d’entre ce qui nous arrive et ce qui leur était arrivé à eux (Israël), je me dois de pouvoir la stigmatiser. Je peux la stigmatiser par un exemple plus frappant du Seigneur Jésus en pleine mission pendant l’un de ses déplacements dans les territoires de Tyr et de Sidon, c’est justement dans ces contrées que Jésus de Nazareth rencontre une femme cananéenne qui lui crie : “AIE PITIE DE MOI SEIGNEUR, FILS DE DAVID” ! Ma fille est cruellement tourmentée par les démons ».

Très chers frères, vous tous, occupants de ces espaces de notre planète, vous tous mes contemporains, soyez attentionnés à l’attitude de Jésus de Nazareth suite au cri de détresse de cette femme malheureuse de Canaan ! Je reprends pour votre meilleure compréhension ! Quelle est l’attitude qu’affiche l’homme de Nazareth à ce cri d’alarme ?!

Jésus ne lui répond pas, pas un seul mot. Pourquoi ? Cette attitude de Jésus marque le temps. Lorsque Pierre tient à faire comprendre ce qui venait de leur arriver suite à ce vent impétueux qui avait secoué Jérusalem, il se lève avec les autres apôtres pour expliquer aux foules qu’ils ne s’étaient pas enivrés, par contre c’est l’accomplissement de ce que Dieu Créateur avait d’avance annoncé par le Prophète Joël (Actes des apôtres 2 : 14-16, 17, 18). Et pour répandre l’Esprit dont il est question, le Créateur se devait de pouvoir y procéder à deux reprises (Joël 2 : 28, 29). Et pour bien déterminer les temps, Dieu symbolise ce temps en leur annonçant qu’il leur enverrait la pluie de la première (automne) et de l’arrière-saison (printemps).

Je dis et je le répète, ainsi dit le Seigneur : Dieu Créateur, en ce qui concerne son plan de la rédemption, n’avait prévu que deux réveils. Ces deux réveils, déterminés  par les deux chœurs (Néhémie 12 : 31-32, 38-40). A la tête du premier chœur, il y avait comme chef Hosée, Dieu Sauveur en la personne de Jésus. A la tête du deuxième chœur, c’était Néhémie qui veut dire consolation. Dieu Créateur a pu stigmatiser sa réconciliation avec le monde qu’il a créé en célébrant son nom, le nom de l’Eternel (Joël 2 : 26), en indiquant avec précision les deux endroits à partir desquels on célébrerait le nom de l’Eternel : à Sion et à Jérusalem. Ainsi c’est par ce nom de l’Eternel que Dieu pouvait se réconcilier avec le monde. Quiconque invoquera ce nom peut avoir de bons résultats.

Revenons à présent à la femme cananéenne, malgré son cri de détresse, Jésus de Nazareth ne bouge pas d’un seul pouce. La femme s’écrie disant : “AIE PITIE SEIGNEUR, FILS DE DAVID”. Pourtant Jésus, plein de compassion, pouvait rapidement répondre à l’appel au secours, hélas Jésus garda le silence comme s’il n’avait aucune pitié pour cette femme. Jésus marque le temps en disant que cette femme n’appartenait pas à ce temps d’Israël parce qu’elle était païenne, des Gentils.

La planète aujourd’hui étant frappée par le Dieu Créateur, Mukungubila l’homme destin n’a pas hésité un seul instant à balancer son nom en tant que Prophète de l’Eternel, un homme illuminé comme disent les païens. Dieu l’avait déjà alerté, prévenu qu’il allait frapper la Terre et il fallait que l’homme de Dieu alerte le monde entier de ce qu’il fallait faire. Quel grand amour de ce grand Dieu ! De toute la Terre, y compris Israël,  il n’y a que cet homme congolais que le Créateur a pu alerter pour prévenir les gens du malheur qui allait s’abattre sur les habitants de la Terre et le moyen d’échapper aux dégâts de la frappe de l’Eternel Dieu.

Revenons encore à notre sœur mujentaila (signifie païen en Kiluba), à notre sœur des Gentils.

Jésus, pour marquer le temps, garde le silence et les disciples réagissent, c’est une explication : si tu ne veux pas lui répondre, se disent les disciples, autant la renvoyer parce qu’elle nous crie derrière, elle nous dérange. La réponse surprenante de Jésus : je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël. Je n’ai été envoyé qu’aux seules brebis perdues de la maison d’Israël. Jésus répond sans ambages. Il n’a pas voulu créer l’ambiguïté. Par manque de connaissance dans les choses de Dieu, facilement, tu peux traiter Jésus de méchant et parce que notre sœur mujentaila ne lâche pas prise, elle se jette au-devant de Jésus, elle se prosterne. Ce geste de la femme ne fait pas fléchir Jésus. Pourtant les cris de la femme : “AIE PITIE, SEIGNEUR”. Jésus répond de manière très surprenante : “il n’est pas bon de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens” ! Quel choc !

Jésus marque le temps et Mukungubila, l’homme de Kalemie sur les montagnes, vient de répondre au temps en se précipitant à vouloir vous révéler que le seul moyen possible d’échapper à ce malheur, c’est de prier Dieu en citant ce nom de Mukungubila. Autrement, si toi frère, tu persistes dans ton entêtement comme ces prétentieux prieurs (soi-disant pasteurs qui prient au nom de Jésus), tu risques de mourir comme plusieurs d’entre eux, vous avez ces témoignages.

Je tenais à vous préciser que pendant ces deux réveils, Dieu de miséricorde et qui est compatissant, s’est révélé à nous ses enfants avec son nom pour confirmer notre réconciliation avec lui. De la même manière qu’il s’était tu devant ce cri de détresse de la femme cananéenne sans pouvoir lui répondre favorablement, si quelqu’un se sent être retardé mentalement, qu’il ose alors continuer à prier sans citer le nom de Mukungubila. Ce serait se bloquer soi-même.

Quelqu’un a décidé de mettre fin à ses jours, c’est une femme. Elle s’est pendue. Les gens sont intervenus mais le corps était inerte sans vie, c’était trop tard. Notre sœur Monique, la femme de notre frère Kalala (son prénom est Pierre) apprenant cet incident malheureux accourut elle aussi à l’endroit où s’était pendue la femme. Les gens commençaient à pleurer et l’Esprit de Dieu chuchota à notre sœur d’aller toucher le corps de la femme au nom de Mukungubila, et de prononcer le nom de Mukungubila pour qu’elle se réveille. En effet, c’est ce qui fut fait.

Plusieurs sont ceux-là qui avaient été touchés par la frappe de Dieu, par Corona, et qui ont été, de manière instantanée, guéris au nom de Mukungubila ! A telle enseigne que certains d’entre eux, après guérison instantanée, commencèrent à demander aux autres s’ils avaient été réellement malades. Le fait d’être guéri instantanément, en quelques secondes par l’Esprit, fait que les malades oublient l’état dans lequel ils se trouvaient.

Avec la foi, Dieu qui nous a créés, dès que nous nous humilions, malgré notre état de Gentils (mujentaila), Dieu accepte de se réconcilier avec nous. Ce qui est malheureux et choquant aujourd’hui, c’est de trouver certains Congolais piqués par une certaine jalousie, je ne sais de quelle sphère, qui commencent à bouder cette grâce que vient d’avoir le pays de nos ancêtres, de la même manière qu’ils avaient comploté avec les ennemis de l’autre pays (les Rwandais) en cachant cette grande révélation autour de la carte géographique de notre pays sur les pavés de Capernaüm. Au lieu d’en parler aux autres nations, ils optent de pouvoir cacher cette grandiose bénédiction de Dieu à toute l’humanité. Chers compatriotes congolais, vous devriez afficher le comportement positif, celui d’annoncer à nos frères et sœurs, à tous nos contemporains cette grâce inouïe que l’Eternel Dieu vient d’accorder à ce pays le Congo au lieu de vouloir cacher, taire. L’œil de l’Eternel Dieu est en train de vous observer. Sachez que votre attitude va être sûrement punie et châtiée. Il est souhaitable pour vous tous, Congolais, d’acclamer ce Dieu qui vient de vous visiter.

Un citoyen qui ne soit pas Congolais, il est citoyen d’une nation sur cette Terre, il a droit d’être encouragé par toi, Congolais dont ton pays vient d’être clairement désigné comme pays de prédilection. Quand les parents, papa et maman, nous offrent des cadeaux dans certaines circonstances, de manière polie, on dit obligatoirement : merci papa, merci maman. Et que dire du Créateur qui peut décider en quelques secondes d’enlever le souffle de ton corps ? Comment ne pourriez-vous pas arranger votre attitude ?! Le fait de désigner ton propre pays comme étant le pays préféré par le Créateur lui-même. Comment cela peut-il te déranger ?! Quand il s’agit des choses futiles dans votre vie, vous vous précipitez à y mettre corps et âmes ; et à plus fortes raisons, c’est Dieu qui vous a créés, qui vous a donné la vie, qui vous a formés pour que vous puissiez être comptés parmi les hommes et faire de vous ce que vous êtes devenus.

De manière merveilleuse, il vous révèle que vous êtes cette nation qu’il s’est choisie à part Israël. En tant que bouche autorisée et en tant que l’homme de prédilection car le pays, Congo, ne peut être considéré comme pays de prédilection s’il ne porte pas en son sein, l’homme de prédilection. Dire que le pays est pays de prédilection, automatiquement comprenez que ce pays a en son sein l’homme de prédilection. S’il se retrouve des Congolais qui ont la difficulté d’aimer de tout leur cœur l’homme de prédilection, que peut dire le peuple congolais ?! Et que peut dire le Dieu Créateur lui-même ?!

Permettez que je pose une simple question : cher compatriote, Congolais, as-tu des capacités de percevoir les messages qui viennent directement de Dieu Créateur ? Est-ce qu’il t’a chuchoté ce qui doit arriver dans ces quelques jours ?!

Il ne faut pas oublier que le dossier Corona est toujours pendant, toujours d’actualité. L’Eternel Dieu, son œil d’aigle, est sur toute la planète. La furie de tous ces mouvements qui bousculent le monde aujourd’hui a sa raison d’être. Cela ne t’échappe pas, tu comprends clairement que l’Eternel Dieu a juré de faire exécuter tout ce qu’il faut pour arranger la situation du Congo, pays de prédilection. Vous tous Congolais, ne vous distrayez plus et n’autorisez personne, quel que soit son rang, à vous distraire puisque dans peu de temps, bientôt, Dieu fait exécuter son plan. Je déconseille tout Congolais ou groupe de Congolais de vouloir essayer de combattre Dieu au risque et péril de leur vie car Dieu n’est pas un homme pour mentir ni fils d’un homme pour se repentir ; ce qu’il a dit, ne le fera-t-il pas, et ce qu’il a déclaré, ne l’exécutera-t-il pas ?!

C’est vrai, je me suis efforcé aujourd’hui de rappeler au monde entier et notamment au peuple concerné, peuple Congolais, que ce n’est pas un jeu d’enfants que le Créateur a organisé alors que le monde, dans son entièreté, a été plongé dans le deuil. Mes chers frères et sœurs, pensez-y profondément et essayez de partager cette douleur que ressent en ce moment toute la planète. Si toi Africain, et notamment Congolais, tu as été grandement épargné par cette frappe de Dieu c’est grâce à cet homme mystère, homme destin, homme de prédilection que Dieu a placé sous sa protection ces terres africaines. Vous tous, habitants du monde, habitants de la Terre, regardez le drapeau (l’étendard) que le Dieu Créateur vient de dresser sur les montagnes de Kalemie au Congo et soyez très attentif à toutes les paroles que prononce cet homme mystère, le Christ.

Joseph Mukungubila Mutombo

Prophète de l’Eternel




L’empreinte digitale de Dieu Créateur

Mes chers contemporains,

Reculons pour mieux sauter. Il me vient à l’esprit de vous faire le récit autour de la naissance de Joseph Mukungubila en pensant que cela pourrait vous aider à comprendre différentes secousses que connaît notre planète aujourd’hui et si ce sera possible, de pouvoir y remédier pour nous en sortir.

Pour rappel, mes chers contemporains, comme vous le savez, la Deuxième Guerre mondiale s’est très mal terminée car cela avait causé une terrible tragédie avec la bombe atomique.

Ainsi les puissants, les grands, ceux qu’on appelle décideurs, se dirent “plus jamais ça”.

C’est justement suite à cette phrase “plus jamais ça”, que fût créé le siège des Nations unies.

Je voudrais dire que la planète avait compris qu’il fallait penser autrement. Au lieu de nous engager sur le climat des guerres, c’était préférable de penser à la paix.

Comme je le disais tout à l’heure, je vous invite, chers contemporains, à reculer un tout petit peu avec moi, à regarder dans ce proche passé : c’est sur ma naissance, la naissance de Joseph Mukungubila. Quelqu’un décide de se suicider, on le retrouve pendu à un arbre; ceci crée la terreur sur toute la contrée du groupement Nzoa. Bien sûr c’était à l’époque coloniale, le pouvoir colonial (Bulamatari) décide d’envoyer un enquêteur sur les lieux à Kisala. L’enquêteur arrive à Kisala (Mahaya) et y passe la nuit. Le matin, le fonctionnaire belge va surprendre les habitants de Kisala en leur demandant de se rassembler parce qu’il avait un message très important à leur communiquer. Ce qui fût fait à l’instant même. Ce fonctionnaire de l’Etat belge (un Blanc bien sûr) s’adressant aux Kisalais leur dit ceci : “je suis troublé par une vision que je viens de faire cette nuit et qui a pu m’enlever le sommeil”. Il demanda aux Kisalais que le clan Musika puisse s’avancer pour se séparer des habitants de Kisala. Le Blanc va déclarer ceci : “de ce clan Musika va naître un enfant (garçon) qui va secouer le monde entier”.

Quelques jours après, l’étoile tombe du ciel pour s’enfoncer dans les entrailles des terres de Kabalo. Presqu’au même moment, une jeune fille va se retrouver enceinte, c’est Kabila Léonie, ma mère. Sa belle-mère du nom de Nkulu Wa Muleka, s’approchera d’elle pour l’instruire sur la façon de se comporter avec la grossesse en lui disant : “prends ce bout de bois (c’était un bout de bois bien taillé appelé en Kiluba “Musao” qui veut dire “annonce”)”.

Ma grand-mère Nkulu Wa Muleka fera des recommandations à sa bru disant : “tout au long de ta grossesse, tu devras te servir de ce bois comme oreiller. C’est-à-dire tu poseras ta tête sur ce bois pendant toute la période de la grossesse jusqu’à son terme, jusqu’à ce que l’enfant naisse”. La jeune femme, qui est ma mère, a pu se soumettre à ces recommandations. Il faut noter en passant que ma grand-mère Nkulu Wa Muleka s’était exprimée devant ma mère en ces termes : “ma fille, l’enfant que tu portes en ton sein est un grand Roi que Dieu nous envoie sur Terre… Tu dois te soumettre strictement à tout ce que je te recommande, ma fille”.

Il est peut-être important de souligner quelques péripéties de mon enfance. Arrivé en 1959, un fait, que je considère comme étant de l’insolite : mes parents m’avaient mis à la maternelle chez les filles à Sainte Marie d’Albertville appelé aujourd’hui Bakita, l’unique garçon parmi les filles, je sortis premier de la classe. Ce rythme, toujours premier de la classe, continuera jusqu’en 4ème primaire. Pendant tout ce temps, ce qui est prodigieux, je n’étudiais jamais après la sortie de classe, même en période d’examen pourtant, je continuais à garder mon cap, toujours premier de la classe. C’est en entrant en 5ème, je n’avais que 12 ans, au troisième trimestre lors des derniers examens, je sortis 3ème, quelle déception ! A ma grande surprise, les prêtres m’offrent la bible ! Comprenez mes très chers contemporains quelle fût ma déception. A moi, le garçon de 12 ans, on m’offre la bible qui, à l’époque coloniale, était interdite. C’est mon père qui fera dissiper ma tristesse alors que je me disais que mon maître était injuste car il venait de me diminuer en me mettant 3ème de la classe et comme prix on me donna la bible. C’est au même moment que les pères de l’indépendance venaient d’être convoqués pour la table ronde à Bruxelles. Permettez-moi de souligner que ce geste fait par les prêtres était politique par rapport à mon pays qui était en gestation pour acquérir l’indépendance. L’interprétation que je me fais après l’appel de Dieu, ça m’avait fait comprendre que la bible constituait la lettre de créance de mon pays qui leur avait manqué lorsqu’ils se rendaient à la table ronde (prière de ne pas oublier ce détail).

Autre fait insolite, moi Mukungubila, chaque année, il m’arrivait de pleurer les souffrances et la mort de Jésus à l’approche de la Pâques. Pardonnez-moi, mes très chers contemporains, de vous avoir amenés en recul dans le passé.

Revenons dans le présent, afin de pouvoir foncer dans le futur de notre planète.

Notre planète est, aujourd’hui, en pleine ébullition de désordre, n’est-ce pas ? Il est de notre droit de nous poser 1000 questions. La plupart d’entre nous commence même à se demander si cette furie de l’eau ou de feu n’est pas un signe de la fin du monde ?! Chers contemporains, permettez que je puisse vous rappeler les paroles du Pape François qui avait dit ceci : “nous avons failli en tant que responsables, en tant qu’intendants, à notre devoir de gérer la Terre. Au lieu de bien gérer, on l’a pillée. Raison pour laquelle, certains mouvements s’élèvent comme Corona (Covid-19) et autres”. C’est justement là qu’est le problème. Moi Mukungubila, en tant qu’instrument utilisé par Dieu Créateur, je vous ai indiqué le Congo RDC comme pays de recours parce que Dieu venait de susciter son Christ. Ce Christ, c’est le seul vaccin qui pourrait garantir notre vie et c’est le seul remède pour nous guérir de Corona, sans aucune difficulté. En quelques secondes ou minutes, au nom de Mukungubila, ça s’arrête. Mis à part cela, ce vent impétueux de Corona nous a fait souffrir, puisque ça a soufflé sur toute la planète et ça a endeuillé toute la planète. Dieu Créateur par la même occasion a répandu son esprit sur nous, marquant ainsi le temps de réveil. C’est le deuxième réveil, après celui du temps de Jésus avec ses apôtres. Lisez Actes des apôtres 2:14-15,16-17,18 et Joël 2:28,29.

Après cette grande bénédiction du réveil de Jésus et ses apôtres, Dieu vient de nous répondre en répandant abondamment son esprit sur nous à partir du Christ qu’il vient de susciter au Congo (cela avait été aussi annoncé par les prêtres catholiques au Vatican). Ceci dit, ces puissants, ces grands, ces décideurs, il est plus souhaitable qu’ils puissent se prononcer en répétant la même phrase de 1945 “plus jamais ça” en ce qui concerne le Congo et tous ses habitants congolais qui ont beaucoup souffert en perdant les leurs, plus de 12 millions de morts tués par l’envahisseur rwandais. A cause de toutes ces richesses que l’Eternel Dieu a enfouies sous le sol congolais, les Congolais continuent à payer le lourd tribut. Raison pour laquelle, il est temps pour nous, chers contemporains, d’apaiser la colère du Créateur. Le Dieu Créateur, de par toutes ces calamités qui font suite à Corona, voudrait que les grands puissent prononcer “plus jamais ça” et vous verrez que tout va se calmer. Dieu n’entend pas calmer la situation sans que la justice soit rendue à l’homme de prédilection et à son peuple. Dieu réclame que les grands puissent aider le Congo en permettant à Dieu Créateur de gouverner ces terres congolaises par son Christ. Que tous les décideurs soient sensibles aux souffrances insupportables qu’endure ce peuple congolais. Ce peuple est en train d’être massacré, assassiné presqu’au jour le jour parce qu’on lui a enlevé la souveraineté alors que la paix de toute la planète dépend de ce peuple. Ainsi dit le Seigneur : “il est souhaitable que, vous les grands, les décideurs, vous preniez toutes les dispositions pour permettre au Dieu Créateur de gouverner le Congo car aujourd’hui Dieu tient à diriger lui-même le Congo en tenant compte des instructions qu’il doit donner, pour d’abord faire bénéficier toute la planète c’est-à-dire que toutes les nations puissent goûter les bienfaits du règne de l’Eternel Dieu par son Fils le Christ”.

Je vous jure par l’Eternel Dieu, si vous prenez toutes les dispositions pour permettre à Dieu de diriger le Congo, automatiquement tout va se déclencher et tout ce désordre, des calamités et Corona, va s’arrêter. Dieu Créateur a signé, a mis son empreinte digitale pour certifier tout ce que je suis en train de vous dire. Si impérativement vous apportez votre soutien à l’Oint de l’Eternel, le Christ que Dieu vient de susciter à partir du Congo, toutes les peines dont souffre la planète aujourd’hui, en regardant toutes ces calamités, vont disparaître. Je jure qu’avec votre soutien, à partir du Congo ainsi que tous les pays, la paix sera possible parce que les gens malintentionnés, même parmi les traîtres congolais qui travaillent contre le vent, je veux dire ceux qui n’aiment pas voir Dieu arranger la situation du Congo, vont très loin; ils vont jusqu’à s’imaginer créer ou fabriquer le Christ femme. Un blasphème qui ne dit pas son nom. Même à Satan, il lui est impossible de rêver d’un Christ femme. A quelle catégorie pourrions-nous classer cette espèce d’individus ??!!

Je pense que ces méchants, qui ne pensent qu’à infliger continuellement la souffrance au peuple congolais, sont en train de souffrir cruellement eux-mêmes du fait que l’Eternel ait apposé sa signature sur la lettre de créance concernant le Congo (Matthieu 21:43). Cette nation dont parle Jésus de Nazareth n’est autre que le Congo-Kinshasa. La raison d’être de son empreinte digitale est pour certifier sa présence dans ce pays sillonné de fleuves. La carte du Congo sur les pavés de Capernaüm, c’est le sceau et la signature propre du Dieu Créateur.

Joseph Mukungubila Mutombo

Prophète de l’Eternel




Message de condoléances du Prophète de l’Eternel Joseph MUKUNGUBILA MUTOMBO à la famille biologique et politique de feu Antoine Gabriel KYUNGU WA KUMWANZA

C’est avec un profond déchirement physique, moral et surtout spirituel que j’apprends la disparition de mon père de sang Gabriel KYUNGU que la maladie vient d’arracher cruellement à notre affection. Que toute sa famille biologique, dont moi-même, ainsi que toute sa famille politique trouvent ici par ma voix la grande consolation du Dieu Créateur dont je suis l’interface parmi les peuples et les nations.

Que tous les Katangais, pour qui son leadership n’a pas souffert de contestation, reçoivent ces condoléances que je vous exprime avec tristesse dans une parfaite espérance; car je m’engage, au-delà de la douleur, à parachever cette œuvre qu’il avait commencée avec le concours de tous. Dans et par l’amour de Dieu, soyons forts dans cette dure épreuve.

Joseph MUKUNGUBILA MUTOMBO

Prophète de l’Eternel




Communiqué très urgent du 23 février 2021

Le Bureau de son excellence le Prophète de l’Eternel et homme politique congolais se fait le devoir urgent de donner l’ALERTE sur l’imminence de la prise de la ville de Lubumbashi et du Haut-Katanga par les Bakata Katanga, sous la houlette, aujourd’hui plus qu’avérée de M Kanambe qui continue à bénéficier des hautes complicités dans les sphères gouvernementales de notre pays. Il va de soi que des personnalités telles le ministre sortant de la défense nationale, Ngoy Mukena, le Gouverneur Zoë Kanambe etc., déjà cités et dénoncés plusieurs fois dans la presse écrite pour leur implication dans la vandalisation à dessein des armureries des FARDC…

Par et pour son AMOUR illimité pour ce pays de sa prédilection exclusive, l’Eternel Dieu vient d’instruire son OINT de tirer sur la sonnette d’alarme afin que la haute autorité de la R.D. Congo ne puisse être surprise… Avec l’arsenal volé, tout est fin prêt pour le déclenchement de la prise de Lubumbashi ! Qu’on ne s’y trompe pas, le séjour de Kanambe à Dubaï risque de ressembler à celui qu’il effectua en janvier 2001 à Lubumbashi pour éloigner sa responsabilité dans l’assassinat de Mzee L.D.Kabila.

« Que mes frères baluba ne commettent plus l’erreur qu’ils ont commise plus d’une fois », souligne le Prophète Mukungubila Mutombo Joseph, qui tient à préciser que Gabriel Kyungu, que vous dites être étranger, est bel et bien muluba du Katanga. L’étranger c’est sans doute Kanambe qui n’a rien et ne connaît rien de nos coutumes et traditions… Dieu a averti, son Prophète a parlé, que son excellence Félix Antoine Tshisekedi et le peuple congolais en tirent la bonne part pour l’intérêt supérieur de la Nation.

Bureau du Prophète de l’Eternel Joseph Mukungubila Mutombo




Tome 3 – Le réveil

Le Prophète lors de son discours à l'occasion de la commémoration du 30 décembre 2016.

Le Prophète lors de son discours à l’occasion de la commémoration du 30 décembre 2016.

Au fait, que veut dire réveil ?

Le mot réveil est très simple quand nous l’articulons dans la bouche, c’est-à-dire dans l’expression courante le terme est très simple, très facile à comprendre. Réveil se définit comme étant : du passage du sommeil à l’état d’éveil. Le réveil nous rappelle aussi la pendule à sonnerie agréable. Plus facile à comprendre néanmoins comme c’est le terme utilisé par l’esprit qui nous réveille, à ne pas oublier que la langue utilisée par l’esprit s’est toujours entachée des énigmes, des points difficiles à comprendre. Réveil de Dieu dont je parle ici, je me réfère au signal d’alerte du tome 1 autour duquel j’ai voulu réveiller votre bonne conscience pour capter le message du Salut dont moi, Mukungubila, suis porteur.

Ainsi le réveil nous donne droit de respirer une vie meilleure, de nous sentir une fois de plus en bonne relation avec le Dieu Créateur; de nous sentir pardonnés par le Créateur que nous avons offensé, et de nous sentir vraiment proches du Créateur; nous sentir protégés sous l’ombre du Tout-puissant (Joël 2:24-25).

Bref, le réveil nous rassure que le véritable peuple de Dieu ne doit jamais plus être dans la confusion (préparation de l’épouse) (Joël 2:26).

Pour rappel, quand Dieu avait obligé nos frères blancs de l’Europe à venir se repentir au Congo-Kinshasa, au milieu de cette profonde forêt africaine, cela nous avait beaucoup étonnés, surtout moi personnellement; je me demandais comment Dieu Créateur les avait bien conduits vers ce peuple de prédilection ?! Dieu leur avait-il révélé la présence de ce petit enfant qu’est le Christ au cœur de l’Afrique, au Congo-Kinshasa ?!

Chers frères, mes chers compatriotes, mes chers contemporains, ce groupe de frères et sœurs venus de l’Europe a amèrement pleuré, mais malheureusement mes compatriotes congolais n’avaient pas très bien compris la raison d’être de cet événement. Ils étaient troublés comme l’on voit quelqu’un dans l’état d’ébriété; retenus dans une sorte de torpeur, un sommeil qui saisit l’homme et parfois l’oblige à somnoler pendant la journée ou carrément le faire tomber dans un profond sommeil. Vous savez, chers frères et soeurs, pardonnez-moi de vous rappeler certains détails de notre vie : l’homme blanc, il est plus sérieux quand il entreprend de s’engager dans un projet. Il y attache beaucoup d’importance pour réussir, contrairement aux habitudes de nos compatriotes.

Lorsque ce groupe d’Europe, composé d’hommes et de femmes, vint à Kinshasa pour se repentir, je ne saurai pas citer tous les mots, pardonnez-moi pour cela, je vous en donne le fond, dans leur confession ils s’articulèrent en disant : “Chers frères et soeurs, nous sommes venus vous demander pardon du fait de vous avoir prêché un Évangile tronqué. Dieu nous a fait sentir qu’il fallait nécessairement venir vous demander pardon parce que ce n’était pas la vérité…” Permettez chers frères et sœurs, vous tous mes contemporains, cette confession faite par ce groupe européen à Kinshasa, dans mon pays, ils ne l’avaient pas faite debout mais à genoux. Ils étaient tous en pleurs… Imaginez-vous, n’est-il pas normal que moi Mukungubila je puisse m’interroger, en me demandant comment est-ce que ces frères et sœurs de l’Europe ont pu cibler seulement ce pays de prédilection, dont la carte géographique a été dessinée par Dieu Créateur à Capernaüm comme signe ou jalon pouvant aider les habitants de toute la Terre (Esaïe 18 : 1-3) ?

Il est important de souligner ici que ce groupe européen était composé de différents frères et sœurs appartenant aux différents pays de l’Europe. Au lieu d’être touchés par ce spectacle de repentir et de supplications de nos frères venus d’Europe, mes compatriotes congolais, les chefs et responsables religieux présents, ne s’étaient pas sentis mal ni même concernés. Malheureusement, nous avions remarqué en eux : triomphalisme ! J’en avais été très choqué, en disant à mes frères qui communient avec moi dans le Seigneur : “mes chers frères, avez-vous remarqué l’attitude de nos frères appartenant aux différentes confessions religieuses ? Au lieu de pleurer avec les autres, pour eux ils ont trouvé là l’occasion de sourire au lieu d’avoir de la peine. Toutes ces églises ont été formées par ce groupe européen. Personne ne pourra se prévaloir de ne pas avoir été formé par ce groupe. Alors c’était pour eux l’occasion de se rendre à l’évidence de leur apostasie ! Toutes ces églises, sans exception aucune, ont été formées à l’européenne. Voyons voir s’ils vont réellement se remettre en question !”

Hélas, toutes ces églises ont pu continuer sans autre ! C’est-à-dire, il leur avait manqué le jugement spirituel de se condamner comme étant les églises de mensonge. Les quelques-uns d’entre eux qu’on avait pu aborder répondirent : “si nous cessons de nous réunir, comment on va vivre !”

De manière éhontée, à l’arrivée de ce groupe européen, ces églises se précipitèrent pour aller les accueillir sans m’alerter. Je n’apprendrai leur arrivée qu’avec un retard de plusieurs heures. En principe, comme ils venaient se repentir devant Dieu et confesser leur faute d’avoir trompé les Africains par un faux Évangile, mes compatriotes congolais avaient le devoir d’aller vers le Prophète Mukungubila car c’est l’unique serviteur de Dieu, le Prophète, qui pendant plusieurs décennies n’a jamais cessé de leur faire comprendre que l’Evangile que vous êtes en train de prêcher est faux. Je dis et je le répète, en principe ils devaient m’amener ce groupe et ensemble nous allions faire cette cérémonie. Comprenez mes chers frères la façon dont les églises, que ce soit au Congo ou partout ailleurs, sont en train d’offenser le Dieu Créateur.

Il a fallu attendre l’avènement de ce fléau mondial, le fléau par lequel Dieu vient de frapper le monde. Je rappelle ici la vision de notre frère David Wilkerson, l’Américain, à qui Dieu avait montré cette grande tempête Mukungubila; tempête à partir de laquelle nous avons été obligés, le Pape François et moi, d’intervenir pour donner le message au monde entier. Vous vous souvenez que c’est en des termes clairs que le Pape François a fait des déclarations que je cite brièvement : “nous avons failli en tant que responsables et intendants de cette Terre, je répète, nous avons failli en tant que responsables et intendants à notre responsabilité. Au lieu de bien gérer cette Terre, nous l’avons pillé etc. Voilà la raison pour laquelle certains mouvements se sont levés dont Coronavirus…” Et moi en tant que bouche autorisée de l’Eternel, j’ai trouvé là le moyen d’éclairer le monde entier, toute la planète, leur indiquant le lieu de refuge, en leur expliquant que seul Christ, ce Christ noir parmi les païens que Dieu vient de susciter au Congo (il faut se référer aux prêtres catholiques du Vatican), est le seul remède et l’unique vaccin car Corona n’est pas réellement une infection ordinaire. Corona, c’est la couronne que Dieu envoie en pourparlers avec les humains parce qu’il est en courroux. Dieu Créateur est très en colère, de voir la façon dont les humains, les peuples, ont coalisé pour piller la terre mère qu’est le Congo. Les gens de la Terre ne veulent pas permettre aux Congolais d’avoir leur souveraineté. C’est en connaissance des choses que j’ai imploré la grâce d’être écouté, d’être entendu, par tous les décideurs en leur demandant d’aider ce peuple congolais à sortir de l’occupation rwandaise. La loi au niveau international oblige chaque peuple à respecter la loi, celle de ne pas piétiner la souveraineté d’un pays. Malheureusement, tous veulent fermer les yeux et les oreilles pour ne pas aider le peuple congolais. Or, nous sommes arrivés au temps où l’Eternel Dieu décide de prendre les rênes du pays. N’oubliez pas la prière enseignée par le Seigneur Jésus : “Notre Père qui es aux cieux…” À cause de cette méchanceté de certains dirigeants de différents pays qui n’ont aucune pitié en ce qui concerne les Congolais et qui ne pensent qu’à semer du désordre au Congo, Dieu vient de frapper toute la planète par cette plaie que vous appelez Coronavirus. 

Selon les prophéties données par certains visionnaires dont David Wilkerson, c’est par cette plaie Coronavirus qu’enfin les faux pasteurs et les faux serviteurs, les faux prophètes ont accepté de fermer leurs églises obligatoirement. Or, le problème n’est pas là. Dieu demande aux nations, à tous les décideurs, d’aider le peuple congolais à s’organiser en toute dignité comme peuple souverain. Le Christ étant déjà là, et c’est du milieu de ce peuple que Dieu l’a suscité, c’est lui qui doit instruire le peuple congolais, et à partir de ce peuple, toutes les nations. Au moment où s’était amené le groupe européen, le peuple congolais aurait dû se saisir de cette occasion pour se repentir et approcher l’homme de Dieu pour les instruire. Cela n’avait malheureusement pas été pris au sérieux.

Rentrons maintenant dans le vif du sujet : le réveil.

L’Eternel Dieu me parla en disant que le comportement du monde ne lui avait pas plu : “j’amène un vent impétueux, une tempête terrible portant ton nom et qui va causer des dégâts terribles sur Terre”. Vous êtes tous témoins mes chers contemporains. Moi seul, en tant que sentinelle, je me suis précipité à recommander au monde entier : “si vous voyez des membres de votre famille touchés par Corona, priez le Dieu de Mukungubila. En citant seulement ce nom, Corona peut disparaître”. Bien sûr que l’Eternel Dieu ne se limite pas à ce qu’on prie en citant le nom de Mukungubila. Il s’attend à ce qu’on croit réellement en ce Dieu de Mukungubila pour se faire baptiser. C’est la raison pour laquelle nous revenons au réveil. Quel est ce réveil qui vient de nous arriver ? Il est vrai que nous sommes dans la peine et le monde entier est en deuil car on est frappé de cette plaie. J’ai déjà expliqué de quelle manière s’en sortir. Avant de terminer, j’aimerais vous faire comprendre ce qu’est le réveil que nous venons de vivre. Donc nos frères au moment où le Seigneur Jésus va prier avec eux et leur annoncer ses souffrances, puis il a été crucifié, le troisième jour il est ressuscité mais il n’a pas manqué de leur demander d’attendre sans s’éloigner de Jérusalem car il fallait qu’ils soient revêtus de la puissance d’en-haut. C’est ainsi que le jour de la Pentecôte, ils vont entendre un vent impétueux venant du ciel. C’est un bruit qui va se répandre sur eux en montrant les signes des flammes de feu. Ce qui est remarquable c’est que tout un chacun se mit à parler dans des langues différentes. Et comme cela avait coïncidé avec la venue de plusieurs visiteurs à Jérusalem, chacun de ces visiteurs les avait entendus parler dans sa langue et cela les avait fort étonnés. C’est ainsi que l’apôtre Pierre s’était levé pour dire : “on entend les autres nous traiter d’ivre mais nous ne sommes qu’à la troisième heure, ce qui arrive avait été annoncé par le Prophète Joël, il avait annoncé le réveil, un signal du ciel.” C’est ainsi que Joël avait été alerté par l’esprit disant voilà ce que je ferai dans les derniers jours.

Ce vent qui était tombé sur eux a explosé et produit l’expression dans leur bouche. Ce vent impétueux qui m’avait été annoncé par Dieu est celui qui a secoué le monde entier. Certes, il a causé le deuil partout et nous a secoués mais plutôt que de se lamenter, il faut prendre les mesures qui vont apaiser la colère de notre Dieu. Je révèle ce que Dieu m’a dit : il voudrait prendre les rênes et diriger le monde entier à partir de ce Congo pour nous instruire et nous amener la paix. Si nous obtempérons à ses ordres, c’est le bonheur qui va nous arriver. Il n’y aura plus de difficultés ni de pleurs. C’est à ce moment que l’Eternel Dieu va nous faire comprendre le bien-être de l’homme car il est en train de préparer la fin du monde. Dieu n’aime pas voir les humains avec les saletés par lesquels ils se sont entachés pendant des siècles. Dieu ne veut pas le mal, les péchés et les saletés auxquelles on s’est habitué. Dieu veut qu’on y mette fin. C’est par son enseignement que l’on saura comment y mettre fin. Pour cela, il faut accepter d’aider le Congo car c’est là où se trouve le Christ. C’est à partir de ce Congo, où se trouve le Christ, que le monde entier va être enseigné. L’objectif de Dieu Créateur est de nous nettoyer de nos péchés. Dieu avait choisi le peuple d’Israël mais ce peuple l’a rejeté. Ils m’ont amené jusqu’au sacrifice suprême, ainsi ils ont perdu la grâce et Dieu s’est tourné vers une autre nation, celle dont la carte a été dessinée à Capernaüm, c’est le Congo.

Dieu est le maître suprême, il n’y aura personne pour contredire cela. C’est la raison pour laquelle, les sol et sous-sol du Congo regorgent de richesses que les autres nations convoitent. Or Dieu les a préparées pour permettre au peuple congolais d’avoir les moyens financiers pour aller enseigner le monde entier, répandre l’Evangile. Pris de cupidité, les méchants ont voulu tuer le peuple congolais et l’empêcher de se développer. C’est cela qui a déclenché la colère de Dieu qui l’a fait larguer cette plaie. Au lieu de vouloir l’écraser, il faut aider le peuple congolais à sortir de l’invasion rwandaise et freiner l’élan de tous les voisins qui voudraient faire comme le Rwanda. Si les décideurs comprennent mon message, qu’ils fassent tout pour mettre de l’ordre au Congo et non semer le désordre. Le seul moyen est d’accepter le plan de Dieu qui voudrait régner par son Fils. Si les décideurs travaillent dans ce sens, vous verrez que le calme reviendra rapidement et même de manière prodigieuse. Tant qu’on refusera que Dieu règne au Congo, ça ne sera pas une bonne chose pour toute la planète.

Quand le vent est tombé, chacun s’était exprimé selon ce qu’il lui était donné par l’esprit. De même, Dieu vient de faire tomber Corona, qui est l’expression latine pour Couronne, afin de faire comprendre qu’il faut le laisser régner à partir du Congo, la terre mère, la terre bénie, la terre sainte. Si le monde accepte que Dieu règne au Congo alors Dieu mettra fin à la frappe.

Le Prophète Joël avait fait comprendre que le peuple avait chuté ainsi Dieu l’avait puni. Dès que le peuple se repent, le Seigneur Dieu pardonne. A partir de là, il faut une entente entre Dieu et les hommes. La seule façon de montrer qu’il a pardonné est de cette manière (Jöel 2 : 18-19). L’Eternel Dieu montre qu’il est ému, il revient sur sa colère en disant qu’il va leur accorder le temps manqué pendant sa colère. Cela ne peut s’annoncer que par le réveil. Quand la pendule sonne agréablement c’est pour annoncer ce réveil. Ainsi c’est par le réveil que Dieu annonce toujours cette bonne relation à venir. Comme Dieu avait annoncé ce réveil après que Jésus a souffert, ressuscité et monté au ciel, l’apôtre Pierre s’était levé pour rappeler la prophétie donnée par le Prophète Joël. C’est exactement ce qui vient d’arriver.

C’est ainsi que le réveil c’est Dieu qui vient d’annoncer le temps, le temps où il aimerait rétablir la bonne relation avec le peuple. Pendant ce temps, nous respirerons la vie, sentirons la protection du Créateur. Cela vient toujours avec un vent impétueux. C’est ainsi que pendant la Pentecôte, ils avaient vu comme signe sur leur tête, des flammes comme des langues de feu et ils se mirent à extérioriser les hauts faits de l’Eternel Dieu par des miracles et prodiges parce que c’était la pendule qui venait de sonner. Les miracles avaient été opérés pour montrer que Dieu soutenait son peuple. Comment venons-nous de vivre ce réveil ? David Wilkerson avait dit qu’il avait vu l’homme noir qui portait la bible pour parcourir le monde. D’abord nous avons encaissé le vent, maintenant il a donné à son serviteur d’expliquer les raisons de ce vent. Cela est pour préparer la fin du monde, préparer l’épouse. Dieu veut nous faire comprendre que c’est lui qui donnait le pouvoir mais aujourd’hui c’est très délicat de remettre le pouvoir à qui que ce soit raison pour laquelle il a son oint, son Fils pour le mettre à la tête de ce pays, ses terres congolaises. Cela est pour préparer le peuple de Dieu, les Congolais qui doivent aller répandre l’Evangile dans le monde entier. Si vous mettez quelqu’un à la tête du Congo qui ne sait pas expliquer ces mystères, c’est essayer de faire échouer le plan de Dieu. Dieu a ses enfants partout dans le monde entier. Si nous acceptons, nous allons connaître la paix.

Ce réveil, comme expliqué au début, vient nettoyer toute la confusion dans nos têtes. Dieu veut qu’on se rapproche de lui pour avoir l’absolu dans nos têtes, c’est-à-dire la vérité. Raison pour laquelle il s’est adressé à nous dans Zacharie 10. Il a demandé que l’on prie pour qu’il nous envoie la pluie. Cette demande donnée en prophétie par Zacharie fait comprendre au monde qu’on s’était éloigné de Dieu c’est pourquoi il faut prier que Dieu accepte d’envoyer la pluie du printemps (Zacharie 10 : 1). Pour prier, il faut entrer dans les supplications pour demander le pardon car Dieu ne peut pas nous exaucer tant que nous nous souillons dans nos saletés. Il faut d’abord implorer sa grâce et qu’il nous lave par le sang de son Fils, le Christ, pour ensuite qu’il nous envoie la pluie.

Cette pluie dont il est question, c’est ça le réveil dont ont parlé différents visionnaires parmi lesquels Kimbangu, David Wilkerson, Branham. Bien que chacun d’eux ait rapporté selon sa faculté à acquiescer le message. 

Vous qui appartenez aux différents pays sur la planète, Dieu pourrait mettre fin à cela si vous comprenez les raisons qui l’ont poussé à nous frapper. La vraie chorale c’est ça le chœur. La chanson de la chorale, c’est la vérité qui doit être chantée. Elle ne peut être chantée qu’en deux temps. Les deux chœurs se décrivent en Cantiques 7:1. Nous y voyons les deux chœurs dans l’ambiance de la danse. Il n’y a que deux chœurs, deux chorales. Le premier était Israël. Le deuxième est celui dont la carte a été dessinée à Capernaüm, c’est le Congo. Les deux chœurs sont décrits par Néhémie 12 : 31. A la tête de chaque chœur se retrouve leur chef, le Christ. C’est effectivement ce Christ qui est le Roi qui a dirigé le premier chœur et le Roi qui est en train de diriger le dernier chœur dont le travail n’est pas encore terminé (Zacharie 9 : 9). La prophétie stigmatisée par Jésus de Nazareth en Matthieu en 21 : 1 – 9.

La première rencontre c’était avec le Seigneur lors de la Pentecôte. La deuxième rencontre a été sanctionnée par la grande tempête qui nous a secoué à cause de la colère de Dieu. Le chef de l’église ne peut être que le Christ. Il y a le Messie pour Israël et celui que Dieu a envoyé pour les païens. Les deux Messies sont les deux agneaux dont parle Exode, celui du matin et celui du soir. Les deux Messies sont les deux témoins, Moïse et Elie. Or Moïse est le type de Jésus. Elie est le type de l’homme qui doit apparaître aujourd’hui. Il amène les gens hors du temple, il les amène à l’autel qu’il dresse pour adorer Dieu. Rappelez-vous, il n’y avait que deux lieux pour se rencontrer avec l’Eternel: Jérusalem et Sion. Sion tombe exactement au lieu à partir duquel Elie forme le groupe de ceux qui doivent adorer en esprit et en vérité.

Le réveil est toujours accompagné du miracle de la guérison. Tous les maux que nous avons, Dieu peut les guérir en se rappelant que Dieu a envoyé son Fils Mukungubila.

L’automne, c’est la pluie en rapport avec le ministère de Jésus à la Pentecôte. Tandis que le Printemps, c’est la pluie en rapport avec Mukungubila pour la restauration, c’est ça le dernier réveil. Nous sommes en plein dans ce réveil. C’est comme les deux temps utilisés par Dieu. Il a d’abord utilisé son premier serviteur Moïse. Après avoir œuvré avec Moïse, il a terminé par Josué. C’est par Mukungubila que l’Eternel termine l’œuvre. Il n’y aura personne pour l’écraser en ce qui concerne les choses de Dieu. Aujourd’hui, Dieu a demandé à tous de se voiler, hommes comme femmes, c’est-à-dire obéir à la parole de Dieu et se ceindre de Mukungubila comme ceinture. C’est le seul moyen d’échapper à la colère de la tempête dans laquelle est plongé le monde entier. 

Il est temps pour nous d’être comme la génération de ceux que Josué avait circoncis. Nous nous devons d’accepter ce Dieu que prêche le Prophète Mukungubila aujourd’hui. Le Dieu prêché par Mukungubila, c’est le même Dieu prêché par le Seigneur Jésus. Cela nous donnera la joie d’être protégé par le Créateur pendant tout le reste des jours avant l’enlèvement. Il faut nécessairement croire.

Si nous rétablissons notre relation avec Dieu en croyant en lui et en nous faisant baptiser, cette plaie n’aura plus d’effet sur nous comme lorsque Dieu avait demandé à Israël de mettre le sang sur la porte. Dès que l’on se fait baptiser, l’ange de destruction va éviter la destruction de la maison où l’on se trouve en tant qu’enfant du Dieu Créateur.

En conclusion, de la bouche de plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement, Coronavirus est considéré comme étant un ennemi invisible différent de tous les autres virus ayant causé des pandémies, des épidémies ou des endémies. Et en le qualifiant comme ennemi invisible, on doit alors le reconnaître comme esprit et pas comme un simple virus qui contamine; et si nous le reconnaissons comme esprit puisqu’il agit, il s’exprime, l’homme se révèle être impuissant devant Corona pour entrer n’importe où (que ce soit dans le bunker, sous-marin, etc.), il entre partout, très intelligent pour déjouer toute manœuvre de l’homme en le terrorisant. Il entend et il voit. Et c’est avec raison que les responsables de tous les Etats dans le monde entier se sont vus dans l’obligation de décréter les couvre-feux nuit.

Une fois de plus, au nom du Tout-puissant qui s’est révélé à partir de ce Congo, la terre mère en souffrance, nous sommes disposés à vous envoyer nos évangélistes pour vous orienter dans la prière et autres commandements du Seigneur (Jacques 5 : 7-8).

Joseph MUKUNGUBILA MUTOMBO

Prophète de l’Eternel