• Vous tous, habitants du monde, habitants de la terre, Voyez la bannière qui se dresse sur les montagnes, Écoutez la trompette qui sonne !

    Esaïe 18 : 1-3

16 août 1999 – 16 août 2017, 18 ans après la libération de prison

By Yves Neyd
In À la une
août 16, 2017
0 Comments
212 Views
image_pdfimage_print

Lettre ouverte du 16 août 2017

En cette date mémorable du 16 août, moi Mukungubila, en tant qu’instrument libérateur entre les mains de l’Eternel Dieu, je me remémore le parcours difficile que je mène par amour de la patrie. Je trouve aujourd’hui l’occasion de conscientiser tous les compatriotes sans exception aucune quel que soit le camp politique auquel vous appartenez. Rappelez-vous le discours que j’avais prononcé après que Kanambe Hippolyte et ses alliés m’aient assassiné sauvagement en cette date sombre du 30 décembre 2013 dans ma résidence du Golf. C’est comme si je m’étais retrouvé seul dans une jungle, sans le secours d’aucune main humaine. C’est comme si mon pays était en guerre alors que c’était dans une période de paix. Serait-il vraiment nécessaire de rappeler à tous les Congolais, qu’ils soient leaders politiques ou simples acteurs politiques, que le tribut, que moi Mukungubila ai payé, est très lourd. Comme si ce n’était pas assez de nous avoir assassinés avec cruauté, Kanambe et ses collaborateurs m’avaient traité d’assaillant, de terroriste, d’illuminé et j’en passe. Ils avaient voulu faire de moi un assassin alors que j’étais victime et que je n’avais pas quitté ma résidence. Notez en passant qu’il était venu avec les Rwandais qu’il a infiltrés parmi les Congolais, avec des armes de guerre. Comme preuve, ce témoignage donné par cette sœur du Canada, suffit à vous faire comprendre la cruauté avec laquelle, ce Rwandais Kanambe Hippolyte, a voulu éliminer Mukungubila pour ne plus avoir quelqu’un qui puisse le déranger dans le pays du Congo qu’il a envahi.

Je trouve par-là, l’occasion en cette date mémorable, de vous demander à vous mes chers compatriotes de ne point embrouiller aujourd’hui le peuple congolais avec toutes les tentatives que vous voudriez encore faire, je rappelle le dernier conclave. Point n’est besoin de faire ce que vous voudriez faire. Dieu créateur, propriétaire du Congo, cette chère terre de nos ancêtres, avait, dans sa prescience, préparé ce peuple pour être comme un deuxième chœur (une deuxième chorale), raison pour laquelle la carte du Congo est apparue à Capernaüm. C’est Dieu qui s’est ainsi exprimé. Raison pour laquelle vous remarquerez que lorsque la haute cour de l’Afrique du Sud m’a octroyé l’asile, c’est Israël qui a été parmi les premiers à l’annoncer en parlant de ce pasteur congolais.

J’avais mis en garde Kanambe de venir nous défier en Afrique du Sud mais il avait cassé le tabou. Il avait fui le Congo. Chers compatriotes, tenez ces paroles pour vraies. Depuis ce jour où Kanambe est sorti du pays, cet envahisseur a été vomi par les terres de nos ancêtres. Dieu s’est rappelé tout le sang versé des Congolais qu’il a continué à répandre sans aucune compassion, comme si c’était le sang des poules ou des canards.

Point n’est besoin de rappeler la vie de ce sanguinaire à partir de la Tanzanie avant d’être recueilli par son oncle Kabarebe afin d’essayer de s’en sortir en travaillant dans les transports. Par cette occasion, il fera de lui un homme du complot que vous connaissez. C’est ainsi qu’il va être recyclé pour le renseignement. On imposera ensuite à mon cousin Laurent-Désiré Kabila de le responsabiliser en tant que tel et de l’accepter comme étant son fils. C’est à cause de cette planification que le Congo va perdre beaucoup de ses cadres et notamment les officiers de haut rang (les généraux) à Kabalo. Kigali avait planifié cela dans le but d’éliminer tous les cadres et intellectuels congolais. Et comment ? Il fallait que l’œil du serpent (Kanambe) regarde pour voir quels étaient les cadres sur lesquels reposerait l’espoir du peuple congolais. Kanambe les sélectionnait et il donnait les noms à Kigali. Kigali sortait les listes de noms et Kanambe les récupérait en tant que responsable des renseignements dans le gouvernement de Mzee. Puis il disait voilà les traitres congolais qui collaborent avec le Rwanda. C’est ainsi que Kanambe eut à commencer à éliminer tous les cadres congolais. Dès que ton nom était sur le papier de Kanambe Hippolyte que vous appelez Joseph Kabila, directement Mzee était en courroux sans même vérifier, et tu étais passible de mort. Kanambe nous a fait du mal en supprimant ainsi des cadres qui n’avaient jamais trahi le pays. C’est ainsi que l’on a beaucoup perdu. Cela est connu des militaires. C’est sur la même stratégie que le nom de Mukungubila avait été placé sur la liste des personnes à supprimer. C’est ainsi que Mukungubila fût fiché comme chef des rebelles, c’est-à-dire celui qui facilite la tâche aux Rwandais. Mukungubila fût arrêté à l’intérieur du pays le 7 mars 1999.

Laurent-Désiré Kabila ne connaissait pas les réels objectifs des Rwandais c’est ainsi qu’il avait consenti à accepter Kanambe Hippolyte comme son fils alors que c’était un complot au travers lequel ils allaient l’éliminer. Ce serpent avait projeté d’éliminer Mukungubila à Manono en l’accusant faussement. Comme papa Jeannot Bemba Saolona avait été nommé ministre de l’économie, il avait fait pression sur Laurent-Désiré Kabila connaissant les révélations autour de l’homme mystère Mukungubila sur le pays le Congo. Il va lui dire que Mukungubila est son frère et qu’il fallait le libérer. C’est ainsi que Laurent-Désiré Kabila avait été obligé de libérer son frère Mukungubila. Mukungubila fût libéré le 16 août 1999 alors qu’il venait d’avoir un garçon du nom de Joseph, né le 15 juillet dans une clinique proche de la prison. L’Eternel Dieu dira : “tu es Joseph arrêté sur de fausses accusations mais ils ne te tueront pas. Je te protège. C’est ça ton nom”.

Par la suite, Mzee comprendra qu’il avait été dupé car ces listes qui venaient de Kigali, par l’intermédiaire de Kanambe, servaient non pas à éliminer les rebelles mais plutôt à éliminer les cadres congolais dont le pays avait besoin.

En cette belle occasion de la commémoration de la libération de l’homme de Dieu Mukungubila, en cette date du 16 août, je demande à l’Eternel Dieu, en rappelant comment il a sorti l’homme de ces chaînes, de briser aussi les chaînes avec lesquelles on a enchainé notre peuple. Que ces chaînes se désintègrent. Que l’Eternel Dieu puisse accorder au peuple cette indépendance dont j’avais dit qu’on en sentait déjà l’odeur. Effectivement, l’Eternel Dieu a réaffirmé son serment sur la libération du peuple.

Raison pour laquelle, j’ai demandé à tous les compatriotes d’accepter d’être derrière l’homme Mukungubila parce que cet étranger est entré dans la profondeur des fétiches et de la magie. C’est avec cela qu’il a essayé de mater le peuple congolais. Vous-mêmes, leaders politiques, êtes témoins de cela. Malgré toutes vos manoeuvres pour aider le peuple, vous avez été impuissants. Car pour un simple individu n’ayant pas la puissance qui émane de cette divinité qui est à la base de la création, il n’était pas possible de libérer le peuple. Au moment où j’écris ces lignes, Dieu a mis Kanambe KO et je vous rassure à présent que Kanambe est parti. Vous allez incessamment vivre la concrétisation de ce que je dis. Je demande ainsi à tous les compatriotes de ne pas embrouiller le combat que l’Eternel Dieu lui-même est en train de mener pour enfin libérer le peuple et lui permettre de goûter à la joie et au bonheur.

Joseph Mukungubila Mutombo
Prophète de l’Eternel

Comments are closed.